Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une prime envisagée pour les médecins
Une prime envisagée pour les médecins
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 novembre 2008
Auteur de l'article
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Roseline

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
16
nombre de votes
0

Une prime envisagée pour les médecins

Une prime envisagée pour les médecins

L’assurance maladie se prépare à proposer un nouveau plan d’actions pour la nouvelle année. Les médecins généralistes auront la possibilité de toucher 5 à 7 euros par patient dont ils sont le médecin traitant attitré.

JPEG - 20.8 ko
Les médecins généralistes auront la possibilité de toucher 5 à 7 euros par patient

Par contre, il a bien entendu des conditions. Il est demandé à ces médecins d’atteindre des objectifs précis au niveau des prescriptions et de la prévention. Ce sont les syndicats des médecins qui ont annoncé la nouvelle hier.

Nous savons que les médecins généralistes subissent une surveillance et une pression constante de la part de l’assurance maladie. Mais là, il est question de remplir des quotas pour la prescription de certains médicaments, vaccinations contre la grippe, dépistage du cancer du sein,…

Ls médecins généralistes qui souhaitent jouer le jeu pour peut-être récupérer une prime, doivent signer un « contrat d’amélioration des pratiques individuelles ». Ce gain se traduira par une prime annuelle dont le plafond est de 5 000 euros.

Comme il s’agit d’une prime, cette somme sera versée en supplément des honoraires perçus et définie en fonction du nombre moyen de patients inscrits dans le dispositif médecin traitant pour chaque généraliste d’après la déclaration du responsable du syndicat SML (Syndicat des Médecins Libéraux).

De ce fait, ce dernier pense que le plafond sera dépassé pour certains médecins. D’ailleurs, ce chiffre de 5000 se retrouve comme objectif que se donne l’assurance maladie en ce qui concerne le nombre de signatures de contrats souhaité au minimum pour l’année prochaine.

Ce projet est né suite à une tentative d’entende entre l’assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux sur les sujets suivants :

-essayer de contrôler les dépassements d’honoraires

-régler le problème de la répartition des médecins sur le territoire

Cette prime est encore un projet, car la réunion s’est terminée sans accord.

La prochaine réunion aura lieu le 10 décembre.

Un conflit se révèle avec les syndicats concernant la démographie médicale, suite à une proposition de l’assurance maladie de « taxer » les médecins des zones où un trop grand nombre de médecins traitants exercent, qui ne joueraient pas le jeu de porter ponctuellement main forte à leurs collègues implantés dans les « déserts médicaux ».

Par contre, un début d’entente a été possible sur le principe de créer un nouveau secteur tarifaire nommé « le secteur optionnel » où les médecins s’engageraient formellement à mettre en place des dépassements d’honoraires limités.

Les deux sujets précités ont fait réagir Nicolas Sarkozy qui a mis en garde les négociateurs. Si un accord n’arrive pas à être trouvé avant la fin de l’année, le gouvernement est prêt à prendre des initiatives.

La Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) s’est engagée auprès des syndicats à envisager des revalorisations pour certains secteurs (psychiatries, pédiatries, gynécologies médicales principalement) et des réductions pour d’autres comme le secteur de la radiologie.

Sinon, la revalorisation de la consultation des généralistes de 22 à 23 euros reste conditionnée aux économies réalisées dans le domaine des soins de ville par la « maîtrise médicalisée » des dépenses.

A ce sujet, Frédéric van Roekeghem, directeur de la Cnam, a insisté sur le fait que les objectifs 2009 permettront de faire, selon les syndicats, une économie de 220 millions d’euros sur les médicaments.

Ce gain serait décomposé principalement de la façon suivante :

-62 millions sur les statines (inhibiteurs de l’enzyme de la synthèse du cholestérol (inhibition de l’ESC). Ce sont des agents actifs pour le traitement des troubles du métaboliste des lipides)

-33 millions sur les antibiotiques (substances empêchant le développement de certains micro-organismes dans lesquels elles pénètrent et dont elles perturbent le métabolisme ou qui les détruisent)

Mais, la Cnam n’oublie pas les affections de longue durée (ALD). Elle voudrait que 60 millions d’économies soient réalisées sur ce secteur. Elle parle également des indemnités journalières qui devrait être amputées de 70 millions et des « actes en série » comme ceux des masseurs-kinésithérapeutes ou des infirmières qui devraient se voir lester de 10 millions d’euros.

Ce sont toujours les mêmes points qui sont mis en avant pendant les négociations d’où la menace du chef de l’Etat de prendre des sanctions.Des réponses doivent être trouvées pour favoriser l’accès au soin des patients, pour amener les médecins à faire faire des économies à l’assurance maladie contre une récompense pour bonne conduite.

Ces négociations vont-elles réellement bénéficier aux patients et/ou aux médecins ? Nous en serons plus le 10 décembre après la découverte des réelles prises de décisions faites lors de cette prochaine réunion.

Roseline Buarotti
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté