Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le Stress fait Aussi des Ravages chez les Toubibs !
Le Stress fait Aussi des Ravages chez les Toubibs !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 juillet 2008 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute

Psychopraticien certifié
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
156
nombre de commentaires
2
nombre de votes
83

Le Stress fait Aussi des Ravages chez les Toubibs !

Le Stress fait Aussi des Ravages chez les Toubibs !

Le récent suicide d’un des leurs dans le Pas-de-Calais met l’accent sur un profond mal-être.

Le cas du docteur Fougeron, ce médecin généraliste de 61 ans qui exerçait au Portel (Pas-de-Calais) et qui s’est donné la mort parce qu’un de ses patients a fait un accident cardiaque qu’il n’avait pas diagnostiqué, dénote un profond malaise, vous ne trouvez pas ? Le problème du patient n’était pas forcément détectable, mais le praticien a été dépassé par la nouvelle, suscitant une très vive émotion dans la profession.

D’après Marc Biencourt, président de l’ordre des médecins du Pas-de-Calais, ce drame n’est pas isolé. «  Le Dr Fougeron avait déclaré une fois devant des confrères que s’il commettait un jour une erreur dans son travail, il se suiciderait ».

De fait, les généralistes, dont le gouvernement a promis de valoriser le rôle, expriment un malaise persistant face à des conditions de travail dégradées, qui conduit certains d’entre eux au «  burn-out », l’épuisement professionnel.

Le cas du médecin du Portel illustre tragiquement la pression à laquelle la profession est soumise.

« On note de plus en plus de cas de burn-out, et les taux de suicide sont deux fois plus élevés que dans le reste de la population », relève Thierry Le Brun, du syndicat MG-France.

Il constate aussi des « divorces plus fréquents » et, chez les femmes médecins, un taux de bébés prématurés « plus élevé que dans le reste de la population ». Les raisons selon lui : « toujours plus de travail, mais sans aide des pouvoirs publics et sans reconnaissance ».

Pour la sociologue Anne Vega, auteur d’une récente étude pour le ministère de la Santé, les cas d’épuisement professionnel touchent plutôt des médecins « ne triant pas leurs patients », exerçant dans des zones isolées ou des banlieues défavorisées.

Les États généraux de la santé ont souligné la nécessité de se pencher sur ces généralistes en difficulté. En annonçant le financement de maisons de santé dans les zones sous-dotées en médecins, la ministre de la Santé a ainsi entendu l’aspiration des jeunes médecins à exercer en groupe pour préserver leur qualité de vie.

Elle a aussi promis de « renforcer une véritable filière de médecine générale », souvent perçue comme une « voie par défaut » pour les étudiants en médecine.

Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute. Mon blog: PSYCHOTHERAPIE - SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE - COACHING (à Toulouse)
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Les Actus
Santé & Maladies
Mots-clés :
Commentaires
2 votes
par MJO (IP:xxx.xx5.11.164) le 22 juillet 2008 a 17H15
MJO (Visiteur)

Cette semaine, c’est le suicide d’un jeune chirurgien qui a touché notre établissement. En effet il y a un grand malaise, non seulement ils sont débordés mais de plus on leur demande de remplir de plus en plus de tâches administratives.

2 votes
par psytoulouse (IP:xxx.xx1.250.40) le 22 juillet 2008 a 19H00
Frédéric Duval-Levesque, psychopraticien et hypnothérapeute, 156 articles (Psychopraticien certifié)

Votre commentaire est pertinent. Contrairement à d’autres troubles d’ordre psychologique, l’anxiété en milieu hospitalier n’évolue pas, ou peu, par cycle. Lorsque les médecins ou les infirmières souffrent d’anxiété généralisée, ils sont en permanence dans un état de tension qui peut durer de quelques semaines à des années ! D’où la nécessité d’une thérapie adaptée, avant le dénouement fatal que vous évoquez... De plus, "la dépression" est l’une des évolutions possibles des personnes souffrant d’anxiété généralisée. Par ailleurs, l’état d’anxiété est un facteur précipitant et/ou aggravant d’autres problèmes de santé.