Accueil du site
> Dossiers > Les troubles sexuels
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Phimosis : Que faire ?
Phimosis : Que faire ?
note des lecteurs
date et réactions
16 avril 2008
Auteur de l'article
Michel Schouman, 6 articles (Chirurgien Urologue)

Michel Schouman

Chirurgien Urologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
6
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Phimosis : Que faire ?

Phimosis : Que faire ?
Ces affections sont très fréquentes, et souvent négligées, alors que le traitement en est facile, et presque toujours définitif.

Le phimosis, c’est quand les peau du prépuce est trop étroite. Conséquence, on ne peut pas décalotter. Quand le phimosis est très serré, ou dans certaine malformations du prépuce, la peau est impossible à retrousser, même au repos. Dans les cas moins graves, ce n’est qu’en érection que le « col roulé » a du mal à passer sous le gland, et, si on y arrive, on ne peut plus re-calotter tant que l’érection n’est pas retombée. Il arrive même parfois des déchirures au niveau de l’anneau préputial, qui se reproduisent sans arrêt, et ont de plus en plus de mal à guérir, même si on utilise des traitements locaux.

Les conséquences sont d’une part sur l’hygiène, car les sécrétions et l’urine s’accumulent sous le prépuce. C’est un bon bouillon de culture pour tous les microbes ! D’autre part, la gêne au cours des rapports sexuels peut devenir invalidante. A vous dégoûter du plaisir !

Les solutions :

1/ Quand c’est peu grave et non invalidant, quelques soins locaux peuvent améliorer la situation.

phimosis-croquis.jpg2/ Sinon, il faut opérer. On peut alors, soit élargir le prépuce en le conservant, soit l’enlever et réaliser l’équivalent d’une circoncision. Quand on n’a pas l’habitude d’avoir le gland à l’air, on peut être gêné au début, mais ça passe très vite. Et puis, quelle tranquillité par la suite. Mais attention ! il est important que le geste chirurgical soit très bien fait pour que les cicatrices soient belles, ce qui n’est pas toujours le cas avec les méthodes rituelles.

On peut également choisir si l’on préfère garder la partie muqueuse, rose, sous le gland, ou la supprimer et insérer le fourreau directement sous le gland. Tous les goûts sont dans la nature.

On voit aussi parfois des garçons ou des hommes qui ne sont pas contents du résultat esthétique d’une circoncision réalisée dans la petite enfance. On peut toujours faire des retouches.

Enfin, quand il s’agit d’un phimosis acquis, ce peut être un symptôme de diabète, facile à dépister par un dosage de la glycémie (sucre dans le sang).
Docteur Michel Schouman Urologue Andrologue
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté