Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le jeu est bon pour le poulain mais traduit le mal-être du cheval adulte
Le jeu est bon pour le poulain mais traduit le mal-être du cheval adulte
note des lecteurs
date et réactions
22 avril 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le jeu est bon pour le poulain mais traduit le mal-être du cheval adulte

Le jeu est bon pour le poulain mais traduit le mal-être du cheval adulte

Le jeu tient une place centrale dans la vie du jeune équidé, et se révèle être déterminant dans le bon développement de son comportement. Selon des études réalisées chez plusieurs espèces de ce mammifère pendant le jeune âge, et dévoilées sur le site de La Clinique du Cheval, l’absence ou le faible nombre de temps consacré aux jeux pourrait, à l’inverse, être un indicateur de mal-être.

L’absence de jeu chez le poulain a pour conséquence une très forte attention consacrée à la mère, et donc une plus faible réceptivité vis à vis des sollicitations de son environnement et de ses semblables. C’est dans le cas d’interférences autour de la naissance où pendant le plus jeune âge que le poulain est susceptible d’adopter ce comportement, le détournant des jeux pour le lier excessivement à la mère. Des chercheurs se sont également penchés sur la fréquence du jeu chez les chevaux adultes. Et celle-ci apparaît plus importante chez les animaux captifs que chez les individus sauvages vivant en liberté. En milieu naturel, les jeux s’enchaînent encore lorsque les chevaux sont au stade de « jeune adulte », mais bien plus rarement en d’autres occasions.

Un travail d’observation a été effectué sur les poneys et les chevaux afin de cerner la signification du jeu chez ces populations. Et la propension au jeu, dans ce cas, ne se révèle pas être un indice de santé positif, mais plutôt un indicateur de mal-être. Les scientifiques suggèrent que le cheval adulte joue par ennui (peu de fourrage, paddock vide, absence de congénère), voire par stress social ou suite à un état physiologique dégradé. En fin de compte, si le jeu est bénéfique chez le jeune animal, il est synonyme de moins bonne santé chez le cheval adulte.
 

Source photographie : La Clinique du Cheval

SOURCES

  • http://www.lacliniqueducheval.fr/442-12_La_Sante_du_cheval_La_documentation_article_Le_jeu_un_indicateur_de_bien_etre_ou_de_mal_etre_?_
    M. Hausberger, C. Fureix, M. Bourjade et al, Le jeu : indicateur de bien-être ou de mal-être ? 36° journée de la recherche équine, 4 mars 2010, Paris.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté