Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une épidémie menace les chauves-souris de disparition
Une épidémie menace les chauves-souris de disparition
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 février 2011 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une épidémie menace les chauves-souris de disparition

Une épidémie menace les chauves-souris de disparition

Les chauves-souris, bien que vitales pour de nombreux écosystèmes, sont menacées par une épidémie inédite source de mortalité massive. Plus d’un million de chauves-souris sont déjà mortes aux Etats-Unis, et cette épidémie, apparue en 2006 à New York, pourrait s’étendre à l’ensemble du continent nord-américain.

Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a placé l’année 2011 sous le signe de la chauve-souris. Mal considérés, ces mammifères bénéficieront-ils enfin de l’intérêt qui leur est du afin de faire prendre conscience au public de la contribution de cet animal à l’équilibre de la planète ? Les naturalistes l’espèrent. Comme l’explique Andreas Streit, Secrétaire exécutif d’Eurobats, « par rapport à des animaux comme les tigres et les éléphants, les chauves-souris reçoivent peu d'attention positive, bien qu'elles soient des mammifères fascinants qui jouent un rôle indispensable dans le maintien de notre environnement. Les chauves-souris mangent des millions d’insectes et nous aident à venir à bout des rongeurs et de la dispersion des graines ».

De plus, ce mammifère contribue à la pollinisation des espèces dans les forêts tempérées et tropicales, participant indirectement à l’équilibre des écosystèmes forestiers. Sans la chauve-souris, les parasites qui ravagent les cultures seraient plus nombreux, entraînant une (plus grande) utilisation de pesticides dangereux. Et pourtant, sur les 1 200 espèces de chauves souris réparties sur l’ensemble de la planète, la moitié environ sont en danger d’extinction, classées par l’Union internationale pour la conservation des espèces menacées. En cause : la perte d’habitat, la déforestation, l’urbanisation croissante, la pollution et… les épidémies, et en premier lieu le syndrome du nez blanc. Plus d’un million de chauves-souris sont mortes aux Etats-Unis à cause de ce syndrome. Cette épidémie, qui menace sérieusement plusieurs espèces, se caractérise par l’apparition d’un champignon prenant la forme d’un anneau blanc autour de la bouche et du museau des animaux contaminés.

La science est désemparée face a ce phénomène découvert récemment. Observée initialement dans la région de New York il y a cinq ans, l’épidémie fait depuis tache d’huile, s’étendant progressivement à l’ouest et au sud du continent. Exprimée en début d’année dans les colonnes de Citizen Times, l’inquiétude de Gabrielle Graeter, biologiste travaillant à la commission des ressources fauniques de la Caroline du nord, en dit long : «  Le syndrome du nez blanc est confirmé en Virginie et dans le Tennessee, et nous nous attendons à l’heure actuelle à ce que la Caroline du nord soit contaminée. La propagation de cette épidémie marque l’arrivée de l’une des menaces les plus dévastatrices pour la conservation des chauves-souris à notre époque  ».

Et effectivement, de nombreuses grottes laissent apparaître des colonies de chauves-souris entièrement décimées. Le 14 février dernier, le Huffington Post a donné la parole à Mollie Matteson, avocate écologue oeuvrant pour la protection des animaux et des écosystèmes en péril dans le nord-est des USA. Et les craintes se sont vérifiées : « L’épidémie, qui gagne désormais 15 Etats, dont l’Indiana, ainsi que deux provinces canadiennes, pourrait selon les scientifiques tuer des millions de chauves-souris supplémentaires dans le reste des Etats-Unis ». Le signal d’alarme a été actionné auprès du Fish and Wildlife Service (Département américain de la gestion et la préservation de la faune), et les scientifiques ont demandé une enveloppe de 10 millions de dollars pour effectuer des recherches sur le syndrome du nez blanc.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par herbe (IP:xxx.xx5.15.130) le 24 février 2011 a 20H14
herbe (Visiteur)

triste nouvelle !

Et mauvaise série pour les pollinisateurs, après les abeilles ....