Accueil du site
> Dossiers > La Santé du Chien
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Protégez votre chien du soleil contre le cancer de la peau !
Protégez votre chien du soleil contre le cancer de la peau !
note des lecteurs
date et réactions
4 juillet 2012
Auteur de l'article
Chiens-online, 14 articles (Site internet)

Chiens-online

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
14
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Protégez votre chien du soleil contre le cancer de la peau !

Protégez votre chien du soleil contre le cancer de la peau !

A chaque époque correspond une maladie, une pandémie, dont la seule évocation fait frémir les humains. Au XXIème siècle, il s’agit du cancer.

Principale cause de décès chez l’homme, cette terrible pathologie emporte également des chiens.


Maladie à composante génétique, le risque de cancer s’accroit à mesure du vieillissement de l’animal. Les vétérinaires et les maîtres sont de plus en plus conscients de la menace que cette affection fait planer sur les chiens. Les statistiques indiquent qu’un chien sur cinq développera un cancer au cours de sa vie, la forme la plus commune étant le cancer de la peau.

De fait, les vétérinaires sont plus souvent consultés par les propriétaires de chiens pour des problèmes cutanés que pour n’importe quel autre type de trouble ou de maladie. La peau des chiens est presque aussi sensible que la peau humaine et tous deux souffrent des mêmes troubles (hormis l’acné). C’est pourquoi la dermatologie est devenue une spécialité pratiquée par beaucoup de vétérinaires.

Les animaleries vendent des produits contre les maladies de la peau (avec un succès très aléatoire), mais la plupart de ces produits traitent les symptômes sans régler le problème de fond, sans parler des effets secondaires.

Certaines règles d’hygiène alimentaire se sont certes avérées efficace pour limiter l’apparition ou le développement du cancer de la peau chez le chien. Ainsi des compléments nutritionnels tels que les acides gras oméga-3, les TCMs ou les acides aminés comme la glutamine ont démontré leur utilité chez les chiens, notamment les races plus sujettes au cancer.


 

 

 

Les progrès de la médecine vétérinaire concernant le suivi thérapeutique et le traitement des cancers laissent, par ailleurs, espérer un avenir moins sombre pour les générations canines à venir. Et puisqu’on soupçonne une intervention de la génétique, on peut toujours ne pas faire se reproduire un animal dont un parent, proche ou lointain, a été atteint par la maladie. Le cancer n’apparaissant généralement qu’à un âge avancé, c’est la seule façon d’évaluer le risque chez un chien par ailleurs sain.

Mais ce que l’on ignore trop souvent ce sont les méfaits du rayonnement solaire sur le chien. En effet, si l’origine des tumeurs malignes de la peau est souvent inconnue et que certains virus peuvent parfois être mis en cause, il n’en reste pas moins que le dysfonctionnement hormonal et les rayonnements solaires sont à l'origine du développement de bon nombre de cancers cutanés chez le chien de race.

La multiplication excessive des cellules tumorales est à l'origine de modifications cutanées qui passent d'abord inaperçues, mais qui rapidement provoquent des signes cliniques, qui doivent " faire penser cancer ". Il s'agit essentiellement de lésions en relief, sous la forme de plaques, d'excroissances, de nodules, de plus ou moins grande taille, qui peuvent s'ulcérer et saigner. Ces lésions apparaissent dans n'importe quelle zone du tégument cutané, et évoluent plus ou moins rapidement. Retenons que l'aspect des différents types tumoraux est dans l'ensemble relativement semblable, même si certaines tumeurs peuvent avoir des caractéristiques évocatrices.
La conséquence directe est la difficulté, voire l'impossibilité d'affirmer le caractère agressif ou inoffensif de la tumeur d'un point de vue clinique et la nécessité d'avoir recours le plus rapidement possible à des examens complémentaires. Ainsi, il n'est pas possible de prévoir le comportement d'un nodule de petite taille, sous prétexte qu'il évolue lentement et semble peu agressif.


 


D'autre part, il faut également noter que certaines tumeurs cutanées peuvent se manifester sous des formes cliniques très déroutantes, difficiles à diagnostiquer au prime abord : rougeur généralisée de la peau, empâtement cutané localisé, déformation du chanfrein…En outre, certaines tumeurs cutanées sont responsables de l'apparition de syndromes dits paranéoplasiques, c'est à dire qui accompagnent son développement, mais sans rapport direct avec sa présence " physique ". Ainsi, on peut observer des vomissements, une diarrhée, un amaigrissement, une soif augmentée, des troubles sanguins, une anémie... Ces signes sont dans certains cas de véritables sonnettes d'alarme qui permettent d'attirer l'attention vers la présence de telle ou telle tumeur de la peau jusque là passée inaperçue (source : Les Cockers de l'Etang au Coeur Sauvage.)

Certaines races sont plus prédisposées que d’autres aux tumeurs malignes de la peau engendrées par le rayonnement solaire, les chiens nus, ainsi que tous les chiens sujets à une exposition prolongée au soleil tels que les chiens vivant à l’extérieur, les chiens en promenade, les chiens de travail, les chiens rasés en tout ou partie et les chiens de compagnie durant l’été.

Le problème est tel, qu’aux Etats-Unis, 94 % des vétérinaires spécialisées en dermatologie recommandent l’emploi d’écran solaire pour les chiens à forte prévalence et les plus exposés. Les besoins de diverses races de chiens en matière de protection solaire sont donc désormais reconnus par la majorité des vétérinaires aux Etats-Unis. Pour preuve, l’ American Animal Hospital Association et l’American College of Veterinary Dermatology communiquent beaucoup ces derniers temps sur le sujet. Et la presse spécialisée relaye de plus en plus l’information.
En France, seuls deux laboratoires spécialisés dans la dermo-cosmétique animale proposent un écran solaire spécialement conçu pour protéger le chien du rayonnement solaire.

Par Patrick Carassou.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté