Accueil du site
> Dossiers > La Santé du Chien
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mauvaise haleine du chien : en venir à bout
Mauvaise haleine du chien : en venir à bout
note des lecteurs
date et réactions
29 mai 2012
Auteur de l'article
Chiens-online, 14 articles (Site internet)

Chiens-online

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
14
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Mauvaise haleine du chien : en venir à bout

Mauvaise haleine du chien : en venir à bout
Quand le chien halète, son haleine est directement perceptible par les propriétaires. La moindre dégradation de son odeur devient vite désagréable, voire franchement incommodante, et gâche les moments de tendresse. Si le tartre est souvent à l’origine de mauvaises odeurs buccales, il n’est pas la seule cause. Alors quelles sont les solutions pour maintenir ou retrouver une haleine fraîche chez le chien ?
 
Comme nous, les chiens ont besoin d’une hygiène bucco-dentaire pour limiter la formation de tartre. Idéalement, cette hygiène passe par un brossage régulier des dents avec une pâte dentifrice conçue pour les chiens.
 

 

Brosser les dents

 
Pour que le brossage soit efficace, il faut le faire au moins 3 à 4 fois par semaine. L’initiation à la brosse à dents ou au doigtier se fait à n’importe quel âge, mais il est conseillé d’entraîner le chien dès son plus jeune âge pour qu’il se familiarise à ce geste. A la fin de la séance, une récompense est la bienvenue. Des dents propres et des gencives saines sont généralement associées à une bonne haleine.
 
Peut-on utiliser le même dentifrice que pour les humains ?
Non. Contrairement à nous, les chiens avalent habituellement le dentifrice et ne le recrachent pas. Or les dentifrices conçus pour les humains contiennent des détergents et autres agents chimiques susceptibles de causer des troubles digestifs s’ils sont ingérés. Il est donc largement préférable d’employer des dentifrices spécialement élaborés pour chien dont la composition est sans danger. Leur saveur, au goût poulet par exemple, est également étudiée pour faciliter le brossage.
 
 

Préférer les croquettes aux boîtes

 
Les croquettes, grâce à leur dureté, exercent un effet abrasif qui entretient les dents et limite les dépôts de tartre. Elles agissent en « raclant » la surface des dents, en quelque sorte. Certaines croquettes sont d’ailleurs spécifiquement élaborées pour l’hygiène bucco-dentaire. Il est en plus possible de mélanger aux croquettes des poudres (ou des solutions aqueuses à ajouter dans l’eau de boisson) qui s’opposent à la formation de tartre et favorisent une haleine fraîche.
 
L’effet abrasif d’une alimentation sèche n’est pas obtenu avec une alimentation humide, ménagère ou en boîte. Ce type de nourriture est donc à éviter, tout comme les restes de table et les petites « gourmandises ». Proscrire en particulier les morceaux de sucres qui non seulement déséquilibrent l’alimentation mais favorisent les problèmes dentaires.
 
 

Donner de quoi ronger

 
Certains chiens et même certains propriétaires peuvent se montrer récalcitrants au brossage des dents. Si elles ne remplacent pas le brossage, d’autres solutions moins contraignantes existent. Les friandises par exemple, sous forme de lamelles à mâcher, de biscuits ou d’os à base de cuir brut préservent la santé dentaire des chiens. En les mastiquant, cela procure un effet mécanique proche de celui de la brosse à dents.
 
Les vrais os sont à éviter, en particulier ceux qui sont fins et « piquants » comme les os de lapins, de poulets, ou de mouton. Des jouets avec des torsades de tissus qui agissent comme de la soie dentaire, et ceux en caoutchouc qu’on peut badigeonner de pâte dentifrice, ont aussi un intérêt pour les dents....
 
 

Examiner la bouche...

 
On estime que 4 chiens sur 5 de plus de trois ans ont des problèmes bucco-dentaires que les propriétaires, bien souvent, ne remarquent pas. Le seul signe d’alerte est la mauvaise haleine ou « halitose ». La première cause évoquée est le tartre qui est lui-même souvent associé à des affections dentaires. Lors de chaque repas, il se forme un dépôt d’aliment sur les dents dont se servent les bactéries pour se multiplier et former un film appelé « plaque dentaire ». Cette plaque sert de support à la croissance d’autres bactéries et provoque l’apparition de tartre. C’est le tartre, ainsi que l’inflammation des gencives qu’il induit, qui sont responsables de mauvaise haleine. Il faut être plus attentif avec les chiens de petites races (bichons, caniches, yorkshires...) qui sont prédisposés à la formation de tartre, même lorsqu’ils sont jeunes. Quand le tartre est installé, la seule solution pour remédier à l’halitose qu’il provoque est le détartrage aux ultrasons. Rien ne sert de le déloger en le « grattant », c’est la pire méthode pour endommager irrémédiablement l’émail des dents.
 
Mais le tartre n’est pas la seule cause de mauvaise haleine. Toutes les affections de la bouche autres que dentaires peuvent dégager des odeurs nauséabondes : brûlure, tumeur, piqûre d’insecte, affections de la langue, des amygdales ou du pharynx, ulcères, certaines maladies auto-immunes... Une infection autour de la bouche comme la pyodermite des plis des lèvres donne aussi une odeur très désagréable. C’est pourquoi, un examen attentif de la bouche du chien s’impose avant d’incriminer systématiquement le tartre.
 
 

…mais pas seulement

 
La mauvaise haleine peut résulter d’une multitude de facteurs qui n’ont rien à voir avec la zone bucco-dentaire. Par exemple, un chien qui mange des crottes, qui lèche sans cesse une région infectée de son corps (abcès des glandes anales) ou qui vient de dévorer des matières en putréfaction, peut avoir une haleine fétide. Il existe également des pathologies qui modifient l’haleine. Un chien diabétique a une haleine sucrée et fruitée caractéristique. Un chien souffrant d’insuffisance rénale avec un taux d’urée élevé dans le sang, dégage une forte émanation d’ammoniac. En outre, certaines maladies du système digestif (constipation sévère, ulcères, maladie inflammatoire des intestins, cancers...) peuvent provoquer des relents de reflux gastriques. Il arrive aussi que des affections respiratoires d’origine bactérienne (sinusite, rhinite, pneumonie) donnent une odeur nauséabonde à l’haleine.
 
Il ne faut donc pas se focaliser sur les problèmes bucco-dentaires en cas d’halitose. Celle-ci peut être le signe d’une maladie plus grave qu’il convient de diagnostiquer et de traiter. Ainsi, la mauvaise haleine est un signe qui doit vous inciter à consulter le vétérinaire.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé Des Animaux
Mots-clés :
Chien Haleine