Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La première molécule efficace contre le cancer
La première molécule efficace contre le cancer
note des lecteurs
date et réactions
19 juin 2008 | 18 commentaires
Auteur de l'article
Gael, 2 articles (Rédacteur)

Gael

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La première molécule efficace contre le cancer

La première molécule efficace contre le cancer

Le CNRS a annoncé le 17 juin que des biologistes français viennent de mettre au point une molécule prometteuse dans le traitement du cancer. Cette nouvelle molécule permettrait d’inhiber la multiplication des cellules cancéreuses et la formation des néovaisseaux sanguins participant à la croissance des tumeurs.

Son mode de fonctionnement :

La molécule HB-19 agit comme un agent double ce qui fait d’elle un puissant agent anti-cancéreux. Celle-ci permet de bloquer à la fois la synthèse d’une protéine (nucléoline de surface) indispensable à la croissance des cellules malignes ainsi que la formation des vaisseaux qui apportent « la nourriture à la tumeur ».

En plus de cette double-caractéristique très encourageante, elle ne serait pas toxique, contrairement aux traitements utilisés aujourd’hui pour le cancer. En effet, après l’interaction avec la nucléoline de surface, HB-19 ne pénètre pas dans le noyau de la cellule et pourrait ainsi éviter de nombreux effets secondaires liés à la chimothérapie ou la radiothérapie.

Premiers résultats encourageants :

Les premiers résultats expérimentaux sur des souris auxquelles ont été greffées des cellules cancéreuses humaines, par injection de cellules tumorales sous la peau ( cancers du colon, de la prostate, du sein et mélanome), sont très prometteurs. En effet, ce traitement expérimental a entraîné une inhibition significative de la progression des tumeurs, voire même dans plusieurs cas, l’éradication de cellules tumorales.

Enfin, grand espoir, cette cellule pourra être produite à l’échelle industrielle. Très soluble dans les milieux physiologiques, sa synthèse est en effet réalisable à l’échelle industrielle par les techniques actuelles de chimie.

Le CNRS dispose dores et déjà d’un brevet sur cette découverte et c’est la société ImmuPharma qui commencera dés 2009 les premiers essais cliniques avec des molécules HB-19 de deuxième génération encore plus efficaces.

______________________________________

NB : Pour plus d’informations, ces résultats sont publiés dans la revue PLoS ONE.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Recherche
Commentaires
18 votes
(IP:xxx.xx4.202.5) le 19 juin 2008 a 12H11
 (Visiteur)

Des traitements prometteurs sur les souris, l’histoire de la cancérologie en est pleine depuis...50 ans. On connait le résultat.. 3 mois du survie pour un cancer du pancréas, 6/8 mois pour le poumon. Ballivernes.

5 votes
par lisa SION (IP:xxx.xx4.1.236) le 19 juin 2008 a 13H26
lisa SION (Visiteur)

Bonjour jeune pharmacien,

« ...Quand pour une maladie, il existe de nombreux traitements, il est à peu près certain qu’aucun de ces traitements n’atteint le degré d’efficacité souhaitable. Cette constatation s’applique plus au cancer, pour lequel il existe des quantités de remèdes, qu’à n’importe quelle autre maladie. Le Dr Woglom, de Columbia, a énuméré parmi les plus anciens : la soupe aux crabes ( cancer est un mot latin signifiant : crabe ), les purgations, les emplâtres, la terre de pipe, l’argent, l’or, le mercure, le froid, le cuivre, le phosphore, l’arsenic, l’électricité, les feuilles de violette, les crapauds, les venins de serpent et bien d’autres encore... » « ...Parmi les traitements en usage aujourd’hui, il faut citer certaines substances radioactives ( au sujet desquelles il est prématuré de faire des conclusions ), des hormones, des composés antagonistes de l’acide follique et des chlorates de méthylamine. Mais aucun de ces remèdes n’est considéré comme un moyen de guérison. Ils peuvent avoir un effet momentané sur la maladie, ils ne peuvent pas la stopper définitivement. C’est également le cas de la « moutarde à l’azote », découverte par les Français avant la guerre, puis synthétisés par les Allemands et les Américains.... » « ...Les Américains étaient au courant des travaux des Allemands sur les gaz asphyxiants et, en particulier, sur une nouvelle forme de l’ypérite. De peur que les nazis ne l’utilisent, ils entreprirent d’intenses recherches sur cette substance dans l’espoir de lui découvrir un antidote. Ces recherches aboutirent à la découverte de « Nitrogen mustard » ( moutarde à l’azote ), Substance d’une importance capitale dans la lutte contre le cancer. En effet, dans certains cas, elle exerce une action remarquable sur la cellule cancéreuse. Mais, cette action n’est que temporaire. Autrement dit, même si la « moutarde à l’azote » est aujourd’hui l’un des principaux remèdes du cancer, elle n’est pas « le » remède... »

