Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une pharmacienne et un vétérinaire condamnés pour traitement douteux d’animaux
Une pharmacienne et un vétérinaire condamnés pour traitement douteux d'animaux
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 novembre 2011
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 601 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
601
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Une pharmacienne et un vétérinaire condamnés pour traitement douteux d’animaux

Une pharmacienne et un vétérinaire condamnés pour traitement douteux d'animaux

Une pharmacienne de Haguenau et un vétérinaire qui collaborait avec elle, accusés tous deux de manquements à la santé publique pour cause d’administration de médicaments à des animaux, ont été condamnés le 8 novembre dernier par le tribunal correctionnel de peines de sursis et d’amendes.

Herrade Sala, une pharmacienne haguenovienne âgée de 53 ans, s’est vue infliger une peine de 18 mois de prison avec sursis et une amende de 30 000 euros. Guy Fevre, un vétérinaire à la retraite âgé de 69 ans et originaire de l’Aube, a quant à lui écopé d’un an de prison avec sursis et une amende de 5 000 euros. Le verdict a été rendu par le tribunal de Strasbourg le 8 novembre dernier. L’enquête avait établi que les deux prévenus avaient, entre 2003 et 2006, vendu des produits vétérinaires (le plus souvent sans ordonnance) à des éleveurs qui ont été administrés dans certains cas à des animaux d’élevage alors qu’ils étaient interdits à la consommation humaine.

Plusieurs de ces produits étaient toxiques, et ce n’est que lorsque des analyses anormales d’antibiotiques dans la viande de lapin d’élevage ont fait surface en mars 2006 que les gendarmes ont mis à jour le trafic. Une cinquantaine d’éleveurs avaient été entendus. En remontant à la pharmacienne incriminée, les enquêteurs se sont aperçus que la vente de produits vétérinaires représentait près d’un quart de son chiffre d’affaires, alors que les produits vétérinaires ne rapportent en moyenne que 3% des résultats réalisés par une pharmacie. Le vétérinaire, qui se rendait complice d’exercice illégal de la médecine vétérinaire, jouait pour sa part le rôle d’intermédiaire. Il visitait les éleveurs de la région et délivrait des ordonnances par avance pour de probables affections qui pourraient se déclencher chez les animaux.
 

La rédaction CareVox
Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté