Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les oiseaux, sérieusement menacés en France et dans le monde
Les oiseaux, sérieusement menacés en France et dans le monde
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 juin 2011 | 8 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Les oiseaux, sérieusement menacés en France et dans le monde

Les oiseaux, sérieusement menacés en France et dans le monde

On le remarque partout : D’année en année les oiseaux sont moins nombreux dans notre environnement, et leur gazouillis parviennent moins fréquemment à nos oreilles. A grande échelle, et selon les scientifiques, les oiseaux seraient intoxiqués par des nuages nocifs. Dans l’hexagone, où une espèce d’oiseau sur trois serait actuellement en péril, les experts évoquent plus spécifiquement une dégradation de leur environnement et des répercutions nocives de l’activité humaine.

La désertion des espèces d’oiseaux sur notre planète inquiète les spécialistes. Et la mort de centaines de milliers d’oiseaux, tombés du ciel aux Etats-Unis dans l’Etat de l’Arkansas en janvier dernier (voir ici), a renforcé les craintes de voir nos compagnons à plumes, du moins un grand nombre d’entre eux, se retrouver dans une situation de péril. La « pluie » de 5 000 oiseaux morts observée outre Atlantique en tout début d’année a marqué les esprits, d’autant plus qu’elle reste un mystère pour les spécialistes. Des chercheurs ont avancé l’hypothèse de la présence, durant ce fait et au même endroit, de nuages nocturnes lumineux détectés par des radars météorologiques.

Ces nuages mortels, en atteignant la basse atmosphère, auraient ainsi pu tuer un nombre important d’oiseaux en vol en émettant des radiations mortelles. Pour certains experts, la présence d’air extrêmement froid aurait pu congeler ou intoxiquer les volatiles en raison de la présence de cyanure d’hydrogène. En dehors de cet événement troublant, les menaces pesant sur les oiseaux sont multiples. En France, le 26 mai dernier, le Muséum national d’histoire naturelle s’est associé à l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) pour publier une liste rouge des oiseaux nicheurs de l’hexagone.

En clair, plus d’une espèce sur trois figure sur la liste des oiseaux menacés… et 4% des 277 espèces recensées sont considérées en « danger critique ». Pour la ligue de protection des oiseaux (LPO), « sur les 73 espèces en péril, 70% nichent dans l’Aude ». Le moineau friquet, le pingouin torda, le bouvreuil pivoine, le vautour moine et la pie-grièche à poitrine rose risquent l’extinction dans les prochaines années. Le bouleversement des milieux naturels, les aléas du climat, l’empoisonnement, l’extension de l’urbanisation et le repli d’espaces ruraux seraient en première ligne pour expliquer ces changements. A cela s’ajoute un recours accru à des engrais et des pesticides nuisibles aux volatiles. Et la menace plane également sur les migrateurs.

Au rang des autres oiseaux en difficulté difficultés figurent, entre autres, le vautour percnoptère, la talève sultane des étangs littoraux (qui s’apparente à un poule d'eau au plumage bleuté), les aigles royaux des corbières, le milan royal, le râle des genêts ou même le tarier des prés du plateau de Sault. Concernant les fauvettes à lunettes, la LPO témoigne de sa raréfaction : « Sur le plateau de Leucate, des 53 couples de Fauvettes à lunettes présents il y a vingt ans, il n'en reste qu'un ». On observe cependant un point positif : Plusieurs actions de conservation ont apporté des résultats, et notamment les programmes de protection des rapaces, hérons et autres oiseaux vivant en colonies. Pour ces derniers, quelques sites ont pu être reconquis.

Photographie : Pies grièches

La rédaction CareVox

POST-SCRIPTUM

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 10 juin 2011 a 11H49
parkway (Visiteur)

ma ballade de 4 jours dans le Morvan à l’ascension dément votre article.

je n’ai jamais autant entendu d’oiseaux et d’oiseaux différents que pendant nos marches en forêts pendant ces 4 jours...

un coin préservé ???

4 votes
par zelectron (IP:xxx.xx9.115.167) le 10 juin 2011 a 13H09
zelectron (Visiteur)

Cher parkway, Hélas l’auteur a raison, c’est une hécatombe ! (sans oublier le transport des graines et la fertilisation à travers l’humus produit en petites quantité certes mais quand même, améliorant ainsi grandement la diversité des végétaux y compris géographiquement)

5 votes
par cathy30 (IP:xxx.xx8.193.105) le 10 juin 2011 a 13H27
cathy30 (Visiteur)

l’auteur à tout fait raison, il y a quelques années de cela, nous avions énormément d’hirondelles dans le sud, et maintenant plus du tout.

1 vote
par LE CHAT (IP:xxx.xx5.80.189) le 10 juin 2011 a 23H11
LE CHAT (Visiteur)

Pas ici à FOS sur mer , elle sont nombreuses ainsi que les martinets !

4 votes
par joletaxi (IP:xxx.xx9.50.226) le 10 juin 2011 a 15H30
joletaxi (Visiteur)

Encore quelques milliers d’éoliennes, et quelques centaines de kms de lignes HT,complément indispensable, rien de meilleur pour la gent ailée . Aux USA, l’aigle emblème de la nation est en voie de disparition,coupé en rondelles par les moulins à vent, ne parlons même pas du carnage chez les chauve souris. Merci les écolos, toujours de bonnes idées

3 votes
par michel (IP:xxx.xx8.44.209) le 10 juin 2011 a 16H26
michel (Visiteur)

De retour de Slovénie,je peux dire que tous les pays ne sont pas identiques au regard de la pollution ou de la biodiversité.Ce pays est un enchantement au printemps ,les prairies naturelles, avant le fauchage pour constituer la nourriture du bétail en hiver, regorgent d’une flore et d’un peuplement d’insectes comme je n’en ai plus vus depuis plusieurs dizaines d’années en France. A cela s’ajoutent des forêts profuses et denses (presque 60% du territoire) où vivent de nombreux animaux sauvages et non pas nourris au maïs comme chez nous pour le bonheur des chasseurs. A l’occasion d’une randonnée au cours de laquelle je n’ai pas rencontré âme qui vive ,j’ai même été au contact d’un Tetrao urogallus major ou Grand Tetras. Ces forêts et prairies sont peuplées d’oiseaux comme nous n’en voyons plus ordinairement en France parce que nous nous sommes voués aux pesticides en négligeant les conséquences sur le biotope. C’est un choix...C’est le mauvais pour les amateurs de nature.

0 vote
par bibi32 (IP:xxx.xx5.143.210) le 11 juin 2011 a 08H19
bibi32 (Visiteur)

Et bien ici dans ma ferme du Gers, plusieurs couples nichaient il y a une dizaine d’années. Et depuis 5 ans, plus un seul. Mais un couple est revenu cette année ! Je pris pour qu’il élève deux ou trois nichées, sur tous les jeunes, peut être qu’un ou deux reviendront l’an prochain ! Leur gazouilli me manque !

0 vote
par bibi32 (IP:xxx.xx5.143.210) le 11 juin 2011 a 08H21
bibi32 (Visiteur)

Je parlais des hirondelles (de cheminées pour être précis)...