Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Radiothérapie : De nouvelles mesures pour prévenir les incidents
Radiothérapie: De nouvelles mesures pour prévenir les incidents
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
31 juillet 2008 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Roseline

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
16
nombre de votes
0

Radiothérapie : De nouvelles mesures pour prévenir les incidents

Radiothérapie: De nouvelles mesures pour prévenir les incidents

Après la déclaration de nombreux accidents survenus dans les services de radiothérapie concernant la radioprotection des patients, une étude a été lancée.

En 2007, tous les services de radiothérapie ont été visités par les agents ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) en étudiant tout particulièrement l’organisation et le personnel.

Un rapport a été remis aux mains du ministère de la Santé le 15 avril 2008.

Mais l’Autorité de Sûreté Nucléaire ne s’arrête pas là et met à disposition en ligne sur Internet ses bilans d’inspections des 179 centres de radiothérapie de France.

En effet, les graves accidents d’irradiation survenus à Epinal et concernant 700 patients irradiés entre 1996 et 2006 et ceux survenus à Toulouse sur 145 victimes entre avril 2006 et avril 2007 ne pouvaient pas rester dissimulés sans trouver des solutions et des réponses pour les patients concernés ou qui devaient être concernés.

Cette étude montre du doigt 9 centres qui présenteraient des risques pour les patients : Aurillac dans le Cantal, Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, Compiègne et Creil dans l’Oise, Le Havre dans la Seine-Maritime, Orléans dans le Loiret, Le Puy-en-Velay dans la Haute-Loire, Nevers dans la Nièvre et Thiais dans le Val-de-Marne.

Ces « mauvais élèves », selon les dires de l’administration, sont priés de « pourvoir à leur carence en effectifs ». Cette étude démontre que si le nombre de traitements annuels est pris en charge, l’effectif nécessaire en personnel pour exécuter un travail à la hauteur du besoin des patients, n’était pas en conformité en fonction de la circulaire de 2002 qui fait foi en termes de règlements.

Ce texte précise que pour 300 à 400 traitements annuels venant de manière continue pendant les heures d’ouverture du centre de radiothérapie concerné, il faut une équipe constituée d’un radiothérapeute, d’un radiophysicien, de deux manipulateurs et d’au moins un dosimétriste (intermédiaire entre le radiophysicien et le manipulateur et qui vérifie, en autre, que les doses reçues par le patient sont correctes et adéquates à son traitement).

Sur ces 9 centres mis en évidence, un seul doit fermer ses portes temporairement. Il s’agit de celui de celui du Puy-en-Velay.

La cause est que « le manque de professionnels est patent » d’après le responsable de l’ASN, André Lacoste.

En plus, si la durée de leur formation est prise en charge, une obligation de respecter un délai irréductible de cinq à dix ans est à envisager avant que le problème soit réglé dans son ensemble.

Par contre, si vous dépendez des centres cités, ne prenez pas vos jambes à votre coup et ne refusez pas de vous faire soigner !

Il faut que vous sachiez que sur 8 millions d’actes annuels, il a eu effectivement quelques accidents inacceptables, mais qui restent tout de même rares.

L’ASN a mis en place une nouvelle échelle afin de mesurer et prévenir la gravité des incidents pouvant survenir en radiothérapie pour traiter le cancer avec l’aide de la Société Française de Radiothérapie Oncologique (SFRO), également consultable sur le site de l’ASN et qui met à jour 121 cas depuis juillet 2007.

Vous trouverez cette échelle à l’adresse suivante .

Et, l’ASN affirme avec conviction que 66% des incidents étaient, heureusement, sans conséquences, classés 0 et 1 sur l’échelle ASN/SFRO soit sans effet ou avec des effets bénins ou modérés.

Toujours sur ce site de l’ASN, une prévision d’une synthèse trimestrielle des évaluations des centres est prévue.

Ces mesures sont mises en places pour limiter de plus en plus les préjudices aux patients.

Il ne faut pas oublier non plus que la radiothérapie sauve des vies quand aucune erreur est commise.

L’ASN va donc veiller à ce que les 220 000 nouveaux patients qui doivent recevoir une radiothérapie, aient la possibilité d’accéder à des traitements de qualité, garantis et crédibles.

Alors si vous êtes concernés, prenez votre courage à deux mains et allez suivre votre traitement !

_________________________________________________

Sources  :

Magazine Sciences et Avenir,Août 2008 : Radiothérapie sur Internet, http://www.parhtage.sante.fr : Radiothérapie externe : Bilan des inspections 2007,
www.asn.fr : Lettres de suite d’inspection de radiothérapie, www.tech-radiotherapie.info : Le dosimètriste.

Roseline Buarotti
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Les Actus
Santé & Maladies
Mots-clés :
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx1.248.77) le 31 juillet 2008 a 18H49
 (Visiteur)

Ces evenement sont un véritable scandale pour les autorités sanitaire de notre pays. Pendant 20 ans il a été fait n’inporte quoi dans la plupart des hopitaux.

0 vote
par lucie (IP:xxx.xx4.210.61) le 17 octobre 2008 a 10H07
lucie (Visiteur)

Bonjour,

Je suis élève en 1ère ST2S (science technique sanitaire et social), je dois faire un exposé pour le bac. Mon thème est le xeroderma pigmentosum (les enfants de la lune). J’aimerais savoir si la radiothérapie peut être une aide pour cette maladie. Je vous remercie d’avance.