Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Tumeurs au cerveau : Détruites au laser
Tumeurs au cerveau : Détruites au laser
note des lecteurs
date et réactions
1er septembre 2008 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Roseline

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
16
nombre de votes
0

Tumeurs au cerveau : Détruites au laser

Tumeurs au cerveau : Détruites au laser

Un ensemble des membres du milieu médical de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière est arrivé à détruire des tumeurs métastasiques cérébrales chez des patients restés conscients en utilisant les technologies du laser et de l’Imagerie par Résonnance Magnétique Nucléaire (IRM).
L’IRM permet d’obtenir des vues en 2D et 3D du cerveau immédiatement à l’instant T définit par le besoin. C’est une grande première mondiale.

L’équipe a été composée de neurochirurgiens, de radiologues, d’anesthésistes sous la direction d’Alexandre Carpentier.
C’est la revue Neurisurgery qui a publié cette information importante.

Entre décembre 2006 et février 2008, un essai clinique a été mis en place avec 15 patients et sous la coupe de l’Agence française de sécurité sanitaire de santé (Afssap), qui a donnée son accord pour l’utilisation du laser associé à une IRM.

Sur les 15 traitements, 9 actes médicaux n’ont pu être que partiels et 6 totaux.
Bonne nouvelle, 5 des 6 malades qui ont eu le droit à l’ablation totale de la tumeur, n’ont pas montré de récidive sur les 9 mois en moyenne qui ont suivi le traitement.

Les patients soignés étaient tous atteints de différentes formes de cancer (sein et poumon principalement) et souffraient tous de métastases qui se sont installées dans le cerveau.

Certes, il faut encore et toujours faire une étude des résultats obtenus afin de définir les possibilités et les limites de cette nouvelle méthode, mais pour l’instant cet essai clinique est clos.

Ce qui est impressionnant, c’est que le patient reste conscient tout le long de l’acte médical et admet ne rien ressentir.
Et, ce qui est intéressant pour le malade, c’est qu’il n’existe aucune complication après l’intervention.

Les métastases cérébrales touchent approximativement 20 % des personnes décédant d’un cancer. Les personnes les plus souvent atteintes sont 45 % à être affectées de cancers broncho-pulmonaire.

Le cancer en deuxième position est le cancer du sein.
Lui aussi développe très fréquemment les métastases en cause.

Le cancer d’origine est dit primitif dans ce cas, car il s’agit du cancer qui créé les métastases qui migrent par voie sanguine par un essaimage de cellules cancéreuses vers le cerveau.
Ces métastases étaient résistantes à toutes les formes de traitement jusqu’à présent et donnaient peu de chances aux patients de rester en vie plus de trois mois.

Avant ce bouleversement médical, les tumeurs cérébrales s’opéraient habituellement par la voie d’une chirurgie lourde où il fallait ouvrir la boîte crânienne. La nouvelle opération dure uniquement 2 et 3 minutes.
Le patient est allongé dans l’appareil à IRM.

L’équipe d’Alexandre Carpentier a commencé par localiser la tumeur par l’utilisation de l’IRM. Ensuite, après une anesthésie locale, elle a percé un trou de 3 millimètres de diamètre dans la boîte crânienne.
Ce trou a permis aux chirurgiens d’introduire une fibre optique. Cette dernière a été équipée d’un laser qui a été mis en place jusqu’à la tumeur visée.
Au départ, une simulation du traitement a été tentée sur ordinateur.
Puis, le laser a été mis en route, car l’équipe arrive au moment crucial.
Le laser a chauffé, pendant 1 à 2 minutes, le tissu tumoral. Cette action a eu pour effet de nécroser le tissu de cette tumeur. Pour permettre un acte de cette ampleur, il a été nécessaire de coupler cette action avec une surveillance par IRM. De nombreuses séquences ont été prises afin de suivre le traitement.

La température des tissus tumoraux et de ceux qui sont restés sains a été en constante surveillance et contrôlée par des ordinateurs. Les informations ont été données en temps réel au reste de l’équipe pour affiner l’énergie délivrée par le laser. Et, pendant tout ce temps, leur patient reste conscient et peut entendre tout ce qui se passe autour de lui.