Ce texte date de 1960. Je vous laisse méditer là dessus.

3 votes
par Baudouin Labrique (IP:xxx.xx7.83.135) le 20 septembre 2008 a 10H16
Baudouin Labrique (Visiteur)

Repris de "CANCER : VEUT-ON GAGNER CETTE GUERRE ?" et que je soumets à la médidation de ce jeune pharmacien tout pétri encore d’illusions :

"de fameux cancérologues français, non inféodés aux laboratoires pharmaceutiques, osent exprimer leur doute quant aux guérisons obtenues par les voies classiques : « Le diagnostic précoce n’a souvent pour effet que d’allonger la durée de la maladie avec son cortège d’angoisse [Ndlr :effet nocebo]. Cela contredit bien des affirmations concernant les prétendues avancées thérapeutiques » (cf. Dr J-Cl Salomon, dir. de recherche CNRS, cancérologue, et National Center for Health Statistics USA).

Le Dr Salomon précise qu’on comptabilise sans distinguer vrais cancers et tumeurs qui n’auraient sans doute jamais provoqué de maladie cancéreuse vraie, ce qui augmente artificiellement le pourcentage des cancers "guéris" (et aussi, évidemment, celui des cancers "déclarés").

« Il y a de plus en plus de cancers parce que le dépistage est beaucoup plus précoce mais on ne les maîtrise pas aussi bien qu’on le dit, malgré la chimiothérapie qui est surtout prônée par les chimiothérapeutes et par les laboratoires. Et pour cause : ils en vivent. Si j’avais une tumeur, je n’irais pas dans un centre anti-cancéreux. » Pr. G. Mathé, L’Express 4/10/85

« Ce sont des intérêts financiers gigantesques qui permettent d’expliquer que la vérité scientifique soit encore aujourd’hui trop souvent occultée. 85% des chimiothérapies sont contestables, voire inutiles ». Pr. Henri Joyeux, cancérologue à Montpellier. (...)

Pour E. Pommateau et M. d’Argent, la chimiothérapie n’est qu’un procédé de destruction de cellules malignes comme la chirurgie ou la radiothérapie, et que les seuls cas de guérison sont des cas qui peuvent guérir spontanément, c’est-à-dire dans lesquels l’hôte peut organiser ses propres défenses. (cf. « Leçons de cancérologie pratique »).

« L’impuissance de la chirurgie à guérir le cancer est illustrée par un fait frappant : 20% des opérés meurent d’une récidive locale, 80% meurent de métastases à distance » Pr. Lucien Israël in « Le Cancer aujourd’hui » [Ndlr :Ceux qui ne font pas de récidives sont ceux qui entre-temps ont résolu la situation conflictuelle qui avait généré la maladie ; cf.http://www.retrouversonnord.be/Psyc...]

« La chirurgie n’est valable que lorsque la tumeur provoque des hémorragies qui épuisent le malade ou lorsqu’elle comprime dangereusement un organe. Autrement, elle est inutile. » Dr Pierre Solignac, médecin psycho-somaticien attaché à l’hôpital Saint-Michel.

