Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La transpiration excessive : une maladie méconnue
La transpiration excessive : une maladie méconnue
note des lecteurs
date et réactions
5 novembre 2008 | 9 commentaires
Auteur de l'article
Philippe Desnos, 11 articles (Angiologue)

Philippe Desnos

Angiologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
11
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La transpiration excessive : une maladie méconnue

La transpiration excessive : une maladie méconnue

Le traitement de la transpiration excessive ou hyperhidrose (hidros : la sueur en grec) a longtemps été négligé par le corps médical. Les médecins, démunis de traitements efficaces, avaient tendance à mettre cette affection sur le compte de la nervosité, et de l’émotion. Depuis les années 80 des traitements efficaces sont apparus.

JPEG - 18.9 ko
La transpiration excessive est un véritable handicap

On sait que :

- L’hyperhidrose n’est pas réservée à un profil psychologique particulier.

- L’hyperhidrose est fréquente (plus de 1% de la population pour les mains et 10% pour les pieds).

- L’hyperhidrose pose des problèmes sociaux et psychologiques, pouvant être graves.

L’hyperhidrose est un véritable handicap

Pour les mains, on constate une moiteur caractéristique des doigts et des paumes pouvant aller jusqu’à un véritable ruissellement.

Pour les aisselles, la transpiration se matérialise par des auréoles, qui s’aggravent d’heure en heure, en ruinant les vêtements. Elle est accompagnée par des odeurs qui ont fait le succès du slogan d’une marque de déodorant.

Pour les pieds, les odeurs sont au premier plan, mais n’oublions pas que la transpiration fait aussi le lit des mycoses.

Commençant dès le plus jeune âge, l’hyperhidrose a des répercussions variables mais souvent graves. Les personnes qui en sont atteintes, devront subir ce véritable handicap une grande partie leur vie :

- A l’école : Les cahiers sont tachés par la sueur avec pour conséquences les punitions et la risée des petits camarades.

- Dans la vie courante : Les mains moites, les auréoles sous les bras, les odeurs qui accompagnent la transpiration des aisselles, et des pieds sont des repoussoirs sociaux.
-Au travail : Le commercial hésite à serrer les mains, le musicien « glisse » et détériore sont instrument, l’électricien se trouve confronté à des situations risquées, le mécanicien fait rouiller les pièces qu’il touche, la secrétaire ne peut pas rendre un feuillet sans le tremper de sueur. Ne parlons pas du collègue qui « pue des pieds ». Toutes ces situations ayant des conséquences pouvant aller jusqu’à la perte d’emploi.

Souvent les personnes qui sont atteintes de cette transpiration excessive, utilisent des stratagèmes pour la cacher :

- Refus de serrer la main, évitement social.

- Poches remplies de mouchoirs.

- Port de vêtements de couleurs sombres.

- Changement des chaussures et des chaussettes plusieurs fois par jour.

L’hyperhidrose gâche la vie des personnes qui en sont atteintes.

L’hyperhidrose bénéficie de traitements efficaces.

En fonction de la localisation, il existe différents traitements.

Dans ceux-ci, une hiérarchie doit être respectée pour éviter d’aller au devant de désagréments importants.

1) Traitement de l’hyperhidrose des mains et des pieds  :

Les traitements locaux :

Si leur efficacité est bonne pour la transpiration des aisselles, ils sont en général insuffisants dans le traitement de l’hyperhidrose palmo-plantaire.

La ionophorèse :

C’est ici que la ionophorèse donne ses meilleures résultats à condition d’être effectuée avec un bon appareil et en respectant à la lettre les recommandations du protocole donné par le fabricant. Bien utilisée la ionophorèse donne plus de 80% de bons résultats dans les hyperhidroses graves des mains et des pieds. Reconnue dans le monde médical comme le traitement de la transpiration excessive, cette technique naturelle qui a fait son apparition dans les années 70 aux USA, consiste à faire circuler un léger courant électrique au niveau des mains et des pieds. Elle peut se pratiquer dans les hôpitaux, en ville, chez les médecins qui s’intéressent au traitement de cette pathologie (Angiologues et Dermatologues), ainsi qu’à domicile avec un appareil spécialement destiné aux particuliers pour effectuer les séances d’entretien (Idrostar).

La toxine botulique :

On pourra l’essayer en cas d’échec de la ionophorèse. La toxine botulique n’a pas actuellement l’autorisation de mise sur le marché pour le traitement de l’hyperhidrose des mains et des pieds en France. Ce traitement se fera donc en milieu hospitalier, sous la responsabilité du médecin qui la pratique. En cas de bons résultats, il sera nécessaire d’effectuer périodiquement des injections pour assurer une stabilité du résultat.

La chirurgie :

En cas d’échec de ces différents traitements, on pourra éventuellement envisager la chirurgie, pour les cas les plus graves. En sachant que les effets secondaires de cette technique sont irréversibles. La sympathectomie est une opération lourde, avec les inconvénients de tout geste chirurgical, mais elle présente aussi surtout des effets secondaires non négligeables et non rares. Le plus important étant l’hyperhidrose compensatrice, qui peut avoir des conséquences graves, plus importantes que l’hyperhidrose d’origine.

2) Traitement de l’hyperhidrose des aisselles :

Les traitements locaux :

Très souvent les traitements, à base de sels d’aluminium, sont efficaces à condition de respecter les recommandations de la notice à la lettre, notamment appliquer le Soir sur une peau Saine, et Sèche (règle des trois S).

Ils peuvent êtres quelques fois agressifs pour une peau un peu fine (l’application du produit pouvant provoquer des rougeurs et des démangeaisons). On pourra alors choisir une forme où le principe actif est un peu moins concentré (forme pour peau sensible), ou neutraliser l’acidité du produit, en appliquant après celui-ci, un peu de bicarbonate de soude.

Il existe depuis peu de temps dans le commerce une alternative au traitement chimique, se sont des protections auto-adhésives qui absorbent la transpiration et ses odeurs et protègent les vêtements.

La ionophorèse :

Si un traitement local n’est pas suffisant,on pourra essayer la ionophorèse. Celle-ci serait un peu moins efficace dans cette localisation. Elle mérite quand même d’être tentée du fait de son innocuité.

La toxine botulique :

La toxine botulique est autorisée en France pour cette indication. Elle donne de bons résultats à moyen terme, mais nécessite des réinjections tous les quatre à six mois. Son effet semble s’épuiser dans le temps.

La chirurgie :

Pour le traitement des aisselles la sympathectomie thoracique doit être tout simplement abandonnée.

Il existe actuellement des recherches qui semblent prometteuses sur une chirurgie locale. Celle-ci serait peut agressive et consisterait en l’ablation des glandes sudoripares les plus productrices.

En résumé,

La transpiration excessive ne doit plus être ignorée car son traitement a fait des progrès spectaculaires. Les traitements doivent êtres adaptés à chaque localisation. On doit toujours commencer par le traitement le plus simple et le moins dangereux. Parmi ceux-ci, après les traitements locaux, la ionophorèse a une place de choix et elle doit être tentée en première intention, car elle est naturelle, sans danger, peu coûteuse et efficace dans plus de 80% des cas.

Docteur Philippe Desnos, angiologue
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Commentaires
3 votes
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.134.71) le 5 novembre 2008 a 13H02
Romain Desbois (Visiteur)

merci pour cet article. Je souffre d’une transpiration abondante mais sur la totalité du corps. cela me pose de gros problèmes au bureau où les gens jasent dans mon dos. De plus, bien que ma transpiration ne sente pas mauvais (curieusement), les gens l’assimilent à une mauvaise hygiène. J’en ai assez car même par des températures actuelles (10°) je suis en nage. Et encore je ne vous parle même pas du train et du métro où je ruisselle littéralement et quasiment instantanément. Je n’ai rien lu dans votre article sur une thérapie, j’ai essayé la sauge sans résultat notable. Merci pour votre réponse.

0 vote
par Philippe Desnos (IP:xxx.xx5.47.116) le 5 novembre 2008 a 15H20
Philippe Desnos, 11 articles (Angiologue)

Merci pour votre commentaire. Cet article traite des hyperhidroses localisées (focales), il ne traite pas des hyperhidroses généralisées dont les causes sont beaucoup plus variées. Ce sujet fera l’objet d’une prochaine publication.

