Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Orthodontie : priorité à la prévention
Orthodontie : priorité à la prévention
note des lecteurs
date et réactions
2 octobre 2008
Auteur de l'article
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

Estelle Vereeck

Dentiste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
26
nombre de commentaires
66
nombre de votes
2

Orthodontie : priorité à la prévention

Orthodontie : priorité à la prévention

La carie dentaire fait l’objet de nombreuses campagnes d’information, dont la dernière en date est le "Mois pour la santé de vos dents", organisé en partenariat avec l’UFSBD. La prévention des troubles orthodontiques restera cependant une fois de plus oubliée.

Pourtant, les problèmes de malpositions dentaires et d’encombrement affectent une majorité d’enfants. Contrairement à la carie, les problèmes orthodontiques ou malocclusions dont l’incidence augmente constamment, ne sont pas dépistés précocement mais traités tardivement au moment de l’adolescence.

Prévenir, c’est possible
Il est pourtant simple de repérer dès le plus jeune âge les signes avant coureurs de malocclusions ou de problèmes d’encombrement et de les prévenir par des traitements dits d’interception, relativement simples à mettre en œuvre. Point besoin pour cela d’être orthodontiste. Le dentiste de famille peut dépister et prendre en charge les défauts mineurs qui, sans traitement approprié, évolueront en malocclusions, plus longues et plus complexes à traiter.
orthodontie enfant
La photo ci-contre montre une fillette de trois ans conduite chez le dentiste par sa maman qui s’inquiète du liseré brun sur les incisives de sa fille. Pour l’œil averti du professionnel, le problème n’est pas là mais dans un certain nombre de signes annonciateurs de troubles orthodontiques à venir.

Éléments à repérer
Voici les éléments qu’un parent ne voit pas mais qui devrait sauter aux yeux d’un professionnel (dentiste, ostéopathe, orthophoniste) :

Dents de lait serrées
C’est un signe de manque de développement du palais et l’indice d’une probable immaturité de la déglutition (déglutition dite infantile). C’est également l’indicateur de fosses nasales anormalement étroites avec mauvaise ventilation, voire respiration anormale par la bouche.

Canines très pointues
C’est le signe d’absence d’usure par manque de mouvements transversaux qui contribuent au développement en largeur des mâchoires. L’enfant ne mastique pas comme elle le devrait à cet âge, elle se contente de mouvements d’ouverture et de fermeture en charnière à la manière des chiens.

Supraclusion ou recouvrement excessif des dents du haut sur celles du bas
La mâchoire du bas est littéralement encastrée sous le maxillaire (mâchoire du haut). Invisibles, les dents du bas disparaissent complètement, recouvertes par celles du haut. Cela implique que la mandibule est placée trop en arrière, l’articulation de la mâchoire est pincée avec prédisposition aux otites.

Vérouillée par la mâchoire du haut, la mandibule ne peut se développer. On parle de rétrognathie : la mandibule est petite et en retrait avec un menton fuyant. L’étage inférieur du visage est diminué, ce qui nuit à l’harmonie de la face qui est trop courte, comme tassée. Ce type de malocclusion prédispose à l’âge adulte à de fortes tensions dans la nuque, le cou et les épaules avec écrasement de l’articulation des mâchoires qui finira à terme par dysfonctionner (craquements, douleurs, ressauts, etc.).

Autres symptômes
Induits par la dysfonction de la langue, d’autres symptômes plus généraux peuvent accompagner ce tableau caractéristique : problèmes d’énurésie (pipi au lit), pieds plats, posture avachie, etc. : voir les détails dans La langue, clé de voûte de la santé.

Agir sans attendre
Il faut trouver sans attendre un orthodontiste ou un dentiste qui fasse de l’orthodontie interceptive ou précoce. À l’âge de trois ans, le port d’une simple plaque au palais pendant environ six mois libère la croissance des deux mâchoires et règle le problème de manière durable, sans récidives car on agit à ce stade sur les bases osseuses.

Si rien n’est fait, on peut prédire sans risque de se tromper des problèmes d’encombrement dès l’éruption des premières dents adultes, vers l’âge de 7 ou 8 ans. L’orthodontiste d’approche classique qui attend pour traiter la chute de toutes les dents de lait, se retrouvera devant des bases osseuses dramatiquement réduites qu’il camouflera par des extractions de prémolaires saines qui, hélas, ne régleront rien car extraire n’est pas guérir.

Ni génétique ni fatalité
La génétique n’a pas grand chose à voir dans la genèse des problèmes d’encombrement. En est responsable un déficit de croissance précoce dû en particulier aux traumatismes de la naissance (libérés par ostéopathie précoce), à l’allaitement au biberon qui favorise le recul de la mandibule, à l’absence de mastication, à la dysfonction de la langue (persistance de la déglutition immature, respiration anormale par la bouche), ainsi qu’à une éventuelle succion du pouce.

Les problèmes de mâchoires étroites ne sont pas une fatalité. À l’âge de trois ans, il est possible d’agir pour éviter les traitements orthodontiques longs et mutilants de l’adolescence.
Parents, observez vos enfants, informez-vous et consultez un orthodontiste ou un dentiste à orientation fonctionnelle le plus tôt possible. Voir les conseils pour trouver un dentiste ou un orthodontiste.

Tout ce qu’il faut savoir sur les causes réelles des malocclusions et les moyens de les prévenir : Orthodontie, halte au massacre (fiche détaillée du livre sur le site des éditions Luigi Castelli).

Sommaire des articles d’orthodontie fonctionnelle ou holistique


Estelle Vereeck, auteur d'ouvrages grand public sur la dentisterie holistique
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Dents Enfants Prévention