Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dermatologie et traitement au laser
Dermatologie et traitement au laser
note des lecteurs
date et réactions
14 avril 2008 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Roussel, 2 articles (Rédacteur)

Roussel

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Dermatologie et traitement au laser

Dermatologie et traitement au laser

En dermatologie, certaines pathologies peuvent être soignées grâce au laser. Voici les principaux exemples d’application :

 

  • Epilation

Les lasers dépilatoires émettent un faisceau de lumière absorbée par le pigment brun (mélanine) de la tige du poil et de sa racine. Ce faisceau de lumière est transformé en chaleur qui entraîne la destruction du poil. Plusieurs séances sont nécessaires pour réduire fortement cette pilosité. On estime qu’il faut 4 à 8 séances (passages) mensuelles sur chaque zone à épiler, suivis éventuellement d’un traitement d’entretien pour réduire de 80% une pilosité brune sur une peau claire.

Si la peau est foncée. Les séances seront espacées de un à six mois en fonction de la repousse. Les poils blancs ne peuvent, en l’état actuel de la technique des lasers, être traités par cette méthode.

L’épilation laser est possible pour les hommes comme pour les femmes, pour toutes les localisations, dans un but esthétique ou thérapeutique (folliculite, poils incarnés de la barbe).

Avant la séance, il faut arrêter l’épilation à la cire et/ou à la pince ainsi que la décoloration, au moins un mois avant la séance. Ne pas être bronzé(e). Le rasage de la zone à traiter devra être réalisé avant la séance. Le port de lunettes de protection adaptées est obligatoire pendant la séance.

Les suites immédiates sont marquées par une rougeur, une sensation de chaleur et un discret gonflement à la base des poils, d’une durée variable et ¼ d’heure à deux heures.

Habituellement, dans les trois à cinq jours suivant la séance notera l’éjection des poils traités. Cette phase peut durer jusqu’à 10-15 jours. Une protection solaire par écran total est indispensable dans les suites du traitement.

  • Traitement des télangiectasies et de la couperose

Le laser à colorant pulsé provoque la destruction ciblée des vaisseaux sanguins augmentés en taille et en nombre dans les télangiectasies et la couperose. C’est un traitement qui peut nécessiter plusieurs passages avec, avec un intervalle minimum de 6 à 8 semaines entre chaque passage sur la même zone. Il n’est pas possible, au début du traitement, de prévoir le nombre total de passages nécessaires : de 1 à 3 sur la même zone seront suffisants dans la plupart des cas pour obtenir une disparition des plus gros vaisseaux (télangiectasies) et une bonne atténuation, voire une disparition, du fond rouge (érythrose). L’action sur les flushes (rougissements brutaux et transitoires) est plus modérée mais réelle (inconstante). Si la surface à traiter est importante, plusieurs séances seront nécessaires.

Les impacts du laser sont désagréables. L’anesthésie locale n’est pas souhaitable car elle provoquerait des modifications réflexes de la peau, préjudiciables au traitement (vasoconstriction).

Avec le laser pulsé à colorant, une trace noire (purpura) apparaît immédiatement à la place de chaque impact. Cette trace va devenir rouge bordeaux ou marron les jours suivants et disparaît en 1 à 2 semaines. Ce purpura peut être masqué, en partie, par l’application d’un maquillage approprié (correcteur de teint). Plus rarement, il peut se produire une croûte fine qui s’éliminera en quelques jours voire, occasionnellement, quelques phlyctènes (cloques ou bulles) qui disparaîtront spontanément en quelques jours.

Des soins locaux par pulvérisation d’eau thermale et application de crème apaisante seront prescrits pendant 4 à 5 jours. Une protection solaire (écran total) est nécessaire dans les suites du traitement.

  • Lésions pigmentaires

Le laser Nd Yag / Q-Switched détruit certaines lésions pigmentaires, congénitales (présentes à la naissance) ou acquises par un laser approprié. C’est un traitement qui peut demander une ou plusieurs séances (1 ou 2 lentigos solaires ou séniles, parfois plus pour des taches du type « café au lait »).

L’éclaircissement de la tache se fait progressivement. Les impacts lasers sont désagréables et ne nécessitent pas, le plus souvent, d’anesthésie locale. Après passage du rayon laser sur la lésion à traiter, on observe un blanchiment de la peau ou un léger saignement punctiforme. Quelques heures après, la formation d’une croûtelle disparaissant en 8 à 10 jours est un phénomène normal. Les soins locaux sont constitués par une désinfection et l’application d’un corps gras quotidiennes. Il faut impérativement éviter d’accélérer la chute de la croûtelle. La cicatrisation terminée, la tache disparaît progressivement dans les semaines suivantes.

A distance du traitement, risque faible de cicatrice, parfois modification de la teinte de la peau de la zone traitée : hyperblanchiment parfois ou hyperchromie surtout chez le sujet de phototype élevé ou bronzé. Il est indispensable d’appliquer une protection solaire après la séance.

  • Traitement de l’acné

Que ce soit sous forme légère (point noir, point blanc) ou sous forme plus sévère (pustules nodules, kystes), l’acné est une maladie des glandes sébacées. Elle est causée par une production excessive de sébum obstruant les pores de la peau et par la présence de bactéries.

La lumière laser, délivrée sous forme de pulses, traverse les couches cutanées et parvient exactement à la bonne profondeur de pénétration, au niveau des glandes sébacées. Cet effet thermique tue les bactéries et réduit la production de sébum.

Pas de douleur grâce à un système de froid de contact, le laser Aramis refroidit et protège la peau. Aucune anesthésie n’est nécessaire. 4 à 5 séances à 3 ou 4 semaines d’intervalle. Un traitement d’entretien vous sera peut être conseillé par votre dermatologue. Durée d’une séance : 10 à 30 minutes selon la zone à traiter. On constate une diminution du nombre de boutons dès la première séance. Chaque traitement amène une amélioration visible. Réduction de 20% du nombre de lésions par séance.

  • Traitement du visage

Le traitement de surfaçage consiste en une abrasion de la peau d’une zone du visage ou du visage entier à l’aide d’un laser CO2 ultra pulsé ou scanné, dans l’intention de diminuer les signes du vieillissement solaire (taches, élastose, rides superficielles) et les cicatrices d’acné. Le traitement, réalisé en une seule séance sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale ou locorégionale par un anesthésique injectable, entraîne une sensation de brûlure pendant quelques secondes. Pour le traitement des paupières, les yeux sont protégés par une coque. Une fois l’anesthésie effectuée, le médecin pratique une abrasion progressive de l’épiderme par photovaporisation puis une photo-coagulation du derme superficiel qui se rétracte et provoque un effet tenseur cutané plus ou moins important selon la laxité de la peau.

La douleur peut être présente en fin d’intervention et durant les premiers jours. Il s’agit d’une sensation diffuse de chaleur au niveau de la zone traitée. Une prescription d’antalgiques est faite par le médecin. Immédiatement après le traitement, le derme est mis à nu et on observe une rougeur, un gonflement et un suintement. Ceci va nécessiter une cicatrisation dirigée pendant huit jours. Des pansements seront réalisés jusqu’à cicatrisation complète, obtenue ne 10 à 15 jours, selon la zone traitée. Des croûtes peuvent se former et ne sont pas souhaitables. Les soins post-opératoires sont destinés à éviter leur formation car elles seraient susceptibles de favoriser les cicatrices.

Un inconfort de la peau à type de sécheresse, de tiraillement, d’irritabilité, une relative intolérance aux produits de beauté habituels sont fréquents pendant les deux à trois mois suivants.Une protection solaire est indispensable pendant six mois.

  • Détatouage

Le laser pigmentaire Nd Yag / Q-Switched provoque par un effet photo-acoustique la destruction des particules de pigment incluses dans la peau (derme). C’est un traitement long nécessitant plusieurs séances (passages), avec un intervalle de deux mois au minimum entre chaque passage sur la même zone. Il n’est pas possible de prévoir le nombre total de passages nécessaires (de deux à cinq pour un tatouage amateur, jusqu’à dix pour un tatouage professionnel multicolore, de deux à trois pour un tatouage rituel ou accidentel).

L’éclaircissement du tatouage se fait progressivement. Le traitement par laser pigmentaire est le plus efficace. Les impacts de laser sont désagréables dans certaines zones et peuvent donc nécessiter une anesthésie locale par une crème anesthésique (EMLA), appliquée sous un pansement occlusif deux heures avant la séance, ou par l’injection d’un anesthésique local. Après passage du rayon laser sur l’ensemble de la zone à traiter on observe un blanchiment de la peau ou un léger saignement punctiforme.

Quelques heures après les traces blanchâtres sont remplacées par des croûtelles qui disparaissent en 8 à 10 jours. Des soins locaux de désinfection et l’application de corps gras seront effectués tous les jours. Le médecin précisera le type de pansement souhaité. Une fois la cicatrisation terminée, une certaine proportion des pigments du tatouage aura disparu.

  • Angiome

Le laser à colorant pulsé Provoque, par un effet essentiellement thermique (brûlure), la destruction des vaisseaux sanguins « anormaux » en nombre et en taille, qui constituent l’angiome. C’est un travail long qui nécessite plusieurs séances (passages), avec un intervalle minimal de trois mois entre chaque passage sur la même zone. Il n’est pas possible de prévoir le nombre total de passages nécessaires (pouvant parfois dépasser 10). L’éclaircissement de l’angiome se fait progressivement mais aboutit rarement à une disparition totale, surtout si l’angiome est épais.

Les impacts laser de type continu sont douloureux et peuvent nécessiter une anesthésie locale par crème anesthésiante (EMLA) appliquée sous pansement occlusif deux heures avant la séance ou par injection d’un anesthésique local donnant une sensation de brûlure durant quelques secondes. Pour le traitement des paupières la pose de coques protectrices au contact de l’œil est indispensable. Elle se fait après anesthésie de la cornée par un collyre anesthésique.

Les suites immédiates sont marquées, sur la zone traitée, par une coloration blanchâtre discrète associée à une rougeur nette surtout en périphérie. Il s’y associe un gonflement qui peut durer 2 à 3 jours et qui est plus important dans les régions péri-oculaires ou lorsqu’on pratique une anesthésie locale injectable. Après quelques jours, les traces blanchâtres sont remplacées par une peau sèche et des petites croûtes fines qui s’éliminent spontanément en quelques jours et qu’il convient de ne pas arracher. Quelques phlyctènes (coques ou bulles) passagères peuvent s’observer occasionnellement.

Des soins locaux par pulvérisation d’eau thermale et crème apaisante seront à faire pendant 4 à 5 jours. Un maquillage camouflage est autorisé, afin de permettre une vie sociale convenable. Une protection solaire par un écran total est indispensable dans les suites du traitement.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Commentaires
0 vote
par michel lerma (IP:xxx.xx1.158.120) le 29 mai 2008 a 23H52
michel lerma (Visiteur)

Etonnant que vous ne parliez pas du psoriasis !

0 vote
par dermatologue (IP:xxx.xx4.126.112) le 5 juin 2008 a 22H37
0 vote
par Dermatologue (IP:xxx.xx4.126.112) le 6 juin 2008 a 21H49
Dermatologue (Visiteur)

Félication pour votre article synthétique sur le traitement laser, j’ajouterai quelques remarques :

L’epilation au laser peut être réalisée par le laser alexandrite, le laser rubis et le laser yag pour les peaux noires. Il existe un débat pour savoir si l’épilation produite par les lampes intenses et pulsées est comparable à l’epilation au laser, certains médecins pensent que les nouvelles lampes donnent des résultats équivalents. Le traitement des rougeurs fait appel au laser à colorant pulsé dont l’efficacité est excellente, le laser KTP donne aussi de très bons résultats et les lampes intenses pulsée conviennent au traitement des rougeurs provoquées par l’exposition solaire (héliodermie). Pour traitement des taches brunes, le laser alexandrite Q switch donne de superbes résultats mais les lampes intenses sont intéressantes quand celle ci sont nombreuses et diffuses dans le cadre de l’héliodermie. Si certains lasers et des lampes peuvent améliorer temporairement l’acné et son intéressante chez les femmes enceinte, le traitement médical reste la base du traitement. Le traitement des cicatrices au laser est possible grâce aux laser fractionnels ablatifs et non ablatifs (Fraxel®).

Dr Philippe Abimelec, dermatologue