Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Femmes avortées par un médecin seropositif
Femmes avortées par un médecin seropositif
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
25 septembre 2008 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Roseline

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
16
nombre de votes
0

Femmes avortées par un médecin seropositif

Femmes avortées par un médecin seropositif

Des centaines de femmes françaises ont eux le dur choix de se voir pratiquer un avortement.

Pour des raisons qui leurs sont propres, elles ont fait faire cet acte en Espagne.

Malheureusement, les autorités sanitaires françaises lancent une alerte concernant une partie de ces patientes ayant subi des avortements dans quatre cliniques de Barcelone jusqu’au mois de septembre 2007, où a exercé un médecin porteur du virus du sida.

Ceci n’est pas une chasse à la sorcière.

Le Directeur Général de la santé française déclare :

« Selon les informations recueillies à ce jour, de l’ordre de 700 à 800 patientes françaises sont potentiellement concernées ».

Les cliniques qui ont permis à ce médecin de pratiquer, sont les suivantes :

- La clinique TBC

- La clinique Emece

- La clinique Ginemedex

- La fondation Morin.

De ce fait, le ministère français de la Santé préconise aux femmes qui ont eu besoin de subir des actes médico-chirurgicaux dans ces cliniques de consulter leur médecin traitant, afin de se faire prescrire un test de dépistage.

Il n’y a pas d’affolement à avoir.

Le risque de transmission du VIH est tout de même maigre.

Pour le confirmer, le communiqué français annonce que « Le ministère rappelle toutefois que d’après les données scientifiques disponibles, le risque de transmission du VIH du professionnel de santé au patient peut être considéré comme faible ».

Pour le moment, la période globale n’est pas encore tout à fait définie.

En fait, les autorités sanitaires françaises enquêtent auprès des autorités sanitaires espagnoles et préciseront, aujourd’hui, la période d’exposition au risque.

Cet élément est une information précisée par le communiqué de presse.

Interrogées par l’AFP depuis Madrid, les autorités catalanes osent admettre qu’ils étaient en possession de cette information « depuis plusieurs mois », mais ils n’ont pas bougé.

Pour eux, malgré les données scientifiques, ils pensent qu’il n’y aucune raison de s’affoler car le risque de transmission du VIH est inexistant.

Une responsable du département régional de la Santé catalane déclare que l’avortement se pratique par aspiration de l’embryon, ce qui « n’expose pas à un contact de sang à sang » entre le médecin et la patiente.

Les autorités sanitaires catalanes se justifient, également, en informant que le médecin séropositif n’avait « aucune obligation légale » de communiquer son état de santé aux autorités sanitaires.

En fait, c’est une enquête judiciaire qui a révélé le poteau rose suite à l’entente d’un témoin.

Pour les espagnols, un médecin séropositif a le droit d’exercer sans déclarer, à ses patients, sa séropositivité.

Donc, si vous avez subi un avortement dans les cliniques précitées avant septembre 2007, dirigez-vous vers votre médecin traitant rapidement !

Roseline Buarotti
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Mots-clés :
Risques Santé Avortement
Commentaires
2 votes
par nath (IP:xxx.xx0.188.66) le 26 septembre 2008 a 17H39
nath (Visiteur)

...ETONNANT.... Ce medecin est porteur du VIH....OK !!Et alors....Le virus ne saute d’une personne a une autre, même sur une table de bloc operatoire....A moins que ce medecin ne se soit amuser a transfuser son propre sang à ses patientes, il n’y a aucun risque. Je trouve cette enquête terrible pour cet homme , qui malgré la maladie a décider de continuer à excercer, et prendre soin des autres.C’est une chasse aux sorcières qui montrent bien que même des personnes au plus au sommet des administrations judiciaires sont ignorantes et irresponsables.Elles entretiennent la peur et la haine.C’est tout simplement inadmissible.

6 votes
par Roseline (IP:xxx.xx5.192.209) le 27 septembre 2008 a 00H42
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Bonjour Nath,

Je l’ai précisé.

Ce n’est pas une chasse aux sorcières.

Personnellement, j’ai eu des amis touchés par cette maladie terrible.

Malheureusement, ils nous ont quitté.

Je n’ai donc pas fait cet article dans un esprit de peur ou de haine.

