Accueil du site
> Dossiers > Les dangers du soleil
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les risques liés au soleil
Les risques liés au soleil
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 juillet 2008 | 1 commentaires

Les risques liés au soleil

Les risques liés au soleil

Les risques liés au soleil peuvent être la conséquence de plusieurs exposition « violentes » intermittentes ( fort débit de doses de manière intermittente) mais aussi de nombreuses expositions cumulées au cours de la vie (faible débit de doses cumulées). Les risques pour la peau et les yeux sont nombreux.

_________________________________________________________________________________________

LES CANCERS DE LA PEAU

-Le cancer cutané non mélanocytaire ou « carcinome »

De très loin, les plus nombreux (plus de 90 % de l’ensemble des cancers cutanés), les carcinomes sont heureusement rarement mortels car ils ne se propagent pas aux autres organes pour la plus grande partie d’entre eux (les baso-cellulaires) ou relativement lentement pour les autres (spino-cellulaires).

Ils sont facilement guéris par une intervention chirurgicale superficielle mais leur nombre, près de 2 millions dans le monde selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), représente un coût financier extrêmement important.

La responsabilité des UV a clairement été démontrée dans l’apparition de ces tumeurs. Le risque d’en développer est d’autant plus élevé qu’on a la peau claire, qu’on a été exposé au soleil pendant l’enfance et que les expositions chroniques sont longues et nombreuses.

-Le cancer cutané ou mélanome :

Heureusement beaucoup plus rares que les carcinomes, les mélanomes sont beaucoup plus dangereux. Les études notamment épidémiologiques montrent que les expositions solaires intermittentes et violentes, qui provoquent des coups de soleil, particulièrement pendant l’enfance et sur des sujets à peau claire, aggravent considérablement le risque de mélanome. Les UVB comme les UVA, notamment chez les individus profitant de leur bronzage ou de leur crème protectrice pour prolonger la durée des expositions solaires, sont accusés d’être cancérigènes.

Le mélanome touche environ 200.000 personnes (source PNUE) par an dans le monde. Il se propage très vite (en quelques semaines ou mois) à d’autres organes du corps. 90 % des cas environ sont quand même traités avec succès. Détectés de manière très précoce, une simple intervention chirurgicale suffira à la guérison. Sinon ce sont les traitements « classiques » mais « durs » des cancers (notamment chimiothérapie, rayons X) qui seront mis en œuvres par les cancérologues pour tenter d’enrayer la maladie, non sans effets secondaires importants.

Une règle simple pour reconnaître un mélanome : ABCDE

-> Asymétrie - La plupart des mélanomes ont des bords asymétriques.

-> Bords irréguliers - La plupart des mélanomes ont des bords irréguliers.

-> Couleurs non homogènes - Les mélanomes ont souvent plusieurs couleurs rouge, marron, noir.

-> Diamètre - en général supérieur à 6 mm.

-> Evolution - un grain de beauté qui change d’aspect, de couleur devient rugueux.

Si vous observez sur vous ou l’un de vos proches un grain de beauté qui répond à un ou plusieurs de ces critères (A, B, C, D ou E), consultez un dermatologue dans les délais les plus brefs.

______________________________________________________________________________

LE COUP DE SOLEIL

Un coup de soleil, c’est un des signes de l’abus de soleil. C’est la surexposition de la peau aux UVB mais également aux UVA (contrairement à une idée couramment répandue) qui en est responsable.

Pour chaque type de peau, une quantité d’UV différente peut être reçue sans entraîner de brûlure. Au delà de cette quantité, propre à chacun, le système de défense est débordé, les vaisseaux sanguins dilatés, ce qui provoque rougeur et douleur. Pour calmer cette dernière, il faudra appliquer généreusement une crème hydratante type « Biafine ». Un coup de soleil est synonyme de la mort de millions de cellules, qui vont être éliminées lorsque la peau va peler laissant apparaître une « nouvelle » peau très peu bronzée.

Le coup de soleil peut être véritablement grave si les UV ont touché des couches profondes de la peau. On parlera alors de brûlure du 2ème degré, on observera la formation de cloques avec un risque d’infection. Compresses stériles et tulle gras seront nécessaires pour calmer la douleur et aider la peau à se régénérer.

Dans tous les cas, il ne faut jamais se ré-exposer au soleil avant une guérison complète c’est à dire avant que la douleur et la rougeur aient totalement disparu. Par ailleurs, souvenez-vous qu’un coup de soleil grave ou la répétition de « légers » augmentent fortement le risque de cancer cutané, cela d’autant plus qu’ils sont reçus dans l’enfance.

_____________________________________________________________________________

LE COUP DE CHALEUR

Le coup de chaleur ne doit pas être confondu avec le coup de soleil. Ce dernier est une brûlure de la peau provoquée par les rayons ultraviolets émis par le soleil, en l’occurrence des rayons « froids » qui ne provoquent pas d’élévation de température. Le coup de chaleur lui, est une perturbation dans le cerveau du système de régulation de la température du corps. Il est favorisé par différents facteurs, parmi lesquels : une forte chaleur ambiante à laquelle peut contribuer ou non le soleil, un haut degré d’humidité dans l’air, l’absence d’aération, la pratique excessives d’activités physiques, le manque d’eau etc.

Le premier des symptômes est bien sûr une élévation de la température corporelle (+ de 41°) souvent associée à des maux de tête, une chute de la tension artérielle et une accélération du rythme cardiaque (tachycardie)…

Les coups de chaleur sont particulièrement dangereux chez les personnes âgées, les jeunes enfants et nourrissons qui ont des réserves en eau plus faibles que les adultes et une faculté moindre à réguler la température du corps.

Pour prévenir le coup de chaleur, il faut boire beaucoup d’eau, limiter les efforts physiques, éventuellement absorber des pastilles de sel (pour limiter la sudation), porter des vêtements légers et amples. On cherchera également à faire baisser la température de son environnement proche, par exemple, en créant de l’ombre si on est à l’extérieur, des courants d’air si l’on est à l’intérieur, en se baignant régulièrement…

Pour traiter le coup de chaleur, il est primordial de faire appel au médecin ou à un secouriste formé. En attendant leur visite ou leurs instructions, les premières mesures viseront à baisser la température du corps, en transportant le malade dans un lieu ou la température est plus basse, éventuellement en le baignant quelques minutes dans une eau à 37/38°. Il faut également hydrater le patient en le faisant boire de l’eau.

_____________________________________________________________________________

LA PHOTOSENSIBILISATION, PHOTOTOXICITE, PHOTOALLERGIE

La photosensibilisation

Comme son nom l’indique, une réaction de photosensibilisation de la peau, c’est la peau qui devient plus sensible aux photons (particules composant entre autres le rayonnement ultraviolet). Cette sensibilisation a pour origine la présence dans la peau d’une ou plusieurs substances qui réagissent sous l’action des radiations UV ou visibles. Ces substances peuvent provenir de la prise de médicaments, de l’application locale de produits cosmétiques ou d’anti-inflammatoires couramment utilisés par les sportifs, du simple contact avec certains végétaux, ou enfin de la « surproduction » de certaines hormones comme par exemple chez la femme enceinte. Les réactions de photo sensibilisation sont généralement classées en deux catégories : la phototoxicité et la photoallergie.

La phototoxicité

La phototoxicité est une réaction chimique pouvant se réaliser chez n’importe quel individu dès lors que la peau contient suffisamment de substance photoréactive. Le résultat, quelques heures après l’exposition, est un coup de soleil dont la gravité est disproportionnée compte tenu des quantités d’UV reçues. Disproportionnée également, la pigmentation obtenue, dont la disparition peut prendre des mois voir des années, si bien sur on ne se réexpose pas.

La photoallergie

La photoallergie, est une réaction immunologique c’est-à-dire de défense de notre organisme vis-à-vis du couple substance photoréactive et UV, cela pour des quantités très faibles. Une photoallergie se traduit par la poussée de boutons ou un eczéma sur les zones exposées.

Certaines allergies au soleil comme la lucite estivale bénignes ou la lucite polymorphe, l’urticaire solaire, la dermatite actinique rélèvent de ce mécanisme mais les scientifique n’ont pas encore identifier les substance photoréactive qui en sont responsables.

_____________________________________________________________________________

LE VIEILLISSEMENT ACCELERE

Le vieillissement cutané est un phénomène complexe ayant plusieurs origines. Si certaines de ces origines n’ont rien à voir avec le soleil, il est avéré que le soleil joue le rôle d’accélérateur du vieillissement.

Sous l’action essentiellement des UVA (émis par le soleil ou par les lampes à bronzer) qui pénètrent profondément dans la peau, des radicaux libres sont libérés, dans des proportions variant en fonction des quantités d’UV reçues et du type de peau considéré (comme pour le risque de coup de soleil, plus la peau est claire, moins elle supporte l’exposition aux UV). Si les quantités d’UV reçues restent en deçà d’un certain seuil, la production de radicaux libres demeure contrôlée par l’organisme.

Au delà, ces derniers vont agresser directement ou indirectement l’ADN des cellules cutanées mais également des molécules comme les lipides et des structures extra-cellulaires comme le collagène et l’élastine : la peau est de moins en moins souple, elle s’assèche, les rides apparaissent et se creusent.

_____________________________________________________________________________

LES DANGERS POUR LES YEUX

-La cataracte

On compare souvent l’œil à un appareil photo. Le cristallin correspond en quelque sorte à la lentille, cette pièce transparente qui focalise la lumière vers la pellicule pour l’appareil photo, vers la rétine pour l’œil. La cataracte, c’est l’opacification du cristallin qui sans intervention chirurgicale (consistant en un « simple remplacement » du cristallin), mène inéluctablement à une cécité totale.

S’il existe plusieurs types de cataractes aux origines diverses, de nombreuses études mettent en évidence le rôle du soleil, plus particulièrement des UV qui accélèrent le phénomène. L’OMS estime que près de 20 % des cataractes, première cause de cécité mondiale, sont liées aux expositions solaires. Dans les pays développés, la cataracte ne constitue pas une cause de cécité mais un coût financier gigantesque. Rien qu’aux Etats-Unis, les interventions ont coûté en 1995, 3,5 milliards de dollars ! On comprends ainsi aisément les inquiétudes de l’ensemble des acteurs de santé nationaux et internationaux devant l’amincissement de la couche d’ozone à l’origine d’une augmentation potentielle des UV reçus au sol et dont les effets en terme d’accélération du processus de la cataracte sont quantifiés.

Comme pour la peau, les effets des UV sont cumulatifs. Dès le plus jeune âge, il est donc conseillé de protéger ses yeux par le port de lunettes de soleil enveloppantes, munis de verre à la filtration UV garantie ainsi que le port de chapeau ou de casquette.

-L’ophtalmie

Egalement appelée photokératoconjonctivite, l’ophtalmie dite des neiges, parce que très fréquente en montagne, est un coup de soleil de l’œil. La cornée est une très fine peau, constituée de cellules cutanées qui protègent nos yeux de l’environnement extérieur. Lorsque la cornée est exposée sans la protection adéquate à un rayonnement ultraviolet très intense, comme c’est le cas en haute altitude ou a proximité d’une soudure à l’arc, le risque de brûlure est très élevé.

Si l’ophtalmie n’est pas un grave problème de santé, elle est néanmoins extrêmement stressante et douloureuse pour les individus qui en sont atteints. En effet, quelques heures après la « surexposition », vient la sensation d’avoir du sable dans les yeux, puis des larmoiements et des troubles de la vision qui conduisent parfois à une cécité heureusement temporaire. Mais cette invalidité peut s’avérer dramatique dans des conditions extrêmes comme c’est souvent le cas en montagne.

Bien qu’il soit alors conseillé de rester dans l’obscurité, les symptômes disparaîtront sans traitement particulier au bout de 2 à 3 jours.

-La dégénérescence maculaire

La dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA est une maladie de la rétine qui entraîne une perte de la vision centrale, un « trou noir » au milieu du champ de vision. Première cause de cécité dans les pays industrialisés, la DMLA n’a pas de traitement curatif à ce jour. Les facteurs de risques cités par la communautés scientifiques sont le tabagisme, le manque d’antioxydants (pas assez de fruits et légumes dans l’alimentation) et les surexpositions au Soleil.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Soleil Peau
Commentaires
0 vote
par BradwEvans (IP:xxx.xx3.203.198) le 16 février 2013 a 08H58
BradwEvans (Visiteur)

a lui faire des avances a des gens comme il faut ont nourri leurs enfants. film streaming je vous chasse de chez lui avec une jeune femme bien batie. Domestique. satama