Accueil du site
> Dossiers > Dopez votre mémoire !
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Docteur, j’ai un trou de mémoire !
Docteur, j'ai un trou de mémoire !
note des lecteurs
date et réactions
17 février 2009 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Rim, 51 articles (Medecin)

Rim

Medecin
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
51
nombre de commentaires
14
nombre de votes
1

Docteur, j’ai un trou de mémoire !

Docteur, j'ai un trou de mémoire !

Bénins ou rentrant dans le cadre d’une maladie de la mémoire, il faut savoir différencier les trous de la mémoire afin de pouvoir correctement les prendre en charge.

JPEG - 13.8 ko
Docteur, j’ai un trou de mémoire !

Trous de mémoire bénins :
Transitoirement, la personne n’a pas accès à son souvenir. Le souvenir n’est pas détruit, il est correctement stocké dans le cerveau mais la personne n’y a pas accès. Ce type ne réduit pas l’autonomie de la personne.


Fréquence :
Observés à tout âge, la fréquence de ces oublis bénins augmente de façon considérable à partir de 50 ans. 65% des sujets âgés de plus de 65 ans rapportent de fréquents oublis. Seulement 5% ont une maladie d’Alzheimer.
Il existe une grande variabilité inter-individuelle

Pourquoi oublie-t-on ?
La mémoire est structurée sous la forme de tiroirs dans lesquels sont stockées toutes les données encaissées depuis notre plus tendre enfance. Ces données, plus ou moins utilisables, sont rangées en fonction de leur utilité à notre fonctionnement quotidien (réflexes, gestes fréquents). L’accessibilité dépend de l’ancienneté du souvenir, de la fréquence de son utilisation, de l’entraînement cérébral, du besoin et de notre état psychologique.

Ainsi, un souvenir relié à une période psychologiquement difficile peut devenir envahissant comme peut être oublié (occulté mais jamais effacé), pouvant faire surface pour une raison ou une autre (situation similaire ou en rapport, psychanalyse, hypnothérapie, méditation, etc.)


Une certaine forme d’oubli est indispensable pour permettre à de nouvelles informations de pénétrer, mais également pour libérer de la place « aux premières loges » pour des informations dont nous avons besoin pour une tâche en cours.

Mais l’âge également joue un rôle dans l’oubli, par un mécanisme différent, sans que cet oubli entre dans le cadre d’une maladie de la mémoire :
- ralentissement des processus intellectuel, de l’élaboration de la pensée
- nécessité de fournir un effort plus important en cas de mémorisation
- facultés attentionnelles amoindries
- ralentissement des processus de récupération

Certaines maladies et certains traitements peuvent causer des trous de mémoire plus ou moins importants et plus ou moins durables.

Facteurs aggravants :
- L’alimentation
- La dépression
- L’anxiété
- L’insomnie
- L’isolement
- L’activité physique
- L’activité intellectuelle => le concept de réserve synaptique

Que faire ?
Notre mémoire ne s’use que si nous ne nous en servons pas


Une bonne « organisation » doit reposer sur le plaisir
- prendre un agenda y noter l’essentiel, le consulter tous les jours
- apprendre à ne faire qu’une seule chose à la fois
- prendre l’habitude de faire des listes.

Lors de la mémorisation d’un fait
- apprendre à se servir du contexte
- répéter les stratégies
- utiliser les indices……….

Une véritable hygiène de vie
- maintenir les contacts sociaux
- voyager
- entraînement sportif minimum
- développer ses loisirs………(bricoler, jardiner…….)
- entraînement cognitif : « consoles de jeux, logiciels… »

Les médicaments associés :
- Extrait du Gingko biloba
- Lutte contre l’HTA
- Lutte contre le cholestérol, le diabète, le Syndrome d’apnées du sommeil (SAS)…
- Traitement de l’anxiété et de la dépression
- Les antioxydants : alimentation, compléments alimentaires.

Les médicaments de la maladie d’Alzheimer ? Non si les trous de mémoire sont bénins.

Source

Voir aussi le document


Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Mémoire Alzheimer
Commentaires
1 vote
par isa (IP:xxx.xx8.244.228) le 18 mars 2009 a 14H24
isa (Visiteur)

Bonjour.

Je m’appelle Isa, j’ai 32 ans et je suis assistante juridique. Je rencontre actuellement et à vrai dire depuis quelques temps déjà, un sérieux problème.

En effet, j’ai des trous de mémoire énormes et qui me font peur. La profession que j’exerce ne me donne pas droit à l’erreur et je fais beaucoup attention mais ça ne suffit toujours pas. Bien souvent, je n’arrive pas à me rappeler quand est-ce qu’un client m’a appelé alors que je l’ai eu le matin même au téléphone. Je ne retiens plus les noms des dossiers, je les confonds même parfois. Je n’arrive plus à me souvenir de certains faits récents et qui datent parfois de la veille. Je reconnais que j’aime travailler vite et bien, que je n’aime pas quitter le bureau en ayant trop de boulot derrière. Et bien souvent, je fais deux choses à la fois. Mais bon... J’ai bien envie de demander à faire un examen médical, lequel je ne sais pas. Mais j’ai vraiment la trouille. Et le problème c’est que quand je me goure, je me sens super coupable surtout vis-à-vis de mes patrons et je m’en veux beaucoup au point de me replier. Si je pouvais, je me licencierai moi-même. Avez-vous une solution ou du moins quelques conseils à me proposer. Par avance, merci.

3 votes
par Rim (IP:xxx.xx0.46.242) le 19 mars 2009 a 14H11
Rim, 51 articles (Medecin)

Chère Isa Vous avez apporté vous même le diagnostic à ces troubles de la mémoire qui vous angoissent : Le surmenage. Le stress nous entoure au quotidien : vie privée, travail, société, tout est tension. Le problème est là mais ce n’est pas une impasse. des solutions existent : déstresser. Organiser son rythme de travail permet de ne pas laisser accumuler les dossiers et passer des heures supplémentaires au bureau en fin de semaine. Des formations et des organismes existent, surtout quand on fait un métier plus stressant que les autres (le votre par eemple, où on n’a pas droit à l’erreur "humaine", même minime). Les entreprises et les administrations sont tenues à prendre en charge (dans le cadre d’une formation également) la gestion du stress du personnel. Renseignez-vous. Je reste à votre disposition pour complément d’informations. Dans l’attente, profiter du WE ensoleillé pour vous détendre.

1 vote
par Raxhephon (IP:xxx.xx4.92.193) le 8 mars 2013 a 18H17
Raxhephon (Visiteur)

Bonjour,

J’ai lu avec attention votre article et je me pose une question : dois-je consulter ?

En effet, j’ai de plus en plus de difficultés à me souvenir de ce que je suis en train de faire et de ce que j’ai fait. Mon cerveau est devenu une véritable passoire : j’oublie ce que j’ai fait et mangé la veille, et même le matin ! Même là, je me suis retrouvée ici car j’ai allumé mon ordinateur pour faire un truc et le temps qu’il s’allume, j’avais oublié quoi !

Est-ce un manque de concentration ? Est-ce dû à mon état de santé général dégradé et aux médicaments (antidépresseurs, neuroleptiques) que je prends ? Dois-je en parler au psychiatre qui me suit ou à mon médecin traitant pour voir s’il n’y a pas autre chose ? J’en ai un peu marre de tout oublier... Au quotidien, ça devient limite handicapant et c’est effrayant à vivre (je n’ai que 26 ans !)