En outre, personne ne peut affirmer que les cellules enlevées préventivement auraient donné une tumeur et, considérant l’évolution souvent très lente des tumeurs ainsi détectées, la rémission déclarée ne signifie rien. Sauf cas particuliers, enlever ou détruire la tumeur est bien souvent inutile."

http://biogassendi.ifrance.com/canc...

6 votes
par Yvance77 (IP:xxx.xx6.130.101) le 19 juin 2008 a 13H27
Yvance77 (Visiteur)

Si cela pouvait se vérifier, ce serait formidable pour les malades.

Le probleme resterait entier car ce serait sur rentable pour les labos qui vivent trés bien de la misère des autres.

A peluche

5 votes
par mclerc (IP:xxx.xx0.59.222) le 19 juin 2008 a 14H36
mclerc (Visiteur)

Se serait formidable qu’on puisse enfin disposer d’une molécule efficace contre les cellules cancéreuses en générale (si j’ai bien tout compris). :-)

7 votes
par Alex (IP:xxx.xx9.239.9) le 19 juin 2008 a 16H23
Alex (Visiteur)

Je ne suis ni un allergique au progrès, ni un oiseau de mauvaise augure, mais je ne peux que constater une chose : des annonces "choc" comme celle-là, on en entend depuis 50 ans et les débuts de la cancérologie.

Et pendant qu’on a soi-disant des résultats "probants" en laboratoires, le cancer continue son massacre.

2 votes
par etonne (IP:xxx.xx3.101.219) le 19 juin 2008 a 18H34
etonne (Visiteur)

Faut pas s’affoler...Le jour de gloire n’est pas encore arrivé

la pseudopeptide HB-19 a déjà été proposée pour le HIV en 2002... ( Nisole S et al. The anti-HIV pentameric pseud...[PMID : 11919179])

The multivalent pseudopeptide HB-19 that binds the cell-surface-expressed nucleolin is a potent inhibitor of human immunodeficiency virus (HIV) infection by blocking virus particle attachment and thus anchorage in the plasma membrane......

et en 2004 virage vers le cancer...

Legrand D et al. Surface nucleolin participate...[PMID : 14717698]

Bon il faut attendre ...

2 votes
par yohan (IP:xxx.xx3.9.234) le 19 juin 2008 a 18H59
yohan (Visiteur)

On peut bien sûr émettre des réserves pour s’éviter d’être déçu ensuite. Mais néanmoins, on ne peut que constater autour de soi que si le nombre de cancers explose, les traitements nouveaux se sont nettement améliorés ces dernières années et qu’il est possible dans certains cancers aujourd’hui de "geler" l’avancement de la maladie grâce à de nouvelles molécules qui sont aussi mieux tolérées par l’organisme d’auparavant, même si pour certains, cela suppose de prendre le traitement à vie. Donc si la recherche parvient à réussir sur ce terrain, en réduisant les effets secondaires des traitements, ce sera déjà en soi une grande victoire.

0 vote
par millesime (IP:xxx.xx1.216.17) le 19 juin 2008 a 20H21
millesime (Visiteur)

je suis disponible pour l’expérimenter.

1 vote
(IP:xxx.xx5.146.45) le 20 juin 2008 a 01H12
 (Visiteur)

Bonjour.

Que ce soit avec le HB-19 ou tout autre procédé, j’ espère que l’on pourra un jour ou l’autre guérir cette terrible maladie, tout comme le sida, d’ ailleurs.....

Le sida et le cancer font beaucoup plus de victimes que les accidents de la route, ( y compris ceux qui conduisent pétés,) mais de cela personne n’ en parle, ou très peu....

cordialement.

VINVIN.

0 vote
par le hérisson (IP:xxx.xx7.203.131) le 20 juin 2008 a 08H46
le hérisson (Visiteur)

En réalité, rien de nouveau sous le soleil depuis des décennies.. par exemple Jacques Brel qui a eu un cancer du poumon et a survécu 8 ans, dcd en 1978, reste une exception. Tous les malades meurent et la recherche n’avance pas.. Par ailleurs, il est vrai que les cancers des personnes jeunes se guérissent plus, mais en revanche, le nombre des cancers est en explosion exponentielle.. Mais personne ne le dit, il faut lire des revues spécialisées pour le savoir.

0 vote
(IP:xxx.xx1.160.66) le 20 juin 2008 a 08H59
 (Visiteur)

Actif , mais pour combien de jours ? En 1973, nos professeurs nous promettaient la maitrise de cette maladie pour 1985 ! Devant combien de remèdes sommes nous passés à coté ? ...DCA...etc...N’avons nous pas un dogme qui nous bloque dans notre progression ? c’est à dire connaissons-nous vraiment les corps vivants ? Qui /quoi ’orchestre ’ l’organisation des corps physiques denses ? car on peut donner entière satisfaction à sa famille et à ses responsables de travail avec un petit cerveau gros comme une noix.....

6 votes
(IP:xxx.xx4.192.14) le 20 juin 2008 a 11H35
 (Visiteur)

Ce type de titre est profondément ridicule (il existe des centaines de molécules efficaces contre le cancer, et des dizaines sont testées en essais cliniques chaque année) ; cela contribue à dévaloriser la recherche. Les résultats indiqués sur la souris ne présagent en rien des résultats chez l’homme. En faisant ce type d’annonce sur la base de résultats très préliminaires, vous donnez une très mauvaise image de ce qu’est la recherche scientifique, qui veut que l’on attende des preuves avant de claironner un succès. Ce type d’article ne devrait pas être accepté par le comité éditorial.

0 vote
(IP:xxx.xx4.85.158) le 20 juin 2008 a 19H44
 (Visiteur)

"La première molécule efficace contre le cancer", ça ne fait pas très sérieux comme titre. Il existe déjà des dizaines de molécules anti-cancéreuses développés dans le monde entier et le CNRS en particulier a plusieurs jolis succès à son actif dans le domaine.

Accessoirement, rien ne dit que cette molécule fera des miracles. Elle est clairement intéressante, elle ne s’attaque pas au cancer de la même façon que les autres molécules déjà utilisées donc SI elle marche, elle pourrait être utilisée en combinaison avec d’autres traitements, ce qui est toujours intéressant. Mais elle peut tout aussi bien faire un gros flop, seuls les tests cliniques permettront de trancher.

Cela dit, ce n’est pas dramatique si ce traitement échoue. Ce qui importe, c’est qu’il y a des dizaines de traitements à l’essai dans le monde et que forcément certains d’entre eux permettront de faire progresser la lutte contre le cancer. Il ne reste plus qu’à savoir lesquels...

0 vote
par blibgnu (IP:xxx.xx2.32.208) le 24 juin 2008 a 15H06
blibgnu (Visiteur)

Les dizaines de traitements... ceux qui sont brevetables uniquement, sinon ce n’est même pas la peine d’en parler bien sûr !

Le malheur des uns... :-/

0 vote
par biotech1969 (IP:xxx.xx2.210.109) le 20 juin 2008 a 19H54
biotech1969 (Visiteur)

il faut en effet attendre un peu. Je connais bien immupharma et son dirigeant Mr Zimmer. Nul doute, que si sa société se lance dans l’aventure, c’est qu’il pense aller au bout.

0 vote
par Lion des desert (IP:xxx.xx6.103.188) le 26 juin 2008 a 00H09
Lion des desert (Visiteur)

Avec le Temps que de Miracles accomplis, bien sur il faudra creuser cette piste. Il se peut que ce soit un coup d’épée dans l’eau, mais il faut le porter surtout ne pas se lasser. Le monde est vaste aujourd’hui en France demain ailleurs, c’est comme cela que nous avançons : vive la Recherche, toujours l’Espoir.

0 vote
par marco66 (IP:xxx.xx9.83.227) le 4 juillet 2008 a 09H49
marco66 (Visiteur)

pour ma part je suis ok pour etre cobay (marco6656@msn.com),autrement ça ne sert a rien qu’il y est des chercheurs.