Un brin d’espoir dans la lutte contre le cancer du cerveau ne fait pas de mal.
Alexandre Carpentier désire mettre en place un ambitieux programme autour de cette découverte et de nombreuses recherches sur ce thème vont être mises en place. Le seul "hic" serait le côté financier. Les fonds institutionnels ne sont pas suffisants.

L’équipe de la Pitié-Salpêtrière doivent trouver environ deux millions d’euros pour continuer à développer et améliorer le traitement de ces tumeurs cérébrales. La motivation est présente. Et, le regard tourné vers l’avenir.
Il n’y a aucune raison que les fonds ne soient pas trouvés pour cette si bonne cause.

Bravo à tous pour le courage et l’innovation.

Sources  :
http://www.neurosurgery-online.com/pt/re/neurosurg/abstract.00006123-200807001-00004.htm
http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...
http://www.continentalnews.fr/actua...
http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200...

Roseline Buarotti
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Recherche
Commentaires
2 votes
par Baudouin Labrique (IP:xxx.xx7.66.241) le 3 octobre 2008 a 17H09
Baudouin Labrique (Visiteur)

« Détruire au laser les tumeurs au cerveau » ou comment à coup sûr rater encore la cible !

Que penser réellement de cette (triomphale) annonce : « Un ensemble des membres du milieu médical de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière est arrivé à détruire des tumeurs métastasiques cérébrales chez des patients restés conscients en utilisant les technologies du laser et de l’Imagerie par Résonnance Magnétique Nucléaire (IRM). » ?

Avertissement : « Les données présentées ici ne font guère recette auprès des journaux scientifiques ou des réunions scientifiques car elles ne rapportent rien aux laboratoires pharmaceutiques. (..) Et puis, elles vont souvent à l’encontre du « médicalement correct »." Phrases du Dr Pierre-Jean Thomas-Lamotte, neurologue (cité plus bas) que je reprends ici à mon propre compte.

Qu’a-t-on appris en fait au sujet de ces prétendues métastases cérébrales ? Voici l’explication du Dr A. François A. Monnot : "Les foyers cérébraux que les médecins classiques appellent métastase cérébrale ne se forment pas au hasard de la migration sanguine de cellules de la lésion cancéreuse, ils sont toujours de la même origine embryologique que le tissu atteint sans être formé de cellules identiques. Les cancérologues officiels quand ils connaissent ce fait ne l’expliquent avec leur théorie…" (http://medecinenouvelle.com/eveneme... )

La science médicale conventionnelle prétend pourtant que le cancer du cerveau existe mais pas selon le thérapeute Léon Renard. Dans son best-seller « Le cancer apprivoisé », il démontre que les médecins confondent une tumeur ou un kyste au cerveau avec l’œdème dû à la résolution d’un conflit à l’organe visé par la partie malade du cerveau : "La plupart des observations qui mentionnent une pathologie cancéreuse au cerveau ne sont que la trace d’un œdème de réparation crée par la résolution du conflit qui y est corrélé. Pour doser la cortisone (à prendre au début en haute dose) il est nécessaire de suivre les conseils d’un médecin qui connaît très bien la Médecine Nouvelle du Dr Hamer et qui est capable de lire les images cérébrales. Il y a toutefois quelques rares cas où un conflit (DHS) de cerveau à cerveau (je me casse la tête pour trouver une solution) crée la solution biologique d’augmenter les performances du cerveau et une masse apparaît lors de la phase de conflit." (http://www.retrouversonnord.be/hamer.htm)

Dans un texte en PDF écrit par le Dr Hamer et qui présente ses découvertes, on peut découvrir cette photo parmi d’autres et qui montrent notamment les "foyers de Hamer" dans les milieux scientifiques éclairés et en phase avec les découvertes de la Physique Quantique et de la psychobiologie moderne. (http://germannewmedicine.ca/extdocs... )

Le Dr. Harry Watt de Munich a rencontré personnellement le Dr Hamer ; "Les Foyers de Hamer" c’est aussi le titre qu’il a donné à cet article qui est un excellent résumé de la médecine nouvelle du Dr Hamer ; en voici des extraits : (…) "Cependant, le fait que le bien-fondé et la précision de son point de vue aient été vérifiés et confirmés des milliers de fois, et surtout, que cette découverte permette une thérapeutique efficace, avec un taux de guérison de 97%, rend complètement inexplicable que, malgré des possibilités de vérification jusque dans les moindres détails, les responsables de la médecine et de la santé aient jusqu’à présent rejeté en bloc et ignoré systématiquement toute cette affaire. Ou plutôt qu’ils l’aient condamnée au silence, imposant un hermétisme total pour éviter sa diffusion dans la pratique et l’enseignement médical. " (…)

"Transformations dans le cerveau. Les modifications survenues dans les aires cérébrales sont désignées par le terme Foyers de Hamer, et sont observables dans le cerveau. Durant la phase active du conflit, on observe un état vasospastique qui, une fois le conflit résolu, laisse place à un œdème intra ou périfocal. Il arrive que celui-ci puisse présenter un danger mortel (lorsqu’il se situe, par exemple, dans le tronc cérébral). Cependant, et en lui-même, cet œdème que la médecine académique interprète erronément comme une métastase cérébrale, annonce uniquement la phase de guérison. (…) La rigoureuse corrélation existant entre la perturbation de la sphère comportementale, la fonction cérébrale (Foyers de Hamer) et la maladie organique concorde précisément avec l’origine embryonnaire des organes ou, plus concrètement, avec les composants organiques d’un côté et, d’un autre côté avec les parties du cerveau qui se sont successivement développées au cours des différentes étapes de l’évolution. C’est ainsi que les Foyers de Hamer correspondant aux tumeurs malignes des tissus d’origine endodermique sont localisés dans le tronc cérébral, alors que les tumeurs affectant les tissus d’origine mésodermiques sont localisées soit dans le cervelet soit dans la moelle cérébrale, et les cas qui surviennent dans les tissus d’origine ectodermique sont localisés dans le cortex cérébral. " (…) (http://free-news.org/hamefr07.htm ) (Article publié dans le numéro 36, octobre-novembre 1988, de la revue scientifique Raum&zeit, « Die neuen dimension der Wissenschaft » (Espace et temps, la nouvelle dimension de la science). Editions Ehlers-Verlag : http://free-news.org/hamefr07.htm )

Dans son excellent ouvrage « Médecine du mal, médecine des mots », Richard Sünder nous le confirme encore : "Hamer a démontré, sur plus de 15.000 (30.000 si l’on compte ceux de ses élèves), à l’aide du scanner, que tout maladit [ terme utilisé en psychobiologie moderne pour désigné le fait qu’une somatisation appelée maladie n’est en fait que la traduction somatique d’un mal psychique ], quel qu’il soit, est enclenché par un D.H.S. (Dirk Hamer Syndrome [en hommage à son fils mort, choc qui a provoqué chez lui un cancer testiculaire]) qui comprend : (…) le conflit, intense, dramatique (l’individu estime, à tort ou à raison, que sa vie est en jeu, même si le mobile du conflit peut paraître futile), vécu dans l’isolement et le silence (le sujet ne peut en parler à personne et intériorise totalement le stress qui le saisit) (…) » « Si le stress intense persiste, il provoque, dans une aire de l’encéphale correspondant au type de conflit, une lésion visible au scanner : le "Foyer de Hamer". C’est un œdème, dont le biologiste allemand Peter Augustin, montre que c’est de l’eau et que les cancérologues prennent pour une tumeur cérébrale (ce qui est tout à fait remarquable de leur part puisqu’on leur a enseigné que les neurones étaient incapables de se reproduire - ce qui est d’ailleurs faux : des travaux récents le démontrent mais les cancérologues l’ignorent !)."

"(…) le Dr Hamer, immédiatement relayé par des centaines d’autres médecins, approuvé par des cancérologues notoires d’Autriche et de Tchécoslovaquie comme le Pr Birkmayer (°) , démontre scientifiquement, scanner à l’appui, sur 20.000 cas, que le cancer est une maladie psychosomatique, provoquée par un conflit intense et dramatique, vécu dans l’isolement et le silence et qui engendre un stress qui provoque, dans l’aire cérébrale correspondant au conflit, une lésion que le cerveau somatise dans l’organe-cible correspondant, pour se débarrasser du stress(…) " (http://www.pansemiotique.com/e107_p... ) (°) Professeur Jörg BIRKMAYER, docteur en chimie et docteur en médecine, titulaire de la chaire universitaire de médecine chimique et de cancérologie, spécialiste de médecine de laboratoire et chef du laboratoire médico-chimique de l’université de Vienne. (Lire aussi l’article que Richard Sünder a écrit à propos du "Diagnostic du cancer par l’imagerie cérébrale et Ryke Geerd Hamer.") (http://www.pansemiotique.com/e107_p...)

