Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Prévention de l’apnée du sommeil grâce à l’orthodontie
Prévention de l'apnée du sommeil grâce à l'orthodontie
note des lecteurs
date et réactions
17 avril 2008
Auteur de l'article
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

Estelle Vereeck

Dentiste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
26
nombre de commentaires
66
nombre de votes
2

Prévention de l’apnée du sommeil grâce à l’orthodontie

Prévention de l'apnée du sommeil grâce à l'orthodontie

Maladie redoutable car potentiellement mortelle, l’apnée obstructive du sommeil toucherait 2 à 4 % de la population, chiffres probablement largement sous-évalués. Incurable chez l’adulte autrement que par chirurgie des maxillaires, la maladie pourrait être évitée, à condition d’intervenir tôt sur le développement des mâchoires chez l’enfant en phase de croissance.


  • L’apnée du sommeil
La maladie se caractérise par une piètre qualité du sommeil causée par une succession de microréveils, dus à de courts étouffements de deux à trente secondes. La personne ronfle, le voile du palais est étiré, les voies aériennes sont partiellement obstruées. Le sommeil n’est pas réparateur, la personne se réveille aussi fatiguée qu’elle s’est endormie.


  • Effets invalidants sur la vie sociale et professionnelle
Une étude récente sur des conducteurs de camion a montré que ceux souffrant d’apnée du sommeil ont un temps de réaction deux fois plus long que les personnes normales. La fatigue altère les réflexes, d’où un taux important d’accidents du travail et de la route chez les personnes souffrant de cette maladie, deux à sept fois plus que la moyenne de la population.


  • Effets sur la santé

La maladie a en outre de multiples et graves répercussions sur la santé : hypertension artérielle, artériosclérose, arythmie cardiaque, infarctus du myocarde, accidents cérébro-vasculaires, élévation du taux de cholestérol, maux de tête, dépression, dérangements cérébraux. Les personnes atteintes d’apnée du sommeil meurent prématurément.


  • Profil de la personne souffrant d’apnée du sommeil
Toutes les personnes atteintes ont en commun des mâchoires anormalement étroites  : la mâchoire du bas est petite et très en retrait (rétrognathie), le palais (mâchoire du haut) est effondré (palais creux en ogive). Le profil est caractéristique avec une lèvre inférieure en retrait et un menton effacé ou fuyant.


  • Rôle des mâchoires étroites

L’étroitesse des mâchoires est directement responsable des problèmes d’apnée du sommeil. L’effondrement du palais (plancher des fosses nasales et point d’entrée de l’air) entrave le passage de l’air, l’aspiration réflexe qui en résulte étire le voile du palais responsable des ronflements. Quant à la mâchoire du bas, dans des conditions normales, elle empêche la langue de retomber en arrière et d’écraser la glotte. Trop reculée et trop petite, elle ne joue pas son rôle protecteur des conduits aériens qui sont alors menacés d’écrasement. La conséquence directe des mâchoires étroites est que la personne étouffe pendant son sommeil. Le cerveau programme le réveil de manière réflexe pour éviter l’asphyxie.


  • Traitements symptomatiques


Chez l’adulte, seule la chirurgie des mâchoires peut remédier à leur étroitesse. La disjonction du maxillaire et l’avancée chirurgicale de la mandibule permettent de rétablir des conditions favorables à une bonne respiration. Pour ceux qui ne souhaitent pas passer par la chirurgie, un autre traitement consiste à porter une orthèse qui oblige la mâchoire du bas à garder pendant le sommeil une position avancée. Une autre solution est de dormir avec un masque à oxygène.


  • Prévention par l’orthodontie précoce

L’atrophie des mâchoires n’est pas une fatalité. Elle est causée, non par une disposition génétique, mais par un défaut précoce de positionnement de la langue, lors de la déglutition et au repos, qui empêche les mâchoires de se développer normalement. Les enfants dont la langue est basse parce qu’ils respirent constamment par la bouche sont prédisposés à souffrir plus tard d’apnée obstructive du sommeil. Il est donc tout à fait possible aujourd’hui de dépister les enfants à risque et de les traiter. En intervenant suffisamment tôt, lorsque la croissance des mâchoires n’est pas terminée (dans l’idéal avant l’âge de huit ans pour élargir le palais), il est possible de stimuler le développement osseux, d’élargir le palais et de favoriser l’avancée de la mandibule, et cela sans chirurgie, simplement en utilisant la croissance pour remodeler les bases osseuses. Un traitement d’orthodontie précoce peut donc éviter à un enfant de souffrir plus tard d’apnée du sommeil. Sans parler du bénéfice esthétique car un traitement précoce corrige le menton fuyant.
Note : les traitements d’orthodontie classiques ne traitent pas l’étroitesse des mâchoires mais se contentent de la camoufler (voire l’accentuent) par des extractions de prémolaires à l’adolescence qui fixent l’atrophie des bases osseuses.


  • Signes précoces d’étroitesse des mâchoires

Les parents doivent être particulièrement vigilants et savoir qu’une fois la croissance terminée, il est trop tard pour intervenir sur les mâchoires autrement que par chirurgie. Les signes suivants doivent motiver une consultation :
- dents de lait serrées qui se recouvrent beaucoup
- tendance à garder la bouche constamment entrouverte
- nuits agitées, cauchemars
- soif au réveil
- nez constamment encombré, problèmes ORL fréquents
- écoulement nasal permanent responsable de rougeurs autour du nez
- tendance à baver dans la journée et la nuit (oreiller mouillé)

- enfant agité, anxieux, présentant des troubles de la concentration, somnolent dans la journée ou en cas d’effort intellectuel
- enfant constamment essoufflé, inapte à l’effort physique
- fatigue constante

La solution véritable à l’apnée obstructive du sommeil réside dans la prévention et celle-ci passe par un traitement d’orthodontie précoce.


Estelle Vereeck, auteur d'ouvrages grand public sur la dentisterie holistique
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Santé & Maladies
Mots-clés :