0 vote
(IP:xxx.xx4.137.253) le 5 novembre 2008 a 14H43
 (Visiteur)

Je dois m’essuyer la main dès qu’elle qu’elle entre en contact avec une surface lisse ... a présent je connais la nature du problème, merci. Ne pensez vous pas que le déodorant aggrave le problème ? J’ai 23 ans et depuis que je n’en utilise plus (cela fait 6 mois) , ca va mieux du côté de la transpiration au niveau des aisselles, et les filles peuvent sentir mes phéromones d’invitation. Mon succès auprès d’elles en ressort grandi. :-p

0 vote
par Philippe Desnos (IP:xxx.xx5.47.116) le 5 novembre 2008 a 16H44
Philippe Desnos, 11 articles (Angiologue)

A ma connaissance, les déodorants n’aggravent pas la transpiration. En ce qui concerne les phéromones, en réalité, on ne sait pas si elles jouent un rôle chez l’homme.

6 votes
par Aspiral (IP:xxx.xx0.105.67) le 5 novembre 2008 a 16H57
Aspiral (Visiteur)

Voilà bien une folie de plus de la médecine moderne qui n’a d’autre solution que symptomatique. A quand la fin de cet univers concentrationnaire qui fait du pognon sur tout ce qu’il provoque, à travers l’ambiance invivable que nous subissons tous de plus en plus ?

4 votes
par Rim (IP:xxx.xx8.92.155) le 5 novembre 2008 a 19H40
Rim, 51 articles (Medecin)

Pouvant devenir un véritable handicap,la transpiration excessive peut être soignée, en première étape, par l’homéopathie. Cependant, une thérapie qui fait des miracles sur X peut ne rien donner chez Y ; ce n’est pas une raison de ne pas l’essayer:thuya occidentalis 15CH. Quant aux problèmes de transpiration sous l’aisselle, la pierre d’alun, produit naturel utilisé sous forme de stick, donne de bons résultats.

1 vote
(IP:xxx.xx5.47.78) le 7 novembre 2008 a 09H55
 (Visiteur)

Pour commencer, une visite chez un homéopathe ou un acuponcteur peut rendre de très grands services dont le principal ...une bonne remise en forme sur de nombreux plans dont le plan mental puisqu’on se sent mieux peut être.

Pour l’homéopathie, il n’y a jamais de remèdes standards...ça irait au cas par cas.

0 vote
par cerisegriotte (IP:xxx.xx0.167.98) le 27 février 2009 a 19H33
cerisegriotte (Visiteur)

Bonjour je souffre d’hyperhidrose axillaire (aisselle) j’utilise un détranspirant comme dépannage je dis dépannage car je cherche une solution à la source (gestion du stress...).J’ai essayé pas mal de solutions (yoga, psy..etc.. sans succés. Après plusieurs recherches sur le net, j’ai trouvé un article parlant de biofeedback ou rectro action biologique qui permet de visualiser plusieurs paramètres physiques (température du corps, humidité de la peau et pulsations cardiaques..) en vue d’apprendre à connaître son corps et d’anticiper les éventueles problèmes (pour nous l’hyperhidrose) cette méthode est utilisée notamment pour "remucler" le périnée des femmes ayant récemment accouché, ou d’améliorer les performances physiques des athlétes de haut niveau, il est prouvé que cette méthode permet de contrôler et d’anticiper les crises migraineuses..., j’aimerai beaucoup trouver des études réalisées la dessus ou mieux encore d’essayer ce traitement de façon expérimentale en vue de faire avancer la recherche sur l’hyperhidrose et d’en guérir... Si vous pouviez m’aider la dessu :-)

Vous trouverez le lien de mon blog ...qui résume mes recherches sur l’hyperhidrose

0 vote
par cacahuéte (IP:xxx.xx7.31.51) le 1er octobre 2009 a 20H19
cacahuéte (Visiteur)

Bonjour et merci de nous aider, je souffre d’une hyperidrose localiser au niveau des aisselles et j’ aimerais pratiquer une ablation des glandes sudoripares par curtage mais je ne trouve pas de chirurgien pratiquant cette opération, j’habite la région parisienne donc si vous connaissez un chirurgien pratiquant cette opération je vous serez trés reconnaissant de me communiquer ses coordonnées, merci d’avance.