Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Spoutnik, un virus qui s’attaque à d’autres virus
Spoutnik, un virus qui s'attaque à d'autres virus
note des lecteurs
date et réactions
12 août 2008 | 11 commentaires
Auteur de l'article
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Roseline

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
16
nombre de votes
0

Spoutnik, un virus qui s’attaque à d’autres virus

Spoutnik, un virus qui s'attaque à d'autres virus

Une équipe française a découvert le premier virus qui a la capacité de s’attaquer à d’autres virus et surtout à l’un de ses « cousins » qui se trouve être huit fois plus gros que lui.

En fait, ces chercheurs ont découvert une nouvelle souche de virus géant qui cachent en eux un autre virus minuscule et inconnu dont la taille est de 50 milliardièmes de mètre de diamètre. Mamavirus. Crédit : Commons.

Mamavirus. Crédit : Commons.

Ce qui est étonnant, c’est que le tout petit virus, nommé « Spoutnik », est capable de rendre malade le plus gros, nommé « Mama », à tel point que ce dernier est empêché de fabriquer des particules virales normales et donc de se multiplier.

Les personnes qui sont à l’origine de cette découverte, sont Jean-Michel Claverie du CNRS et Didier Raoult de l’Université Aix-Marseille 2. Mama avait été précédemment trouvé par ces derniers en 2003.

Mais, c’est la première fois qu’un virophage (un virus capable d’infecter un autre virus) a été observé, surtout qu’il constitue une nouvelle famille virale et une nouvelle entité biologique.

Ce n’est pas la seule chose incroyable.

« Spoutnik » est également capable d’infecter d’autres virus et d’effectuer le transfert de gênes d’un virus à l’autre.

Bernard La Scola qui fait partie de l’équipe de chercheurs marseillais, ainsi que ses collègues, se réjouit de narrer l’histoire de leur “bébés”, comme ils nomment leur découverte dans le dernier numéro de la revue Nature.

En fait, Mama a été disposé dans l’eau d’une tour de refroidissement parisienne. Ensuite, cette eau a été inoculée à des amibes (êtres vivants unicellulaires). Les biologistes se sont a alors aperçus que ces animaux unicellulaires étaient rapidement infectés par une nouvelle souche de "Minivirus" qu’ils ont nommé « Mama ».

Ce dernier a donc besoin de se mettre en place dans une amibe pour développer ce que les biologistes appellent une « usine à virus » afin de se multiplier en regroupant ses particules virales.

Mais, « Spoutnik » devient le grain de sable qui fait s’enrailler la machine.

Au départ, lorsque, pour la première fois, Bernard La Scola a mis son œil sur le microscope, il a d’abord pensé que les minuscules particules qu’il observait à l’intérieur du virus géant en formation étaient des morceaux d’acides nucléiques (ADN ou ARN), nommés également « satellites », qui sont associés habituellement à tous les virus.

Mais, en continuant minutieusement l’observation de ces particules, il s’est aperçu qu’il s’agissait d’un vrai virus, mais il est incapable de se multiplier seul.

« Spoutnik » composé de 21 gènes, est, donc, obligatoirement un parasite du virus géant « Mama ».

Les professionnels de la santé se posent deux questions :

- « Spoutnik » est-il un nouveau système de transfert de gènes d’une espèce de virus à une autre ? L’idée à l’origine de cette question est la présence de trois de ses gènes qui proviennent du virus géant et un autre des archées (microbes intermédiaires entre les eucaryotes (organisme vivant possédant un noyau isolé du cytoplasme par une membrane et qui contient de l’ADN. Les eucaryotes s’opposent aux procaryotes (bactéries cyanophycées) et les bactéries).

« Spoutnik » a donc récupéré du matériel génétique par ci par là. Il pourrait également l’échanger avec d’autres espèces.

- Quel statut « Spoutnik » possède (vivant ou non) par rapport aux autres virus ?

Jean-Michel Claverie a déclaré dans Nature, à propos de Mama, qu’il « n’y a aucun doute qu’il s’agit d’un organisme vivant ». « Le fait qu’il puisse tomber malade le prouve ».

Bernard La Scola essaye de mettre plus de formes en déclarant : « C’est vrai que laissées seules, les particules virales sont incapables de se reproduire. Mais c’est plus évolutif : en fait il faut voir un virus comme subissant des étapes, un peu comme les insectes vont d’une larve à une nymphe et à un papillon ».

« Spoutnik » et « Mama » vont donc subir de nouvelles observations afin de répondre à ces questions.

Nous allons donc laisser les scientifiques présenter leurs différents arguments et voir qui a le dernier mot. Et, nous attendons avec impatience ce que va engendrer cette découverte.

________________________

Sources :

www.lefigaro.fr : « Spoutnik », le virus qui rend malade d’autres virus, 08/08/2008
www.futura-sciences.com : Découverte du premier virophage : un virus infectant d’autres virus,11/08/2008

Roseline Buarotti
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Recherche Virus
Commentaires
8 votes
(IP:xxx.xx2.82.207) le 12 août 2008 a 12H11
 (Visiteur)

Genial... on ne savait pas comment on allait faire pour se proteger de la mutation des H5N1 et autres cochonneries, voila t’y pas maintenant qu’on va fabriquer un truc qui le fait tout seul !

Une sorte de roulette... va que je te mets un p’tit spoutnik pour voir... ben mince alors, voila que mon rhume est devenu SIDA !

Je vous avais bien dit, madame Michu que toute ses fusées allaient nous detraquer le temps. voila que les virus vont nous detraquer nos maladies

4 votes
(IP:xxx.xx2.82.207) le 12 août 2008 a 12H48
 (Visiteur)

Vous avez remarqué, sur la photo de l’auteur...

Elle met son doigt sur sa tempe, comme pour nous dire que tout cela est fou... cet article serait-il a prendre au n-ème degrés ?

5 votes
par isis (IP:xxx.xx3.137.157) le 12 août 2008 a 13H40
isis (Visiteur)

A la lecture de cet article intéressant où l’on voit que l’auteur s’est documentée, je vois que le votre est totalement inintéressant et si vous avez voulu faire de l’humour, il faudrait d’abord vous inscrire dans une école du rire .... mais bon le talent ne s’apprend pas. A l’avenir abstenez vous et allez donc faire vos commentaires sur des sites de votre niveau.

2 votes
(IP:xxx.xx2.82.207) le 12 août 2008 a 14H19
 (Visiteur)

PS : je n’ai pas ecrit d’article, j’ai ecrit un commentaire sur ce que le texte de l’auteur m’inspire.

Rien ne vous empêche de penser autrement que moi, rien ne vous empeche d’enrichir ce qui est avancé dans l’article.

3 votes
par Roseline (IP:xxx.xx5.195.118) le 12 août 2008 a 13H24
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Bonjour,

Non, cet article n’est pas à prendre au nième degré.

Mon doigt ne signifie rien à part qu’il me sert à baisser mes lunettes.

Sinon, pour le moment, il n’est pas question de guérir les patients avec cette découverte.

Par contre, il est certain que de nombreuses études vont être faites pour définir que pourra être son rayon d’action.

Bonne journée,

6 votes
(IP:xxx.xx2.82.207) le 12 août 2008 a 14H54
 (Visiteur)

Merci d’avoir pris la peine de me repondre, merci de votre patience et de votre savoir vivre.

L’humour etant ce qu’il est, laissez moi profiter de votre photo qui peut porter a confusion dans ce contexte, sans autre arriere pensée.

Sur le fond du sujet, j’ai effectivement sauté une étape pour arriver directement a ce que vous avez exprimé : va-t-on, pouvoir en tirer quelque chose dans le domaine de la santé humaine. Evidement cela est tres prémature, mais s’il y a le moindre espoir nous savons vous et moi que ce sera mis en oeuvre.

Helas, nous ne sommes même pas encore arrivé a la preuve du virus de virus. Je crois helas que cela va être tres difficile a determiner d’autant que vous savez probablement qu’il existe deux sortes de virus, ceux qui contienne une double helice ADN (les plus rares) et ceux qui contiennent une simple chaine ARN. L’etude que vous citez concerne une fraction de ces derniers. En effet il existe deux sortes de virus à "ARN", dont les plus frequents (appelés positif) font une synthese directe de la proteine virale. Les autres dit "negatifs" ne sont composés que d’un enzyme viral et sont donc "ARN dependant" c’est a dire qu’ils faut qu’ils trouvent un ARN appelé "transcriptase" pour synthétiser la proteine virale.

Le cas de spoutnik s’inscrit probablement dans ce dernier type de virus. la tentative d’eriger au rang de virus l’ARN catalyseur en un virus lui même est tres tentant.

Vous voyez, on peut faire de l’humour et avoir une "certaine" connaissance du sujet.

Votre article est interresant car il permet au moins de vulgariser des informations bien enfouies dans une documentation a 99,9% dominée par les anglo-saxons. Merci

2 votes
(IP:xxx.xx9.64.244) le 12 août 2008 a 14H41
 (Visiteur)

Alors....la médecine va -t- elle suivre ? On va donc de nouveau soigner à peu de frais ? ...car ceci au fin fond des campagnes, c’est déjà appliqué...comme la prose de Monsieur Jourdain !.... et des connards de charlatans qui guérissent sans bourse déliée ???...une honte, je vous dis, une honte que ce sale mot ’gratuit’....

2 votes
par Roseline (IP:xxx.xx5.195.118) le 12 août 2008 a 15H16
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Je vous en pris.

Il est vrai que l’humour est une chose essentielle dans la vie.

C’est pour ça que je n’ai pas mis une photo traditionnelle qui pourrait se révéler pompante...

Sans commentaires...

Ce n’est pas un jugement envers les autres, mais une volonté de traduire que l’intérêt pour la science et la santé, ne fait pas de moi un robot.

Je suis touchée par ce dernier commentaire qui, en effet, vous révèle sous un jour nouveau et réellement intéressant.

Le fait que vous observiez que je vulgarise les propos scientifiques me touche également, car c’est mon but, afin que le plus grand nombre de personnes puissent essayer de suivre les évolutions scientifiques et médicales sans avoir à se prendre la tête ou à utiliser un dictionnaire (où tous les mots ne figurent pas d’ailleurs)...

En tout cas, merci encore pour vos compliments, je ne m’arrête jamais à une première impression et tente toujours de répondre au plus juste sans prendre position sur un article dont je suis l’auteur.

Et félicitation à vous, rare sont les personnes qui sachent de nos jours reconnaître une erreur qu’ils auraient pu faire et qui soulève l’incompréhension des autres.

En bref, merci pour tous et surtout pour les compliments et le complément d’informations qui pourra rendre service à qui n’a pas encore eu connaissance de ces bases scientifiques peu utilisées dans la vie de tous les jours...

Bonne journée,

1 vote
(IP:xxx.xx6.170.225) le 12 août 2008 a 16H00
 (Visiteur)

cela pourrait donc être un moyen de guérison pour les maladies graves comme le SIDA ; crée un virus capable de neutraliser un autre virus. Mais si le virus qui est sensé soigner mute et devient dangereux pour l’homme ? On se croirait presque dans "Je suis une légende"...

2 votes
par Roseline (IP:xxx.xx5.195.118) le 12 août 2008 a 16H07
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Bonjour,

Ne mettons pas la charrue avant les boeufs !

Pour le moment, les chercheurs doivent déjà définir qui il est et comment il fonctionne...

Ensuite, les études porterons sur les possibilités d’utiliser cette découverte.

J’espère de tout coeur que votre espoir devienne réalité, mais nous ne pouvons faire aucune affirmation dans ce sens pour le moment.

C’est vrai que les premières observations peuvent donner libre court à l’imagination et peut correspondre à bien des romans d’aventures extraordinaires...

Ne partons pas trop loin dans l’espoir pour ne pas tomber de trop haut tout de même...

Patience est mère de sureté !

Courage,

Nous aurons de toute façon des réponses aux multiples questions que nous nous posons tous à tous les niveaux que ce soit scientifique ou personnel.

Bonne journée,

0 vote
par Gilbert Spagnolo dit P@py (IP:xxx.xx8.208.8) le 12 août 2008 a 20H51
Gilbert Spagnolo dit P@py, 7 articles (Rédacteur)

Salut Roseline,

Je pense qu’une certaine recherche est l’avenir de l’humanité http://www.sauvonslarecherche.fr/sp...

Dans Goole d’autres infos ! http://www.google.com/search?source...

@+ P@py