Seulement, même si le risque est extrêment faible, il y a eu apparemment, d’après les informations communiquées, transmission.

J’ai estimé que les personnes qui sont passées entre les mains de ce médecin, ont le droit de connaître cette information, de vérifier si elles sont touchés par le VIH et peut-être sauver d’autres personnes de leur entourage...

Un autre point m’a poussé à écrire.

Le VIH est, malheureusement, trop souvent oublié.

Personnellement, lorsque j’ai dû faire l’examen de contrôle, avec mon ex mari, avant nos noces, j’ai trouver cette démarche êtremement bien, car n’importe qui peut-être porteur de la maladie sans le savoir.

Ce n’est pas forcément quelqu’un qui a eu le SIDA qui aurait pu le transmettre.

Dans le passé, beacoup d’erreurs, comme celles des transfusions sanguines ou autres, ont également permis à ce virus de se propager.

L’irresponsabilité aurait été de dire que même si scientifiquement c’est rarement possible, il ne faut rien dire.

Met toi à la place de ces femmes !

elles ont dû subir un acte chirurgical difficile et pertubant.

Crois-tu qu’elles ont besoin en plus de se voir transmettre le VIH ?

Il faut remettre la situation dans son contexte.

Ce n’est pas un simple médecin traitant qui fait un simple examen physique et qui donne des prescriptions.

Tu as tout le droit d’avoir ta propre opinion et de t’exprimer.

Je voulais simplement te dire pourquoi j’ai écris cet article et répondre à tes questions indirectes qui concernent mon état d’esprit.

le mot d’ordre est : "avoir le droit".

Avoir le droit de savoir, avoir le droit de se protéger et de protéger ses proches, avoir le droit de se soigner, avoir le droit de choisir de se faire opérer et de prendre ce faible risque,...

Je pourrais t’en écrire des pages.

J’espère seulement que tu comprends mon point de vu au mettre titre que je respecte ton opinion.

Il y aura toujours des personnes qui seront contre de fréquenter des personnes qui sont touchées par une maladie, par le handicap,...

Chacun, en fonction de son histoire, a ses raisons personnelles.

Ce n’est pas un article de plus ou de moins qui fera évoluer des personnes qui n’ont pas l’ouverture d’esprit d’accepter la différence.

Et, c’est d’ailleurs dommage, car, souvent, ce sont ces êtres humains différents qui apportent, par leur présence, un enrichissement personnel.

Voilà, c’est tout ce que je voulais préciser.

Bonne soirée,

3 votes
par gorgio (IP:xxx.xx5.225.161) le 27 septembre 2008 a 12H26
gorgio (Visiteur)

la liberté d’expression des journalistes est souvent utilisée à des fins qui depassent l’information simple ; tu reconnais toi meme avoir été "motivée" par ton vecu pour decider de la pertinence de ton article.

D’autres te diraient "c’est la main de dieu qui punit les pecheurs". Liberté d’expression ?

certes l’intention est louable. Mais de là remuer la fange, il y un pont. Il me semble que c’est plutot aux autorités medicales de faire cette demarche informative, de maniere personnalisée et sensiblement confidentielle, tout au moins, discrete (et respectant le secret medical). Afin d’eviter la discrimination, par exemple...

Le scandale est que les responsables se deresponsabilisent.

Quand au medecin seropo, si il a respecté les protocoles medicaux, aucune transmission n’est effectivement possible.Si le contraire est suspecté, il faudrait d’abord en apporter une preuve irrefutable, sans quoi, le medecin reste presumé innocent.Pour l’instant, c’est juste calomnieux et discriminatoire.

Ton article, meme si tu te defends de vouloir faire la "chasse aux sorcieres", en a tout de meme des relents ;

Si les malades du Sida ont droit d’etre soignés par des medecins non-porteurs (et c’est normal),pourquoi des medecins malades ne pourraient pas, suivant les memes protocoles d’asepsie, soigner des patients non-porteurs ?

Que dire d’ébola, dans ce cas...

reflechi avant d’ecrire, c’est plus "sécuritaire"...

enfin, on ecrit le "pot-aux-roses".

3 votes
par Roseline (IP:xxx.xx5.192.209) le 27 septembre 2008 a 13H32
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Bonjour,

Dans une premier temps, J’ai jamais dis que ce médecin n’avait pas le droit d’exercer.

