Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le virus de Schmallenberg progresse de façon inquiétante
Le virus de Schmallenberg progresse de façon inquiétante
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er février 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le virus de Schmallenberg progresse de façon inquiétante

Le virus de Schmallenberg progresse de façon inquiétante

Le virus de Schmallenberg, qui affecte moutons chèvre et bovins, se propage rapidement des deux côtés du Rhin. En Allemagne, où elle avait été détectée en novembre 2011, la maladie sévit désormais dans 186 élevages. En France, où le premier cas fut signalé le 27 janvier dernier, le virus touche désormais 14 départements, essentiellement dans le nord de l’hexagone. Mal connu par les éleveurs et ne pouvant être enrayé par aucun vaccin, le fléau semble se propager par les insectes, provoquant la fièvre chez les animaux contaminés et des malformations à la naissance. La Commission européenne estime néanmoins qu’il n’est pas question pour l’heure d’urgence sanitaire.

Au total, cinq pays sont concernés par le virus de Schmallenberg. Il y a le Royaume-Uni et la Belgique, mais surtout les Pays-Bas où la maladie s’était répandue comme une traînée de poudre durant le mois de janvier, nécessitant des mesures prises au niveau ministériel. Et enfin la France et l’Allemagne, qui semblent connaître à leur tour une forte propagation de cette épizootie : Chez nos voisins d’outre-Rhin, selon l’institut Friedrich-Loeffler, huit länder sont désormais atteints : Rhénanie du Nord-Westphalie, Basse-Saxe, Hesse, Schleswig-Holstein, Rhénanie-Palatinat, Bade-Wurtemberg, Brandebourg et Thuringe. 186 élevages (dont 172 consacrés aux ovins) y seraient désormais atteints.

En France, le site agro-média.fr évoque pour sa part « une progression stupéfiante », en observant la présence du virus dans 13 départements, rejoints tout récemment par la Somme. L’Agence européenne de sécurité des aliments assure que la maladie n’est pas transmissible à l’homme, ni même d’un animal à l’autre.

Mais si celle-ci, transmise par un moucheron, s’avère relativement bénigne pour les animaux adultes (provoquant de la fièvre et entraînant une diminution de la production de lait), elle provoque en revanche des malformations, suivies souvent d’une mort rapide, chez les nouveaux-nés. Les animaux malades des élevages ont été pris en charge par des vétérinaires et les services départementaux. Si la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) a redoublé de vigilance dans son observation du virus via la plate-forme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale, Frédéric Vincent, porte-parole en charge des questions de santé à la Commission européenne, a toutefois précisé qu’« il n’y a pas d’urgence sanitaire sur le continent ».
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé Des Animaux
Commentaires
1 vote
par lejules (IP:xxx.xx6.181.209) le 2 février 2012 a 18H44
lejules (Visiteur)

oh ! lala ! apres les dérégulations des sociétés humaines, de la vache folle, ne va-t-on pas vers une pervertion du monde animal ?

2 votes
par stereo (IP:xxx.xx4.145.213) le 2 février 2012 a 20H56
stereo (Visiteur)

Il y a tout de même un truc qui m’échappe : propagation soit disant par des insectes, voire moucherons, ils sont vraiment actifs en plein hiver, j’ai beau regarder autour de moi, je n’en vois aucun... si nous étions en été , d’accord, mais à cette saison, qui plus est dans le nord ou dans l’est, là ou les températures ne sont guère favorables à ce genre de bestioles...

Qu’est-ce que celà cache encore ?

0 vote
(IP:xxx.xx1.140.5) le 16 février 2012 a 11H21
 (Visiteur)

a stereo la contamination a eut lieu pendant l’été/automne pendant la gestation mais comme les signes cliniques sont peu visibles sur les adultes et le virus non connu il y a quelques mois il a fallut attendre la mise bas pour voir les conséquences sur la progéniture