Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La turista, comment l’éviter ?
La turista, comment l'éviter ?
note des lecteurs
date et réactions
29 juillet 2008
Auteur de l'article
Brunetaud, 8 articles (Medecin)

Brunetaud

Medecin
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
8
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

La turista, comment l’éviter ?

La turista, comment l'éviter ?

La turista ou diarrhée du voyageur est un trouble fréquent qui peut gâcher plusieurs jours de vacances. Le point pour mieux comprendre et comment l’éviter.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est une diarrhée infectieuse ou non, quelques fois due à des germes entéro-toxiques ou entéro-invasifs. Le germe le plus souvent en cause est Escherichia coli entéro-toxique. Seulement 1/5 des turistas est d’origine virale ou parasitaire : Entamoeba Histolytica, Giardia Intestinalis, Cryptosporidum, Isospora, Cyclospora. C’est l’exposition à des sérotypes différents de bactéries souvent cosmopolites qui est le plus souvent à l’origine de cette affection le plus souvent bénigne, du voyageur.

A quoi c’est dû ?

Mais le simple changement des habitudes alimentaires peut être la cause de diarrhées dans les premiers jours du séjour. Le plus souvent, l’épisode de turista survient 3 à 5 jours après l’arrivée à destination et disparaît spontanément en quelques jours. Il existe un deuxième pic de fréquence vers le 10e jour. Le sujet présente une diarrhée composée de 5 à 6 selles par jour, avec parfois un peu de sang, accompagnée de douleurs abdominales, et éventuellement de vomissements et de fièvre.

En fait, l’agent en cause est rarement décelé. L’origine de la turista est multifactorielle  : jeune âge, voyage itinérant, modification des habitudes alimentaires, antécédents de pathologie digestive, et bien entendu, région visitée. L’Amérique latine, l’Afrique et Asie du sud-est sont des zones à hauts risques.

La contamination s’effectue par l’ingestion d’aliments contaminés : fruits, crudités, poissons et fruits de mer, eau de boisson. Les mains sales et les mouches sont des vecteurs importants de ces agents pathogènes.

Les précautions pour l’éviter

Il n’y a pas de mesure préventive absolue. Les mesures suivantes limitent les risques de maladies diarrhéiques :

- Consommer viandes, poissons et crustacés suffisamment cuits.

- Eviter la viande hachée,

- Eviter les légumes crus et les fruits sans enveloppe ; peler les autres fruits et légumes avant de les consommer.

- Boire au moins 2 à 3 litres d’eau par jour (de préférence de l’eau en bouteilles capsulées ou désinfecter l’eau de boisson si vous êtes en trekking). Voir hygiène de l’eau.

- Se laver les mains avant chaque repas et en sortant des toilettes (ne pas les essuyer avec un linge déjà utilisé par d’autres personnes).

- Ne pas se baigner n’importe où car l’eau est un excellent véhicule de micro-organismes et en n’oubliant pas qu’une eau limpide n’est pas obligatoirement une eau propre biologiquement.

Le traitement

Le traitement repose d’abord sur la réhydratation, surtout en cas de diarrhée abondante et durable plus ou moins associée à des vomissements. Une boisson équilibrée avec une alimentation riche en sucre suffisent. Le traitement infectieux repose sur les antiseptiques intestinaux, suivis si les troubles persistent d’antidiarrhéïques.

La diarrhée du voyageur est un problème majeur des touristes et des résidents en pays tropical. Fort heureusement, cette affection plus gênante que grave est habituellement labile et bénigne, mais elle peut parfois persister assez longtemps. Selon la région que vous allez visiter, vous pouvez connaître le risque de diarrhée du voyageur en consultant la carte de fréquence de la turista.

http://www.santevoyage-guide.com : le guide santé du voyageur. http://www.thailande-guide.com : guide web de la Thaïlande. http://www.bresil-guide.com : guide web du Brésil. http://www.guyane-guide.com : portail de la Guyane Française.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions