Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
A l’hôpital Jean Verdier, la consultation "Urgence Sein"
A l'hôpital Jean Verdier, la consultation "Urgence Sein"
note des lecteurs
date et réactions
25 octobre 2011
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

A l’hôpital Jean Verdier, la consultation "Urgence Sein"

A l'hôpital Jean Verdier, la consultation "Urgence Sein"

L’hôpital Jean Verdier (AP-HP) a mis en place depuis environ 6 ans, une consultation « urgence sein » dédiée au diagnostic et à la prise en charge précoce des cancers du sein, aujourd’hui assurée par le Dr Amélie Benbarra et le Dr Alexandre Bricou, gynécologues. En s’appuyant sur des outils diagnostics particuliers et une organisation optimisée, la consultation pluridisciplinaire accueille plus de cent femmes chaque année. Le point sur le parcours patient au sein de cette consultation originale à l’AP-HP.

Avec plus de 52 000 nouveaux cas estimés en 2010 en France, le cancer du seinest le plus fréquent des cancers chez la femme. Il reste également, avec plus de 11 000 décès estimés en 2010, au premier rang des décès par cancer chez la femme, malgré une évolution à la baisse depuis 2000 (-1,3 % par an en moyenne entre 2000 et 2005). Le cancer du sein est un cancer de bon pronostic. Détecté à un stade précoce, la survie relative à 5 ans est supérieure à 90 %. D’où l’intérêt de pouvoir dépister tôt ce cancer afin de le traiter efficacement.

Cette consultation spécifique de l’hôpital Jean Verdier (AP-HP) se tient le mardi matin et est dédiée aux patientes ayant une lésion susceptible d’être cancéreuse, classée ACR 4 ou5 (classification American College of Radiology). Au préalable, la patiente doit avoir réalisé une mammographie ou une échographie. La patiente elle-même ou son médecin appelle la consultation et obtient un rendez-vous dans les huit à dix jours. Lorsque les patientes sont vues en consultation le mardi, elles sont envoyées en radiologie le jour-même pour réaliser une biopsie sous échographie, cette technique n’étant possible que si la lésion est visible à l’échographie. Elles sont revues le vendredi pour donner le diagnostic histologique. Entre temps, le dossier est vu en réunion de concertation pluridisciplinaire, avec les chirurgiens, les radiothérapeutes, chimiothérapeutes, anatomo-pathologistes et radiologues. Ensemble, ils élaborent une stratégie de traitement.

Si un cancer est diagnostiqué, la consultation du vendredi est préparée pour présenter à la patiente le schéma de traitement. Reçue avec une infirmière d’annonce, pendant 45 minutes à une heure, la patiente se voit expliquer le protocole de soins. Un document de synthèse comprenant toutes les coordonnées du service lui est remis à cette occasion. L’infirmière d’annonce revoit ensuite la patiente quelques jours plus tard. Il est important qu’elle réexplique les choses et réponde à toutes les interrogations, et c’est pourquoi elle y consacre le temps nécessaire. Les équipes se chargent ensuite d’organiser et de coordonner les rendez-vous, et veillent à ce que les patientes identifient bien leurs interlocuteurs, pour faciliter la communication ultérieure. Les patientes reçues apprécient d’avoir l’information dès que possible, même s’il s’agit d’une veille de week-end. Un soutien psychologique immédiat peut être proposé.

La rapidité du diagnostic et l’élaboration d’un schéma thérapeutique demandent une grande coordination des intervenants. Les gynécologues, radiologues, anatomo-pathologistes, etc., ont des plages de temps dédiées à cette consultation pluridisciplinaire, ce qui permet d’organiser la prise en charge coordonnée du patient de façon optimale. Les patientes se voient remettre un « projet personnalisé de soins » qui précise la stratégie retenue, les étapes, le planning, les traitements, etc. Sur les 120 cancers du sein pris en charge dans l’unité, une centaine provient de la consultation « urgence sein ».


Julie BENDAHMAN, infirmière de consultation d’annonce depuis 4 ans en Gynécologie.

Après le temps médical, où l’annonce du diagnostic de cancer est faite, vient le temps soignant. C’est un temps d’accompagnement où je reçois le patient avec sa famille s’il le désir. Je suis là pour écouter, reformuler et informer. Ecouter le patient est primordial. Savoir qu’une personne est disponible pour lui le rassure. Cela permet également de connaître ses préoccupations et ainsi de l’orienter vers d’autres professionnels si nécessaire tel que l’assistante sociale, la psychologue…. Durant ce temps d’écoute on reformule les explications du médecin, parfois dans un langage plus accessible pour qu’il ne se sente pas perdu. On réexplique le projet thérapeutique : intervention chirurgicale, chimiothérapie, hormonothérapie ainsi que leurs effets secondaires. Enfin on l’informe de toutes les structures pouvant être utiles pour lui dans la suite de sa prise en charge comme le nom des associations qui offrent des services le concernant (atelier, groupe de paroles…) ou encore comment trouver des professionnels comme les prothésistes (prothèses mammaires ou capillaires…). Le temps infirmier permet de créer un lien avec le patient, il sait que je suis disponible, il sait qu’il peut appeler ou qu’il peut venir, c’est un repère pour lui.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Hôpital Cancer du sein