Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le destin de deux pandas chinois en France
Le destin de deux pandas chinois en France
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 janvier 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le destin de deux pandas chinois en France

Le destin de deux pandas chinois en France

Deux pandas géants, un mâle et une femelle, ont été accueillis en grande pompe, le 15 janvier dernier, sur le tarmac de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. En provenance de Chengdu, dans le sud-ouest de la Chine, les deux animaux, baptisés Huan Huan et Yuan Zi, ont ensuite été accueillis au zoo de Beauval, situé à Saint-Aignan dans le Loir-et-Cher. Symbolisant une entente diplomatique entre la France et la Chine, ce « cadeau » est avant tout constitué de deux êtres vivants menacés. Placés sur la liste rouge de l’UICN, les pandas sont aujourd’hui en danger.

Il faut remonter à 1973 pour assister à pareil événement : La Chine maoïste avait alors prêté deux pandas à la France pompidolienne pour conforter une amitié bilatérale. Mais le dernier d'entre eux s’est éteint en 2000 au zoo de Vincennes, sans reproduction à la clé. Cette fois, le zoo de Beauval assure se plier en quatre pour que les animaux ne manquent de rien : Les deux plantigrades y séjourneront pendant 10 ans dans le cadre d’un programme concernant les espèces menacées, signé par les responsables du zoo et l’Association chinoise des parcs zoologiques. Car l’accent est tout spécialement mis sur la conservation et la reproduction. En guise de nouveau territoire, Les pandas géants, pesant 80 kilos chacun, disposent d’un espace de deux hectares au milieu desquels gît une pagode avec deux maisons climatisées de 400 mètres carrés.

Au milieu d’une végétation foisonnante de bambous, ils pourront également gambader dans deux parcs extérieurs de 1000 mètres carrés chacun. Ils ont pour voisins des panthères des neiges, des aigles et des pandas roux. Il faut savoir que les pandas, qui étaient carnivores à l’origine, ont un régime désormais principalement végétarien. Et le panda géant passe près de 14 heures par jour à mastiquer du bambou. Il avale les pousses de bambou entières mais ne garde que le cœur, la partie intérieure et rejette l'écorce. En tout, cela représente 30 à 50 kilos de nourriture par jour pour chacun des invités chinois à Beauval.

Les pandas géants pourront déguster des pommes bio, mais il a été fait appel en premier lieu au bambou du Lot-et-Garonne. Et c’est la pépinière Rezo plant de Montauriol, spécialisée dans la production de bambou (et qui fournit déjà le zoo de Madrid) qui a en charge de nourrir Huan Huan et Yuan Zi. A l’heure où seuls 1600 pandas vivent en pleine nature, traqués pour leur pelage et victimes de pièges, les experts misent beaucoup sur la reproduction de ce jeune couple. Les deux plantigrades sont encore adolescents, et il faudra attendre trois ans pour qu’ils puissent s’accoupler et donner lieu à de belles naissances… à condition toutefois que les critères de fécondité soient présents.

Les pandas éprouvent en effet des difficultés à se reproduire en captivité. Le mâle, avec sa nourriture à portée de main, relâche ses efforts, même pour se reproduire. A cela s’ajoutent des problèmes psychologiques, et il n’est pas rare que les centres de conservation aient recours à l’insémination artificielle. Dans le foyer d’origine de Huan Huan et Yuan Zi, à Chengdu, des naissances plus nombreuses ont malgré tout pu être obtenues, et les spécialistes envisagent désormais des réintroductions en milieu naturel.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté