Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les dauphins peuvent nous aider à combattre le diabète
Les dauphins peuvent nous aider à combattre le diabète
note des lecteurs
date et réactions
23 février 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 601 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
601
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Les dauphins peuvent nous aider à combattre le diabète

Les dauphins peuvent nous aider à combattre le diabète

Les dauphins se nourrissent de poisson, et celui-ci ne fournirait pas assez d’éléments nécessaires au bon fonctionnement de leur cerveau. De nouvelles recherches menées par une équipe de scientifiques en Californie viennent de prouver que le Grand dauphin (l’espèce la plus connue) entre dans un état s’apparentant à un diabète inoffensif durant la nuit entre le repas de la veille et le premier repas du jour, entretenant ainsi un niveau suffisant de glucose dans le sang.

Les résultats de l’étude ont été présentés lors d’une conférence de presse le 18 février dernier à San Diego lors de l’assemblée annuelle de l’American Association for the Advancement of Science (AAAS). Dans les grandes lignes, le rapport laisse penser que les dauphins pourraient servir de modèles aux experts dans les études menées sur le diabète, le cancer utérin et la pollution des côtes. Comme l’indique Carolyn Sotka de l’Agence nationale américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA) « les dauphins, comme les humains, sont des mammifères et leur régime alimentaire est composé de la plupart des poissons et fruits de mer que nous consommons ».

Les glucides apportent habituellement aux animaux une solution répondant à la demande en glucose. L’alimentation des dauphins est cependant riche en protéines et ne contient qu’une faible quantité de glucides. Stéphanie Venn-Watson, vétérinaire épidémiologiste active auprès de la National Marine Mammal Foundation (NMMF) à San Diego, qui rappelle justement qu’ « un cerveau a besoin de sucre pour fonctionner et qu’un régime à base de poisson n’en contient pas » précise à cet effet qu’ « à la différence des Hommes qui consomment des aliments riches en protéines pour contrôler leur diabète, les dauphins paraissent avoir développé un état ressemblant au diabète pour les aider à maintenir un régime équilibré ».

Selon les recherches, le Grand dauphin a cette faculté de pouvoir entrer dans un état physiologique ressemblant au diabète, notamment entre le dernier repas de la veille et le premier du jour suivant, en raison, très probablement, de leur régime alimentaire. Chez les Hommes atteints de diabète, une résistance à l’insuline entraîne des niveaux élevés de glucose, et ces individus n’apportent aucune réaction aux signaux provoqués par leur propre insuline. Chez les dauphins, en revanche, une quantité de glucose - pourtant dangereusement élevée pour l’Homme – agirait comme un combustible permettant à leur cerveau de fonctionner durant la période la plus longue sans alimentation.

Des éléments de l’étude indiquent néanmoins que cette résistance à l’insuline développée chez les dauphins ne fonctionne pas toujours, et certains d’entre eux développent réellement une forme de diabète. Durant cinq mois d’affilée Stéphanie Venn-Watson et ses collègues ont mesuré quotidiennement les concentrations d’insuline auprès de six dauphins deux heures après que ces derniers aient mangé. L’un des dauphins, qui présentait des niveaux d’insuline particulièrement élevés comparés aux autres, avait un taux excessif de fer dans la sang (hémochromatose) assimilable à un diabète chez l’être humain. Les scientifiques en arrivent donc à lla conclusion que : Les dauphins pourraient développer des maladies chroniques similaires aux humains liées au diabète.

Selon la vétérinaire épidémiologiste « le fait que les humains et les dauphins ont tous deux de gros cerveaux requérant des teneurs élevées en glucose dans le sang expliquerait pourquoi les deux espèces ont développé des mécanismes physiologiques similaires pour métaboliser le sucre ». La spécialiste ajoute que le génome du dauphin a été séquencé de façon à permettre des comparaisons avec le génome humain. Il est vrai que les scientifiques J. Brand Miller et Stephen Colagiuri, de l’Université de Sydney en Australie, ont pour leur part avancé l’hypothèse selon laquelle les humains auraient développé une résistance à l’insuline durant la dernière période glaciaire pour maintenir une quantité nécessaire de glucose dans le sang. De façon similaire, les dauphins auraient acquis cette même résistance lorsque leur ancêtre, un mammifère terrestre du nom de Mesonyx et vivant près des côtes, est allé se réfugier dans l’océan il y a 55 millions d’années, passant ainsi d’une nourriture riche en glucide à un régime hautement protéiné. 

Source : Daily News, BBC, ABH News, National Geographic, eFitness Now, U.S. News


 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Diabète Animaux Dauphin