Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le mammouth de retour sur Terre dans moins de 5 ans ?
Le mammouth de retour sur Terre dans moins de 5 ans?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 décembre 2011 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le mammouth de retour sur Terre dans moins de 5 ans ?

Le mammouth de retour sur Terre dans moins de 5 ans?

Les prouesses en matière de génétique franchissent sans arrêt de nouveaux caps. A tel point qu’aujourd’hui des scientifiques russes et japonais seraient en mesure, d’ici cinq ans, de redonner vie au mammouth laineux. Comment ? En clonant des cellules du pachyderme trouvées congelées en Sibérie. Des études sur ce projet ont été effectuées au fil des dernières années. La résolution est désormais prise, comme le révèle le Japan Times

Il faut écarter d’emblée les rêves les plus fous : Le Jurassic Park de Steven Spielberg ne prendra jamais forme. L’âge d’or des grands dinosaures tels que les Sauropodes, Camarasaure, Diplodocus et autre Brachiosaure est trop lointain pour laisser une quelconque trace d’ADN exploitable. Mais pour ce qui est des animaux disparus à une époque plus récente, le pari n’est pas totalement impossible. Et ce challenge, extrêmement ambitieux, est en passe d’être relevé. Grâce à des scientifiques japonais, pour qui la technique du clonage n’a plus de secret, le mammouth pourra peut-être de nouveau côtoyer les hommes.

En effet, et selon le Japan Times, des chercheurs travaillant pour le musée de la République de Sakha, en Russie, et rattachés à l’Université de Kinki, au Japon, comptent utiliser de la moelle osseuse d’un fémur fossilisé du pachyderme découverte en août dernier en Sibérie, précisément dans la région où le dernier des mammouth s’est éteint, vers 1700 avant Jésus Christ. Et c’est à partir de cette moelle osseuse que les chercheurs envisagent d’extraire un noyau cellulaire renfermant de l’ADN intact. Selon le projet, les cellules utilisées seront alors intégrées dans un ovocyte (cellule-œuf) du cousin de cet animal disparu, l’éléphant. L’objectif étant de créer des embryons avec l’ADN du mammouth. L’embryon finalement constitué sera alors implanté dans le ventre d’une éléphante, qui donnerait alors naissance au bébé laineux. Les chercheurs japonais restent néanmoins prudents : Encore faut-il que l’ADN recueilli sur le fossile soit dans un état suffisamment exploitable pour permettre la suite des opérations.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par blablablietblablabla (IP:xxx.xx6.104.235) le 7 décembre 2011 a 16H05
blablablietblablabla (Visiteur)

Tant que c’est un mammouth ça irai,par contre si c’est velociraptore là ça risque de craindre ,alors déja il commencerait par ceux qui l’ont crée .

Ils ont vraiment rien d’autre à foutre !!

1 vote
par Luc-Laurent Salvador (IP:xxx.xx8.9.152) le 7 décembre 2011 a 18H41
Luc-Laurent Salvador (Visiteur)

La vie n’est pas l’ADN seul. La vie, c’est d’abord une organisation, cellulaire, tissulaire, organique. L’ADN y a son rôle, mais sans l’organisation cellulaire dans laquelle il vient prendre place, il n’est rien ou si peu. Comme un bouquin sans lecteur : du papier pour se torcher.

Un ADN intact de ce que vous voulez ne vous donnera JAMAIS ce que vous voulez. Car il faut l’organisation cellulaire qui lui correspond.

Si vous ne l’avez pas, si vous avez seulement quelque chose de proche, vous produirez un hybride, c’est-à-dire, un monstre.

Donc basta, merci du plat, l’ADN n’est pas la vie, qu’on se le dise !

2 votes
par Rey (IP:xxx.xx5.43.43) le 13 décembre 2011 a 09H25
Rey (Visiteur)

Oulaaaa. faut retourner en cours de génétique. L’ADN DEFINIE l’organisation cellulaire. Mais évidemment, que la première cellule est manquante. Mais là, il faudrait aussi relire l’article : il reconstitue une cellule embryonnaire, justement.

1 vote
par Rey (IP:xxx.xx5.43.43) le 13 décembre 2011 a 09H35
Rey (Visiteur)

En attendant, il y a nombre d’espèces que cette saleté d’humain a fait disparaitre, ou est en train de faire disparaitre, et qu’il est plus de notre responsabilité de faire revivre, plutôt que le mammouth ou le guépard (qui existe encore uniquement par accident, alors qu’il aurait dû disparaitre à la dernière glaciation - et on le sait). D’autant que, selon certains, le mammouth n’aurait peut-être même pas besoin de ça pour exister encore...