Je dis juste que faire subir à des femmes fragilisées des risque même "faibles" de transmission du VIH est une chose à ne pas prendre à légère.

Oui, la liberté d’expression est importante.

Dans tous documents, émissions, nous pouvons apprendre quelque chose.

Le savoir est le pouvoir de gérer sa vie en essayant d’éviter les pièges ou les obstacles présent sur notre passage.

Maintenant, si certaines personnes préfèrent se servir du savoir pour détruire la vie des autres, c’est pitoyable et un autre problème.

Tu te permets de me juger et même de porter des propos, à mon égard, limite insultants.

C’est toi que ça regarde même si je ne trouve pas cela très constructif.

Si justement, comme tu dis, les personnes mises en causes dans toutes les histoires médicales prenaient leurs responsabilités, crois-tu que je me fatiguerais à écrire tous les jours, quand je le peux, sur mon site internet pour informer les autres ?

As-tu pris contact avec des associations de personnes victimes d’erreurs ou de problèmes médicaux ?

As-tu vu le résultat sur les patients ?

Je ne connais pas ta vie.

Donc, je ne voudrais pas et ne pourrais pas me permettre de faire un commentaire.

Mais, en ce qui me concerne, j’ai vu des vies détruites, des familles entières,...

Vous pouvez me critiquer.

Ce que je remarque, ce sont les messages des personnes qui me remercient pour leur avoir permis d’éviter de faire parfois trop confiance par manque de savoir.

Ces dernières me réchauffent le coeur.

Si vraiment, j’étais quelqu’un d’haineux et qui remue la merde, pour dire ce qu’il en est, ce n’est pas ce genre d’articles que je ferais.

Avec les histoires personnelles que l’on m’a racontées, je pourrais réduire en miettes la vie de personnes travaillant dans le milieu médical.

C’est une chose que je ne ferais pas.

Cela serait une véritable chasse aux sorcières.

C’est bien que vous défendiez les personnes porteuses du VIH.

C’est une action louable également.

Moi, j’ai pris le partit le défendre les victimes.

Malheureusement, pour cet article, celui, en cause, a le VIH.

Cela ne signifie pas que je montre du doigt toutes les personnes porteuses du VIH.

Si mon médecin traitant me dit demain qu’il est séropositif, je continue à le voir.

Aujourd’hui, nous avons les autorités espagnoles qui ne désirent pas communiquer sur le sujet.

Dans notre pays, il existe entre 700 et 800 femmes susceptibles de voir leur vie voler en éclat.

J’ai pris mon partit.

Alors, pour toi, si je manque de réflexion ou si je devrais m’abstenir d’écrire, c’est ton opinion.

En tout cas, tout le monde ne pense pas comme toi.

Et, même si à chaque critique, je remets en cause ce que je fais.

Il existe plus de personnes qui me motivent à continuer, que de personnes qui tentent de détruire mon travail.

Tant que cette tendance sera présente, je continuerais à écrire dans le sens que j’ai choisis.

En ce qui concerne, ta leçon d’orthographe, merci !

Comme quoi, je n’ai pas la science infuse.

J’ai, donc, encore des connaissances à assimiler.

Personne n’est parfait.

Je préfère agir en faisant des erreurs, plutôt que de ne rien faire du tout !

Bonne journée,

3 votes
par gorgio (IP:xxx.xx5.225.161) le 27 septembre 2008 a 14H57
gorgio (Visiteur)

que le corpus medical se cache afin de ne JAMAIS assumer ses responsabilités, c’est un fait. Je partage tes sentiments à cet egard. Que les mauvais diagnostics à l’emporte-piece, les negligences et autres "erreurs" medicales soient rarement sanctionnées, meme si responsabilité il y a, que le systeme soit volontairement opaque, je suis d’accord. Que certains medecins sont de parfais charlatans aussi.

J’ai moi aussi perdu des proches, moi meme été victime d’errances et d’abberations hospitalieres, etc. ET, J’ai aussi vecu avec des personnes malades, à differents niveaux du Sida. Et je ne l’ai pas attrapé.

Toutefois, plusieurs choses sont à conciderer. Je ne dis pas qu’il ne faut rien faire. Mais battre un ane mort ne sert à rien.

Ces femmes, fragilisées psychologiquement n’ont pas necessairement besoin de ce genre d’approche : apprendre ca dans la presse, meme electronique, est bien plus inquietant qu’un courier personnel invitant à faire un depistage. Fonder une association pour poursuivre en justice le praticien si le nombre de contamination est superieur à un simple "accident", soutenir les "victimes", etc... serait une bonne approche.

Attiser un scandale aussi polemique, ca n’est pas arranger les choses, pour personne. Surtout que tu n’apportes aucune preuve. Tu evoques, au conditionnel, une rumeur. Ce n’est pas du journalisme d’information, mais du commerage.

Je te rappele que les malades du SIDA sont aussi , dans leur totalité, victimes indirectes d’erreurs, et d’errances medico-legislatives. Leur vie aussi est brisée, pour reprendre tes termes.Mais ils essaient tous de survivre sereinement.

La discrimination, sociale, ethnique, politique, culturelle, medicale, etc, c’est ce qui ruine notre democratie. C’est precisemment en vertue de ces discrimination que des pans entiers de la société se voient privés d’un acces à des soins de qualité, à des logements decents, à de bonnes ecoles, de bon jobs etc... Alors qu’ils partagent les memes lois, les memes impots, et que quand ils(nous) travaillent, c’est pour le benefice des quelques"autres", qui vivent de l’autre coté de la frontiere sociale.

La structure et les rapports pays riches/tiers monde se retrouve aussi chez nous.

Alors si tu veux parler franchement, je pense que ton article est mal ecrit parcequ’il trahit ta pensée. Tu veux lutter pour ameliorer les choses, c’est bien. Mais alors tu te trompes de cible et de methode.

Si par ailleurs tu te sens insultée parcequ’on se permet de critiquer ton article, changes de metier, ou contentes toi des rubriques necros. (ou supprimes la fonction"commenter" de ton blog !)

2 votes
par Roseline (IP:xxx.xx5.192.209) le 27 septembre 2008 a 18H04
Roseline, 56 articles (Rédacteur)

Gorgio,

Je suis d’accord avec la première partie de ta tirade.

Ensuite, pour ce qui est de battre un ane à mort, il ne faut pas non plus exagérer.

Je n’ai pas insulté ce médecin. Je ne lui ai pas reproché d’avoir le SIDA. Je n’ai pas crié au scandale sur le fait qu’il pratiquait des actes médicaux sans prévenir ses patientes de son état de santé et des risques qu’elles encourent.

Et, pourtant, je pourrais insister sur le fait qu’en tant que médecin, il a le devoir de présenter aux patientes toutes les conséquences que peut avoir une intervention en fonction de l’acte en lui même, mais aussi en fonction du personnel qui intervient.

J’ai été victimes d’erreurs médicales.

Le résultat : je suis handicapée. je perds minimum 2 ans à essayer de remettre ma vie sur les railles. J’y ai laissé mon mariage...

Malgré mes recherches sur Internet avant que la première opération soit effectuée sur moi, il n’y avait aucune information sur internet concernant mon état de santé, les moyens de le soigner, ...

J’ai donc fait confiance au corps médical.

Je devais reprendre mon nouveau travail où j’étais en période d’essai une semaine après la première intervention qui d’ailleurs devait être la dernière.

Et, biensur, je devais rester valide.

Si au moins, il y avait eu un page, un paragraphe, quelques lignes qui m’aurait avertit de l’erreur qui allait se commettre... Pas grand chose, j’aurais pu sauver une de mes jambes.

Aujourd’hui, tu as 700 à 800 femmes dont certainement, presque la totalité, n’ont pas été atteintes par le virus.

Imaginons, même s’il y a une seule femme, combien de personnes peut-elle contaminer avant de s’en appercevoir ?

Est-ce qu’elle ne peut pas gagner des instants de vie et de bonheur en pouvant se traiter à temps ?

Je te rassure. L’écriture n’est pas ma seule action.

Mon site internet me permet de me mettre en contact avec un grand nombre de famille que j’aide dans l’ombre.

Par contre, j’évite d’en faire étalage, car ce sont des familles avec leur histoire privée que je respecte.

En ce qui concerne le commerage, tu feras le tour des articles officiels qui sont écrits par des journalistes qui ont une carte de presse.

Tu y trouveras les mêmes informations avec des tournures de phrases différentes.

Je n’ai rien inventé.

Donc, pour apporter des preuves, il faudrait mettre en cause toute la presse française et demander aux journalistes de se rendre sur place avant de se permettre de reprendre un communiqué de presse des autorités et quelques brides de leur base commune d’informations.

A un moment donné, il faut arrêter...

Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que les personnes atteintes du VIH sont des victimes qui ont également une vie bousillée par une véritable cochonnerie.

Comme quoi nous arrivons à nous entendre sur quelques points...

Ce qui me fait êtremement rire, c’est que si j’avais fais un article sur le faux chirurgien esthétique qui a fait de la boucherie.

Personne n’aurait trouvé rien à dire.

Aujourd’hui, parce que je médecin est séropositif et que la transmission est le fond du problème, vous criez au scandale.

C’est pas moi qui fait une discrimination.

Je le considère comme une médecin qui a fait un choix dans sa vie.

Seulement, ce choix met en danger, en France 700 à 800 femmes.

hou hou

Il faut arrêter de faire une fixette sur le fait que cette personne soit séropositive et qu’elle rend malade des personnes qui viennent pour un avortement.

C’est marrant quand les mots sida, VIH, transmission,... ne sont pas cités, l’histoire revient sur les mêmes bases que ce fameux chirugien esthétique.

Et, tu me parles d’accès aux soins, à des logements décents,...

Tu me parles de grands principes que je vis tous les jours.

Tu penses que mon article est mal écrit.

C’est ton opinion.

Sur la gestion de ma vie, j’ai pas besoin de toi pour recevoir des conseils.

J’ai assez personnes dans mon entourage pour me dire franchement et sincèrement là où je commets des erreurs et là où je fais des choses biens.

Ce sont pas les critiques sur mon article qui me font dire que je me sens insultée, mais plus sur les attaques personnelles comme que je devrais réfléchir avant d’écrire....

le fait de suggérer que je ne sais pas penser est la base de mon commentaire.

Après que tu n’aimes pas ma façon d’écrire, j’en trouverais toujours au moins un et encore bien plus, pour me dire qu’il n’accroche pas.

Si tout le monde aimait la même chose se serait triste, mais certains fidèles ne pensent pas comme toi.

Je demande pas que l’on me reconnaisse comme rédacteur de l’année.

En plus, ce n’est pas un métier, mais du bénévolat.

Et, comme je reste correcte avec toi malgré ton agressivité, j’aimerais que tu en fasses autant s’il te plait.

Pour finir, le site CareVox n’est pas mon site.

La fonction "commenter" n’est pas un choix personnel.

Par contre, je l’ai mise également sur mon site.

Car tout le monde a le droit de s’exprimer, comme j’ai le droit de te répondre...

Maintenant, j’ai un nouvel mauvais article à faire pour des personnes qui sont concernées et intéressées.

Donc tu m’excuseras, mais je vais travailler de façon constructive en ce qui me concerne.

Bon week-end,

0 vote
par habeas (IP:xxx.xx5.166.55) le 12 octobre 2008 a 22H07
habeas (Visiteur)

Je trouve qu’il serait plus correct, si tu es sûre qu’il y a eu transmission, de rapporter tes sources sur ton article.

Car sinon, tu fais courir une rumeur qui va être très pénible pour le médecin en question...

Normalement, si le médecin a fait stériliser ses instruments, et qu’il porte des gants, ce n’est pas que les risques de transmission sont très faibles, c’est qu’il n’y en a pas du tout !

Je ne suis pas sûre non plus qu’on a le droit de divulguer la séropositivité de quelqu’un. N’est-ce pas du domaine de la vie privé ??

cordialement

0 vote
par valine13 (IP:xxx.xx0.156.204) le 23 février 2010 a 18H02
valine13 (Visiteur)

C’est tout simplement honteux, on s’aperçoit encore du retard et de l’ignorance de la plupart des Français en comparaison des Espagnols, il n’y a plus d’excuses en 2010. On sait très bien depuis plus de 15 ans maintenant les modes de transmission, on sait même depuis 2009, qu’une personne séropositive traitée, avec une charge virale indétectable est encore moins susceptible de contaminée.