Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le dernier membre d’une espèce de tortues géantes a disparu
Le dernier membre d'une espèce de tortues géantes a disparu
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
25 juin 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le dernier membre d’une espèce de tortues géantes a disparu

Le dernier membre d'une espèce de tortues géantes a disparu

Il s’est éteint le 24 juin dernier. Âgé d’une centaine d’années, "Georges le solitaire" était le dernier représentant de l’espèce de tortues géantes Chelonoidis abingdonii. Il vivait dans une des îles de l’archipel du parc national des Galapagos. La tortue géante n’a pas eu de descendance malgré plusieurs tentatives pour la faire se reproduire avec deux tortues proches de son espèce. Les biologistes évoquent un échec de la conservation.

Le service du parc national des Galapagos, au large de l’Equateur, a déploré la mort de "Lonesome George", ou "Georges le solitaire" dans la nuit du 23 au 24 juin dernier, et qui s’est donc éteint à un peu plus de 100 ans. Cette tortue géante, qui aura été fidèle à son nom jusqu’au bout, était l’unique survivant de l’espèce Chelonoidis abingdonii, qui pouvait vivre jusqu’à 200 ans et peser plus de 400 kg. Les causes du décès sont inconnues, mais les autorités du parc ont précisé qu’une autopsie sera pratiquée très prochainement.
 
Cette tortue avait été découverte en 1972 sur l’île de Pinta, à la grande surprise des scientifiques qui pensaient l’espèce disparue depuis longtemps. Dès lors, les naturalistes ont bien tenté d’assurer sa reproduction (avec l’introduction dans son enclos, en 1993, de deux tortues femelles génétiquement proches et originaires d’une île voisine), mais les tentatives s’étaient soldées par un échec : Seuls deux œufs ont finalement été pondus, mais aucun n’a éclos.
 
Les Galapagos, emblématiques des travaux de Charles Darwin sur l’évolution des espèces et abritant une faune et une flore très variées, ont été retirées en 2010 de la "liste du patrimoine en péril de l’Unesco" dans lequel elles étaient inscrites depuis 2007. Les tortues de l’archipel ont longtemps été chassées pour leur chair, et leur habitat a été empiété par des troupeaux de chèvres importées du continent sud-américain. Ironie de la situation ou lueur d’espoir, le décès de Georges survient alors que des chercheurs de l’Université américaine de Yale ont annoncé en janvier dernier la redécouverte d’une espèce de tortues des Galapagos, la Chelonoidis elephantopus, qu’on croyait éteinte depuis 150 ans.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.164) le 26 juin 2012 a 20H50
Franck de Lyon (Visiteur)

La planète est en deuil d’une espèce bien plus ancienne que la nôtre, vouée elle aussi, à une disparition prochaine tant elle s’avère incapable de préserver son milieu de vie... Et... tout le monde ou presque s’en fout...