Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
20 000 morts accidentelles par an : Un "désastre" selon l’InVS
20 000 morts accidentelles par an : Un "désastre" selon l'InVS
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
19 juillet 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

20 000 morts accidentelles par an : Un "désastre" selon l’InVS

20 000 morts accidentelles par an : Un "désastre" selon l'InVS

La prévention chez les enfants a fait l’objet d’avancées spectaculaires. Selon l’Institut de veille sanitaire, le taux de mortalité par accident de la vie courante aurait diminué de 2,8% par an entre 2000 et 2008. Il n’en demeure pas moins que des milliers d’accidents de ce type continuent à être observés chaque année dans l’hexagone, et les premières victimes en seraient les personnes âgées. Bertrand Thélot, spécialiste de la question, continue ainsi à évoquer un « désastre ».

Les causes les plus fréquentes débouchant sur des accidents mortels de la vie courante sont aussi les plus évitables. Il s’agit des chutes, suffocations, brûlures, noyades, intoxications et ingestions d’aliments entraînant l’obstruction des voies respiratoires. En 2008, les accidents de la vie courante ont entraîné 19 703 décès. Et contrairement à ce qu’il était courant d’entendre, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), sur la base des données de l’Institut de veille sanitaire, a révélé le 19 juillet que ce ne sont pas les enfants qui sont les premiers concernés : Les 75 ans et plus comptent pour les deux tiers de ces accidents.

L’explication ? Le vieillissement de la population. Le troisième et le quatrième âge, particulièrement vulnérable, voit sa proportion s’agrandir constamment dans l’ensemble de la population. Chez les enfants, au contraire, une amélioration est nettement perceptible. Les auteurs du rapport du BEH soulignent ainsi que les accidents de la vie courante ont connu une décrue de 5,7% par an depuis 2000 chez les moins de 15 ans.

L’un des principaux responsables de l’étude, Bertrand Thélot (médecin à l’InVS et spécialiste des accidents de la vie courante), note à cet effet qu’ « en huit ans, on a sauvé la vie de plus d’une centaine d’enfants. En 2000 nous avions enregistré 358 décès. En 2008, le chiffre est tombé à 254. Chaque semaine on a gagné deux vies. Ce n’est pas un détail ». Pour Bertrand Thélot, cependant, la situation demeure désastreuse. Il s’agit selon lui de faire bien mieux dans les années à venir, car « on ne devrait pas mourir d’un accident en principe inévitable ».
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté