Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les macaques savent exprimer des doutes
Les macaques savent exprimer des doutes
note des lecteurs
date et réactions
24 mars 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les macaques savent exprimer des doutes

Les macaques savent exprimer des doutes

Une étude américaine réalisée en février dernier, et présentée lors d’un colloque de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS), a permis de mettre en relief la faculté qu’ont les singes de douter et de montrer des signes d’incertitude lorsqu’ils sont amenés à prendre une décision.

Des scientifiques ont appris à des macaques à jouer à la « logique floue ». Il s’agit d’un jeu dans lequel les participants doivent deviner le degré de densité des pixels représentés sur un écran. Pour faire connaître leur choix, les singes pouvaient actionner un joystick en direction d’une lettre affichée. A chaque bonne réponse, les macaques recevaient une récompense. En cas de mauvaise réponse, en revanche, le jeu se mettait en mode pause. Une troisième option a cependant été rendue possible : actionner le joystick vers un point d’interrogation.

Cette solution se traduisait par un passage à l’étape suivante du jeu sans marquer de pause… et les macaques ont effectivement opté pour cette voie lorsqu’ils n’étaient pas sûrs de leur choix. En agissant ainsi, ils adoptaient un comportement propre aux humains se trouvant dans la même situation. Les scientifiques en sont par conséquent convaincus : Les macaques sont conscients du risque de prendre une mauvaise décision. Ces observations ne s’appliquent pas à toutes les espèces de singes : Le singe capucin, qui a lui aussi pris part à l’expérience, n’a jamais été tenté par le point d’interrogation lors de sa participation au jeu.

Les enseignements tirés de cette étude pourraient contribuer à la compréhension de l’évolution des primates. Les macaques sont à l’origine des grands singes et de l’homme, tandis que les singes capucins appartiennent à une autre lignée. Les deux principaux auteurs de l’étude, John David Smith, professeur à l’Université d’Etat de New York, et Michael Beran, professeur à l’Université d’Etat de Georgie, se penchent ainsi dorénavant sur « la probable apparition du facteur doute et de son importance dans l’évolution des primates ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté