Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Plus la musique est forte, plus on boit !
Plus la musique est forte, plus on boit !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 juillet 2008 | 10 commentaires
Auteur de l'article
FredOn76, 4 articles (Rédacteur)

FredOn76

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Plus la musique est forte, plus on boit !

Plus la musique est forte, plus on boit !

Une étude menée par Nicolas Guéguen, chercheur français en Sciences Comportementales, révèle que plus on monte les décibels dans les bars, et plus la clientèle boit d’alcool.

Cette nouvelle recherche expérimentale en la matière, établit pour la toute première fois un lien de causalité entre le volume de la musique et la consommation d’alcool des individus. Les clients prendraient en effet davantage de boissons et consommeraient plus vite d’autant plus que la musique est forte.

L’étude en elle-même a consisté a sélectionner au hasard 40 hommes âgés de 18 à 25 ans et à suivre leur consommation pour chaque niveau sonore différent. L’observation a eu lieu dans deux bars différents, et trois samedi soirs au cours desquels l’équipe de Nicolas Guéguen ont pu tester des niveaux sonores différents.

Deux raisons pourraient expliquer pourquoi la musique plus forte entraîne une plus grande consommation en un temps réduit :

-Un volume sonore élevé pourrait entrainer une stimulation importante qui incite les individus à boire plus rapidement et à prendre davantage de consommations. Ce principe a été vérifié dans de précédentes recherches.

-Autre possibilité : la musique forte pourrait avoir un effet négatif sur les échanges sociaux dans le bar. Les clients boivent donc davantage puisque les discussions sont limitées. Maintenant on sait pourquoi la musique est toujours trop forte dans les bars !

L’étude complète sera publiée au mois d’octobre prochain dans la revue Alcoholism : Clinical and Experimental Research.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :
Commentaires
5 votes
par Fred (IP:xxx.xx1.20.123) le 21 juillet 2008 a 16H42
Fred (Visiteur)

Pour précision, à partir d’un certain volume sonore ; les battements du coeur se cadencent au rythme de la musique. 120 battements par minutes (Bpm), 140, 160 ... plus la musique est rapide et plus s’est fatiguant ... d’ou la nécessité de consommer à la fois des boissons mais aussi des petits remontants....

0 vote
par gecko (IP:xxx.xx6.210.190) le 22 juillet 2008 a 11H04
gecko (Visiteur)

et vive le speedcore ! :-)

4 votes
par Yannick Harrel (IP:xxx.xx1.248.175) le 21 juillet 2008 a 17H22
Yannick Harrel (Visiteur)

Bonjour,

Très intéressante étude confirmant mes présomptions sur les musiques "d’ambiance" en ces lieux.

Et pourquoi ne pas aussi parler des lieux où la ventilation/climatisation est en mode ralenti pour justement favoriser la consommation d’alcool (et plus rarement d’eau minérale) ?

Pour ma part, j’évite désormais soigneusement tous ces lieux où il n’est pas possible d’avoir une interaction humaine pour cause de procédés purement consuméristes...

Cordialement

2 votes
par Nobody knows me (IP:xxx.xx5.122.242) le 22 juillet 2008 a 11H29
Nobody knows me (Visiteur)

Sans compter l’eau chaude dans les toilettes pour décourager d’en boire (si la crasse n’a pas déjà fait son effet). Rajoutons que l’alcool déshydrate, donc plus on picole, plus on a soif, donc plus on picole.

Egalement, je rejoins le commentaire ci-dessous. Moins on peut communiquer, plus on se fait chier, plus on boit.

Une sorte de cercle vertueux... ;-)

2 votes
par illu (IP:xxx.xx3.233.3) le 21 juillet 2008 a 18H08
illu (Visiteur)

c’est normal quand il y a trop de bruit on n’entend rien et on peut pas parler et donc on se fait chier.

quand on se fait chier on boit non ?

0 vote
par JL (IP:xxx.xx8.23.100) le 21 juillet 2008 a 19H30
JL (Visiteur)

Très intéressant. Je ne vais pas dans les bars mais dans les supermarchés. Là la musique est d’un niveau relativement bas, mais alors, quelle daube ! Je pense qu’ils diffusent ce qui ne coûte rien en termes de royalties à la SACEM.

0 vote
(IP:xxx.xx6.107.66) le 22 juillet 2008 a 08H19
 (Visiteur)

désolé de vous l’apprendre mais les supermarchés paient la sacem selon des critères assez compliques de m2, ça etc ... il y a même tout un marché la dessus justement. certains compositeurs en vivent même grassement

0 vote
(IP:xxx.xx5.166.147) le 22 juillet 2008 a 09H06
 (Visiteur)

Bravo et merci pour avoir pensé à faire cet article. Mes fréquentations anciennes de ces lieux m’ont fait découvrir que les lumières jouent également un rôle comme la suite me l’a appris : une certaine vitesse sur les routes bordées d’arbres endort l’automobiliste par le son ou/et par les éclairs lumineux. Nous en arrivons aux messages subliminaux que Monsieur Mittérand aurait utilisés à la télévision pour se faire aider à être élu. Je me permets donc d’écrire qu’il y a une couleur dans les lumières, peut être à une certaine fréquence, qui fait que l’on a envi de se dépasser et donc de boire si l’on pense que cela va y aider. Pourquoi , alors, ne pas repasser à vitesse très lente (et pourquoi pas très très rapide ?) une soirée en boite, ? il existe des caméras et des enregistreurs et ...en s’y mettant à plusieurs ...une heure peut être écoutées en cinq à dix heures...l’important est de trouver de possibles messages subliminaux qui obligent à boire. Si seule la puissance de la musique est en cause...il faudra le prouver et persuader nos élus ...nos jeunes peuvent continuer à se détruire pendant ce temps...pourtant, c’est la société qui se détruit avec eux. En tout cas, ce seront, comme moi, de futurs mal-entendants...pour certains sons.

0 vote
(IP:xxx.xx1.20.123) le 22 juillet 2008 a 10H34
 (Visiteur)

On pourrai prendre le raisonnement a l’envers. Les personnes qui aiment le bruit, la musique forte, et les lieux tres animés picolent plus que les autres...

0 vote
par Cassandre (IP:xxx.xx2.18.96) le 25 juillet 2008 a 15H22
Cassandre (Visiteur)

Inversement, j’ai observé que l’alcool aide à supporter un niveau sonore qui serait douloureux à jeun, en réduisant la sensibilité auditive (expérience que chacun peut vérifier - avec modération bien sûr).

Le cercle vicieux est bouclé !