Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le panda géant, menacé par le réchauffement climatique
Le panda géant, menacé par le réchauffement climatique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 novembre 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le panda géant, menacé par le réchauffement climatique

Le panda géant, menacé par le réchauffement climatique

Le panda géant pourrait ne pas survivre au 21ème siècle. C’est ce que redoute une étude sino-américaine, publiée en début de semaine dans la revue Nature Climate Change, qui pointe un phénomène menaçant pour cet animal tant adulé en Chine. En effet, le réchauffement climatique serait susceptible de faire diminuer la superficie des forêts de bambou du nord-ouest de la Chine. Or il s’agit là de la nourriture de base des pandas géants.

La menace est désormais établie : Les pandas géants, comme beaucoup d’autres espèces, risquent à leur tour de pâtir du réchauffement climatique. Et ce en raison de la disparition des bambous, qui constituent la nourriture de base des ursidés. Telle est la conclusion des chercheurs de l’Université du Michigan et de l’Académie des Sciences de Chine, qui redoutent une disparition de ces arbres et de l’habit naturel des pandas à cause du réchauffement climatique. Les scientifiques sont formels : « Même les scénarios les plus optimistes montrent que la disparition des bambous devrait rendre l’habitat naturel des pandas inhospitalier avant le siècle prochain ».

Ce bambou, plat exclusif du panda qui peut en ingurgiter jusqu’à 38 kilos par jour, est emblématique des montagnes de Qinling, au nord-ouest de la Chine. Il s’agit d’un végétal fragile, qui a des capacités d’adaptation à l’environnement très limitées. Mao Ning-Tuanmu, chercheur rattaché à l’Université de Yale et auteur principal de l’étude ne se montre pas fataliste pour autant : « Nous allons nous efforcer de déterminer les lieux qui pourraient devenir leur futur habitat. Pour cela, nous allons nous pencher dès à présent sur le maintien de la connectivité de ses zones d’habitat avec celle d’autres espèces ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté