Accueil du site
> Dossiers > Sauvons les éléphants !
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une lentille de contact pour un éléphant d’Amsterdam
Une lentille de contact pour un éléphant d'Amsterdam
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 février 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une lentille de contact pour un éléphant d’Amsterdam

Une lentille de contact pour un éléphant d'Amsterdam

Win Thida, un éléphant du zoo d’Artis, à Amsterdam, s’était blessé à un œil. Pris en charge, le pachyderme est le premier de ses congénères en Europe à porter une lentille de contact.

Le phénomène des lentilles intraoculaires sur mesures pour animaux n’est pas tout à fait nouveau. Il existe ainsi en Allemagne une société, du nom de Skin & Vision Technologies, qui en produit depuis 2008 à destination, entre autre, des lions, des tigres ou des ours atteints de maladies oculaires. Aux Pays-Bas, cependant, où les éléphants sont plus ancrés dans le paysage qu’ailleurs en Europe (le zoo d’Emmen, dans le nord du pays, compte pas moins de 15 éléphants, soit le record du continent), on prend soin des pachydermes.

Et c’est valable également pour leurs yeux. Au zoo d’Artis, à Amsterdam (4 éléphants y gambadent), un éléphant d’Asie de 44 ans, qui a reçu le nom de Win Thida, s’était blessé à l’œil gauche en jouant avec ses semblables et en s’accrochant vraisemblablement à une branche. Son œil, qui s’était mis à pleurer en permanence, se refermait pour palier à la douleur. Il a ainsi fallu le soigner rapidement, ce qui fut fait. Le 25 janvier dernier, Win Thida s’est ainsi fait poser une lentille de contact par une équipe de vétérinaires. La lentille provient de la société allemande Skin & Vision Technologies et a été posée par l’experte Anne-Marie Verbruggen, ophtalmologue vétérinaire d’origine belge exerçant aux Pays-Bas depuis 2002, dans des cliniques à Rotterdam et à Roosendaal. Elle avait auparavant effectué ce type d’action sur des chevaux… mais pas encore sur un éléphant.

Cette opération a permis aux spécialistes de soigner la cornée de l’animal. A noter également que Win Thida a pu bénéficier d’une anesthésie locale, lui permettant de se maintenir debout. Dans d’autres circonstances la situation aurait pu être problématique car un animal de ce poids ne peut rester en position allongée trop longtemps car le risque est alors que son souffle soit entravé.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté