Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
60 % des asthmatiques controlent encore mal leur maladie
60 % des asthmatiques controlent encore mal leur maladie
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 janvier 2009
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

60 % des asthmatiques controlent encore mal leur maladie

60 % des asthmatiques controlent encore mal leur maladie

Malgré un meilleur dépistage de cette maladie chronique, encore beaucoup d’asthmatiques se soignent mal ce qui retentit sur leur qualité de vie d’après une dernière enquête de l’ESPS.

 

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires caractérisée par une hyperréactivité des muqueuses bronchiques. Elle se manifeste par des symptômes variables, le plus souvent par des sifflements, une gêne respiratoire ou bien par une toux. Par son ampleur, cette maladie représente un véritable enjeux de société, d'autant plus que les patients sont encore nombreux à mal se soigner.

L’asthme a un impact négatif sur la qualité de vie des malades


D'après l'étude, les asthmatiques se déclarent en moins bonne santé que les non-asthmatiques : 38 % jugent leur état de santé moyen, mauvais ou très mauvais, contre un non-asthmatique sur cinq. De même, près 30 % des asthmatiques se sentent limités ou fortement limités dans les activités que font les gens habituellement.

De manière générale, les asthmatiques sont plus anxieux ( près de 20 % des asthmatiques déclarent une dépression et/ou une anxiété, contre 13 % des non-asthmatiques ), et ont plus d’allergies que les autres ( 10 % déclarent avoir un eczéma, ¼ déclarent une rhinite allergique contre 5 % des personnes non asthmatiques).

Six asthmatiques sur dix ont un asthme insuffisamment contrôlé

Seules 39 % des asthmatiques présentent un asthme contrôlé c’est-à-dire des symptômes très limités. 46 % ont un asthme partiellement contrôlé et 15 % un asthme totalement non contrôlé ( gènes respiratoires, difficultés pour les activité physique, crise d’asthme…).

Des populations à risques et des traitements mal adaptés

Les personnes présentant davantage de risques sont les personnes de plus de 40 ans, en surpoids ou obèse, ainsi que les catégories sociales les moins favorisées, ou les personnes à faible niveau d’études.

A noter également que les asthmatiques semblent fumer autant que les non –asthmatique, 1 adulte sur 4 est fumeur, alors que c’est strictement déconseillé.

D’après l’étude, les asthmatiques sont encore trop peu nombreux à prendre un traitement médicamenteux. Par exemple, près 30 % asthmatiques insuffisamment contrôlés ne prennent qu’un traitement à la demande, alors que leurs symptômes justifieraient un traitement de fond préventif. Parmi les asthmatiques totalement non contrôlés, 74 % n’ont pas de traitement ou un
traitement de fond insuffisant au regard de l’intensité de ses symptômes.

Au contraire 44 % des asthmatiques qui gèrent bien la maladie, prennent régulièrement un traitement de fond.

De nombreux progrès à faire

Il reste donc encore beaucoup de progrès à faire pour que l’asthme soit mieux pris en charge. Une meilleure adaptation des traitements liée à l’intensité des symptômes, une prise en charge globale de la maladie intégrant les risques liés à chaque individu, davantage d'observance des traitements ainsi qu’un accès facilité aux soins pour les personnes les plus modestes sont les mesures proposées qui contribueront à améliorer la qualité de vie des malades.

Source : Communiqué de presse de l'IRDS
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Asthme Risques