Si vous en doutiez encore, voici fort de l’expérience concrète (25 années de travail), le témoignage concordant du Dr Pierre-Jean Thomas-Lamotte qu’il a livré dans son livre : "Et si la maladie n’était pas un hasard..." : il a montré, scanners à l’appui, la relation entre conflit, stress, foyer de Hamer et organe-cible lors du congrès de cancérologie de Marseille, en 2003 : "J’ai d’abord rencontré le psychanalyste Pierre Barbey qui m’a initié « à la lecture des scanners cérébraux ». Il m’a patiemment appris à reconnaître sur une simple photo les zones du cerveau qui portent les traces venant de la « rumination d’un conflit ». Pendant sept ans, pratiquement chaque semaine, j’ai passé une journée avec lui à confronter, en aveugle, les données de la lecture du scanner cérébral au tableau clinique du malade. Et pendant quatre ans, nous avons pu travailler ensemble à Paris, à la Salpêtrière, grâce aux professeurs Hauw et Meininger qui nous ont accueillis dans leurs services respectifs."

Une fondation américaine "Heal Breast Cancer Foundation" a lancé récemment un programme de recherche sur l’imagerie cérébrale, qui vise à redémontrer ce que déjà le Dr Hamer a mis au jour, à savoir, que tous les organes du corps ont un relais précis dans une aire cérébrale spécifique et que la cause des cancers est un conflit et l’émotion qu’il produit. (http://www.healbreastcancer.org/bra... )

"Tumeurs" cérébrales à irradier a-t-on prétendu ? Ces taches sont donc des foyers cérébraux (œdèmes) qui n’ont rien d’inutile. Dans cet ordre d’idées, sachant que ces foyers se résorbent d’eux-mêmes dans la phase de guérison orchestrée par le psychisme (à condition de résoudre les situations conflictuelles qui ont créé les somatisations correspondantes), il paraît inutile et potentiellement iatrogène, on le voit ici encore, des les irradier croyant qu’il faut les détruire ! (http://www.retrouversonnord.be/Sant... ) Ici encore, l’homme se poserait encore en redresseur de soit-disants tors de Dame Nature !

Question à se poser de toute urgence sur le plan éthique et déontologique : comment est-on arrivé à fabriquer, sans sourciller et sous prétexte de soigner les gens, de véritables engins d’extermination et donc, perpétrer, certes, sans l’avoir délibérément voulu, de tels "meurtres sur ordonnance" via l’irradiation (pour ne parler que d’elle) et les risques engendrés plus que réels (erreurs de cible, doses ...) ? (http://www.amazon.fr/Meurtres-ordon... ) Primum nil nocere scelle-t-il pourtant leur serment ?! (http://www.retrouversonnord.be/hipp... ) De tels traitements comptent parmi ceux qui génèrent la proportion de 1/1000 personnes qui meurent par an, ce qui les positionne presqu’à la première place des causes de mortalité tous facteurs confondus, selon des sources officielles dignes de foi et mises en relation ! (http://www.retrouversonnord.be/Chim... )

0 vote
(IP:xxx.xx2.191.67) le 6 novembre 2008 a 22H04
 (Visiteur)

je suis tres fier de ces revomutions mais ce que j’aimerai savoir c’est le coup de cette seance de laser

0 vote
par llobet1 (IP:xxx.xx6.109.202) le 17 janvier 2009 a 10H29
llobet1 (Visiteur)

Toute la validité de ce texte repose sur l’absence d’un argument essentiel : la biopsie. En effet, se contenter d’analyser des images pour en tirer des conclusions est scientifiquement intolérable. Malheureusement, les biopsies pratiquées sont capables d’identifier parfaitement le type de cellules concernées. Que le docteur Hamer fasse vérifier sa théorie par des biopsies et je réviserai peut-être mon jugement.