Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les coccinelles asiatiques, dangereuses pour la biodiversité ?
Les coccinelles asiatiques, dangereuses pour la biodiversité ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 juin 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les coccinelles asiatiques, dangereuses pour la biodiversité ?

Les coccinelles asiatiques, dangereuses pour la biodiversité ?

Les coccinelles, tout le monde s’en accommode. Cette gloutonne fait sourire les enfants et dévore les pucerons des jardins bio. Au point qu’en 1982, l’Institut Scientifique de Recherche Agronomique (INRA) a décidé d’introduire en Europe une coccinelle asiatique, Harmonia axyridis. Elle a trouvé un terrain d’accueil favorable chez les horticulteurs et les jardiniers... au point de trop se plaire dans les jardins et de constituer une menace pour la biodiversité. Pour les espèces indigènes en particulier. Ces coccinelles constituent-elles un danger ? Les experts s’interrogent.

Dans les jardins, les hommes sont des géants. Sans se pencher, bien malins sont ceux qui font la différence entre la coccinelle européenne (adalia bipunctata), avec ses points bien dessinés, et la coccinelle asiatique (harmonia axyridis), aux taches disparates et à ses couleurs remarquablement changeantes (orange, noir, rouge, etc.). Dans ces coins de verdure à priori calmes, la première cède pourtant graduellement sa place à la seconde. Importée en Europe et aux Etats-Unis comme agent de lutte biologique, la coccinelle asiatique, d’une extrème vitalité, se révèle être très polyphage et très vorace, au point même d’inquiéter les chercheurs de l’INRA qui ont suivi l’évolution de l’espèce sur le vieux continent : Dans certaines zones envahies, elle est devenue la coccinelle la plus abondante, menaçant l’équilibre des écosystèmes, au moins transitoirement.

La coccinelle venue d’Asie est très résistante au froid et on ne lui connaît pas, pour le moment, de prédateur ou de parasite pouvant l’inquiéter. Son implantation en différents endroits de l’Europe (dans le nord-est de la France et dans le bassin parisien entre autres) est donc probablement inéluctable. En occupant l’espace, elle représente une réelle menace pour les autres coccinelles. Elle ne se prive pas de dévorer leurs larves et peut également s’attaquer à d’autres insectes que les pucerons telles que les psylles ou les cochenilles. Il aurait pourtant été possible d’utiliser la coccinelle indigène, Adalia bipunctata (appelée aussi coccinelle à deux point), dans la lutte biologique. Mais son coût plus élevé l’a rendu moins attrayant que la coccinelle asiatique.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par TZ (IP:xxx.xx2.200.23) le 15 décembre 2011 a 19H54
TZ (Visiteur)

Cet article n’est pas à jour, à mon avis. Depuis 2 ans, les coccinnelles asiatiques déclinent tellement qu’on ne les voit quasiment plus.

Mais la guerre n’est pas forcément tout à fait gagnée...

0 vote
par poupoune (IP:xxx.xx0.193.121) le 15 octobre 2015 a 12H37
poupoune (Visiteur)

J’en ai vu par dizaines se réfugier dans mes volets en bois. Ma question est : faut-il les détruire ou les laisser se propager ? Cordialement poupoune