Accueil du site
> Dossiers > Le Stress
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mieux comprendre le stress
Mieux comprendre le stress
note des lecteurs
date et réactions
31 octobre 2008 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Philippe Rodet, 2 articles (Spécialiste du Stress)

Philippe Rodet

Spécialiste du Stress
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Mieux comprendre le stress

Mieux comprendre le stress

S’attarder sur la notion de stress, permet de comprendre qu’il ne s’agit pas d’une pathologie, mais d’une réaction naturelle de notre corps. Alors quels sont les facteurs de stress, et pourquoi le stress provoque des pathologies comme la dépression ? Le point avec le Docteur Philippe Rodet, spécialiste du Stress.

Le stress comment ça marche ?

JPEG - 20.2 ko
L’organisme humain est programmé pour résister à 7 sources de stress par semaine maximum. Or il en subit en moyenne 50 par jour

La définition du stress la plus souvent utilisée est celle de l’homme qui a décrit le premier ce phénomène en 1936, Hans Selye : « Le stress est la réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite ».

On dit que le stress est une « réponse non spécifique » puisque la libération de substances dans notre organisme fait suite à une stimulation dont l’origine n’influera pas sur les substances libérées. Que la source soit le bruit, la chaleur ou des sources d’inquiétude majeures, la réaction sera la même, à savoir la libération de neuromédiateurs et d’hormones.

Les sources du stress sont nombreuses

Lorsque l’on dit « toute demande », cela prouve bien l’étendue possible des sources de stress.

Les causes de stress peuvent être regroupées en trois grandes catégories : physique, chimique et psychique.

- Parmi les causes physiques, on peut citer le bruit, les variations de pression, de température, la vitesse…

A propos du bruit, il est intéressant de remarquer que lorsqu’il est très intense, le stress provoque une forme de sensibilisation à celui-ci, le rendant, à niveau sonore identique, de plus en plus intolérable. C’est ce qui explique la violence de certaines réactions en cas de bruits intenses et durables.

En ce qui concerne l’exposition aux variations de pression, la plus classique est l’avion. L’avion est, à lui seul, indépendamment de la crainte inhérente à l’altitude de certaines personnes, à l’origine de plusieurs sources de stress. L’organisme subit une variation de pression en peu de temps, une baisse du taux d’oxygène, une diminution de l’hygrométrie…

Les variations de température sont des sources de stress qui peuvent expliquer certaines infections de la vie courante. Souvent, lorsque l’on contracte un rhume, on dit, « j’ai pris froid il y a deux jours et je me suis enrhumé ». Le phénomène est le suivant : le froid entraîne une réaction de stress qui vient altérer nos défenses naturelles et favorise la survenue de l’infection.

La vitesse est une source de stress. Si l’on met des capteurs de fréquence cardiaque sur le thorax d’un conducteur, plus il roule vite, plus sa fréquence cardiaque augmente. Et lorsque le radar émet un flash lumineux, le niveau de stress augmente encore.

- Les causes chimiques seront juste citées pour rendre hommage à Hans Selye… Si l’on injecte des substances toxiques à des animaux, quelle que soit ces substances, on a une réaction de stress à l’origine de lésions identiques, au niveau du cartilage, des vaisseaux et du tissu lymphoïde, du tissu responsable de notre immunité.

- Les causes psychiques sont les plus nombreuses… Il peut s’agir de la perception d’un danger imminent, de tensions familiales, de préoccupations au sujet de la santé d’un proche, de carences graves en terme de management, d’organisation du travail, de soucis en rapport avec le comportement humain comme l’absence de reconnaissance, la peur de vieillir, de la maladie, de la dépendance, de la mort…

Aujourd’hui, nous subissons trop de facteurs de stress…

Actuellement, le nombre de sources de stress est tellement important que la plupart d’entre nous vivent dans un état de stress permanent et qu’il devient difficile d’isoler le « bon stress ».

Selon une étude canadienne, l’organisme humain est programmé pour résister de 5 à 7 sources de stress par semaine alors qu’il en subit en moyenne 50 par jour.

Au quotidien, il est plutôt rare de subir un bon stress

On entend en effet souvent parler de bon et mauvais stress.

Le bon stress est un stress survenant très rarement et normalement accompagné d’une activité physique. Ainsi, lorsque l’on doit affronter un danger, notre organisme, sous l’influence du stress, devient plus performant. Si on y associe une activité physique (lutte ou fuite), on « consomme » les substances libérées lors de la réaction de stress et la toxicité est très faible.

Dans la société actuelle, le mauvais stress est donc plus fréquent. Lorsque celui-ci est intense et chronique, il devient toxique pour l’organisme : il favorise l’apparition de certaines maladies et aggrave l’évolution d’autres : hypertension artérielle, inflammation de l’estomac, lésions articulaires et musculo-squelettiques, réactions allergiques plus vives, altération de notre état moral…

Pour réduire le stress, il faudrait une nouvelle vision du travail et de la société

Le travail est parfois à l’origine de plusieurs sources de stress. L’intérêt d’agir sur le stress au travail, c’est d’une part que c’est souvent possible et d’autre part que le retentissement, sur le bien-être global de la personne, est bénéfique autant au salarié qu’à l’entreprise. On est loin du temps où l’on croyait que l’on pouvait augmenter les capacités d’une équipe grâce à un certain niveau de stress.

Il est essentiel de se donner des moyens d’annihiler, au moins en partie, la toxicité du stress. On peut bien sûr, tout faire, pour diminuer le nombre de sources de stress mais certaines sont difficiles à éviter (Comment éviter qu’une maman qui doit emmener son enfant à la crèche le matin ne soit pas stressée par la crainte d’arriver en retard au travail ? Comment faire en sorte que la même maman soit sereine alors que le soir, elle a une réunion tardive et une horaire pour récupérer son enfant inadapté ?) et se contenter d’agir sur les causes apparaît insuffisant.

Les hypothèses de travail les plus captivantes passent par une autre vision des rapports au sein de l’entreprise et de la société, une vision capable d’appréhender la complexité, une vision prenant pleinement l’Homme en considération, une vision que j’aurai plaisir à présenter dans un prochain texte.

Docteur Philippe Rodet
Auteur de « Le stress : nouvelles voies »
Fondateur du blog « stress-info » : www.stress-info.org
Acteur de « L’Elan Nouveau des Citoyens »

____________________________________________________

La suite du dossier stress, la semaine prochaine. Vous pouvez dores et déjà poser vos questions et/ou poster vos impressions sur notre forum.

Accéder au dossier Stress sur CareVox.

Consultez le micro-troittoir sur NaturaVox pour savoir ce qui stresse les Français

JPEG - 32.9 ko
Accéder au dossier Stress sur CareVox.

Philippe Rodet
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Stress
Commentaires
0 vote
par herbe (IP:xxx.xx5.14.95) le 31 octobre 2008 a 21H03
herbe (Visiteur)

Merci beaucoup pour cet article !

J’ai ma petite idée en "herbe" sur une vision prenant l’homme en considération.

J’attends votre prochain article.

J’ai comme l’intuition qu’il y aura convergence et dans ce cas espérons qu’il y ait contagion ...

0 vote
par martine (IP:xxx.xx0.206.165) le 11 juin 2009 a 12H53
martine (Visiteur)

Je suis entrain d’écouter une radio où intervient le Dr Rodet pour le stress au travail. Je vois qu’il est toujours à l’écoute et qu’il a fait un travail merveilleux depuis que je le consultais en temps que mèdecin généraliste. J’ai écouté ses conseils un jour de consultation mais j’ai finalement laché mon travail. Merci à vous Dr Rodet. On ne vous a pas oublié dans notre petit village.