Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La ménopause chez la chienne existe-t-elle ?
La ménopause chez la chienne existe-t-elle ?
note des lecteurs
date et réactions
28 avril 2014
Auteur de l'article
Patrick Norman , 22 articles (Vétérinaire)

Patrick Norman

Vétérinaire
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
22
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La ménopause chez la chienne existe-t-elle ?

La ménopause chez la chienne existe-t-elle ?

La ménopause chez la chienne ?

Curieuse question qui m’a été posée par une propriétaire auquel j’avais demandé si elle avait noté la date des dernières chaleurs de sa chienne.

Alors la réponse à cette question est : « non la ménopause n’existe pas chez la chienne, elle a des cycles œstraux (chaleurs) durant toute sa vie.

Je rappelle que la ménopause est une cessation de cycle œstrale avec un arrêt des fonctions ovariennes (hormones).

Chez certaines chiennes, on peut tout au plus parler d’une « pré ménopause ». En effet il n’est pas rare de constater, qu’avec l’âge, certaines chiennes ont une irrégularité dans les chaleurs tant au niveau de la fréquence que de la durée. Cette régularité dépend aussi de la race.

Comme la chienne n’a pas de ménopause, cela induit une persistance des fonctions reproductrices durant toute sa vie avec des conséquences médicales qui ne sont pas négligeables.

Quels sont ces risques liés au fait que la chienne reste entière (non stérilisée) ?

Les risques sont les suivants :
 

  • Gestation à risques pour une chienne relativement âgée :

Les risques de pathologies et de complications sont plus élevés en raison des conditions liées à l’âge bien sûr mais également à la présence de maladies subcliniques
(symptômes peu apparents) pouvant s’aggraver avec cet état physiologique.En règle générale, l’âge de six à huit ans est le maximum conseillé pour avoir une gestation chez la chienne (en fonction de la race).

  • La pseudo-gestation ou grossesse nerveuse

Cette grossesse nerveuse peut survenir à n’importe quel âge et est liée à la fonction endocrinienne de l’ovaire (succession d’hormones) .

L’ovaire, après ovulation, secrète une hormone qui s’appelle la progestérone nécessaire pour maintenir une bonne gestation. Dans le cas d’une grossesse nerveuse chez la chienne, ce taux de progestérone ne diminue pas et reste à un taux assez important. La présence de cette progestérone dans l’organisme et le cerveau de l’animal engendre des symptômes comme si elle était en gestation.

On constate des symptômes typiques de grossesse nerveuse ou pseudo gestation :
- Comportements caractéristiques : recherche d’endroits pour faire « son nid », comportement maternel (prend des jouets pour ses petits, peut devenir très câline en recherche de marques d’affection permanentes,…), ou le contraire (agressivité, anxiété, chienne complètement perturbée,…..)
- Congestion mammaire et/ou secrétions lactées : symptômes plus graves avec risque d’inflammation des mamelles (mammite) et peut être aussi le point de départ d’un processus tumoral.

Ces symptômes de grossesse nerveuse peuvent disparaître spontanément au bout de deux à trois semaines, mais il y a également des situations où un traitement symptomatique et comportemental doit être mis en place notamment pour traiter les problèmes d’inflammation/infection au niveau des glandes mammaires et certains problèmes comportementaux exacerbés, notamment l’anxiété.

Comme seul traitement préventif, il n’y a que la stérilisation qui est recommandée et qui doit être pratiqué précocement

  • Risque de métrite ou pyomètre


Une métrite est une infection du système génital de la chienne (au niveau de l’utérus) et le pyomètre est une accumulation de pus dans les cavités utérines.

Ces pathologies sont liées à des problèmes hormonaux, notamment là aussi la progestérone. En augmentant, cette hormone provoque une modification de la muqueuse de l’utérus qui est bien plus épaisse se préparant pour une future grossesse.

Cependant, cette modification est également une porte d’entrée pour les bactéries provoquant localement cette infection avec parfois une collection de pus.

Il existe des pyomètres à col ouvert ou à col fermé. Dans le cas de pyomètre à col ouvert, bien souvent on peut apercevoir des écoulements de pus au niveau de la vulve.

En cas de pyomètre à col fermé, il n’y a pas ce signe visible (écoulement) et peut expliquer l’intervention tardive sur certains cas.

Petit conseil : si après les chaleurs de votre chienne, vous constatez un abattement, un appétit diminué voire nul, une prise de boissons de plus en plus importante, vous avez tous les signes pour aller consulter votre vétérinaire afin qu’il confirme ou écarte cette suspicion d’infections de l’utérus.

Comme seul traitement efficace, c’est la chirurgie car les traitements médicaux à base d’injections et d’antibiotiques sont bien souvent peu efficaces et les récidives sont fréquentes.

Là aussi en traitement préventif, c’est la stérilisation le plus tôt possible surtout si la chienne n’est pas destinée à la reproduction.

  • Tumeurs mammaires

Les tumeurs mammaires chez la chienne sont fréquemment rencontrées sur des chiennes non stérilisées dès l’âge de7 ans. Cette pathologie est également grave, pouvant entraîner des cancers généralisés.

La stérilisation préventive dès le jeune âge est un moyen pour éviter ce type de pathologie.

Conclusion :

Comme vous pouvez le constater, le fait de maintenir une chienne entière (non stérilisée) l’expose à des pathologies non négligeables et le seul moyen préventif d’empêcher ces types de pathologie est de stériliser la chienne avant la première chaleur, voir même précocement (technique de plus en plus utilisée) .

Au plutôt la chienne est stérilisée, meilleures seront les chances d’éviter ces pathologies.

Je conseille de pratiquer l’ovario- hystérectomie plutôt qu’uniquement l’ovariectomie.
Un petit rappel sur la terminologie des interventions chirurgicales de stérilisation :

- L’ovariectomie : ablation des ovaires

- Ovario-hystérectomie : l’ablation des ovaires et de l’utérus

 

Cycle oestral chez la chienne

Chez la chienne, les chaleurs durent en moyenne trois semaines (12 à 21 jours) mais peut parfois dépasser ces délais.

Une gestation chez la chienne dure en moyenne 60 à 64 jours. Les chiennes de petites races peuvent commencer à avoir des chaleurs dès l’âge de quatre à six mois tandis que les grandes races auront des chaleurs beaucoup plus tardivement, à savoir l’âge d’un an voir plus pour certaines races (jusqu’à 18-24 mois d’âge).

Chez la chienne, les cycles œstraux sont divisés en quatre étapes :

  • Pro-oestrus : c’est durant cette période que l’on constate des pertes vaginales sanguinolentes et l’attraction des mâles vis-à-vis des femelles (cependant les femelles refusent l’accouplement durant cette période).Cette étape dure entre 4 à 20 jours.
  • L’oestrus (chaleur) : c’est durant cette période que l’accouplement est possible, on constate un gonflement vulvaires et des légères pertes vaginales. Durée : de 4 à 10 jours.
  • Metoestrus (dioestrus) : période qui correspond après l’accouplement ou les chaleurs et dure 2 à 3 mois. C’est durant cette période, s’il y a eu fécondation, que la gestation se met en place grâce à l’hormone progestérone.
  • Anoestrus  : période d’inactivité sexuelle et hormonale, elle peut durer de deux à trois mois chez la chienne.


En règle général, les chiennes ont deux chaleurs par an mais il peut arriver que certaines chaleurs soient peu visibles (chaleur silencieuse).

La durée de l’oestrus (chaleur) varie en fonction des races, c’est la raison pour laquelle il est conseillé de faire au moins un frottis vaginal pour déterminer si la chienne est bien en période d’oestrus.

Il est déconseillé de faire une gestation à la première chaleur, la chienne n’est pas complètement à maturité et des complications tant pour la chienne que pour le(s) chiot(s) ne sont pas impossibles.

Il est possible de stériliser une chienne en période de chaleur, cependant beaucoup de vétérinaires le déconseillent, car il y a des risques chirurgicaux plus importants du fait que les tissus tels que les ovaires et l’utérus soient plus vascularisés-à risques d’hémorragie durant l’intervention. D’ailleurs, beaucoup de praticiens pratiquent un tarif différent en fonction que la chienne soit en période de repos sexuel ou en période de chaleur. Parlez-en avec votre vétérinaire.

Est-il possible qu’une chienne stérilisée fasse encore des chaleurs ?

Oui, il est possible qu’une chienne stérilisée puisse encore avoir des signes de chaleur et cela pour plusieurs raisons :
 

  • « Erreur » au cours de la technique chirurgicale

Il faut savoir que le système génital chez la chienne, comme chez la chatte d’ailleurs, est en forme de Y. Les ovaires sont situés dans une bourse graisseuse et dans le prolongement on a les deux cornes utérines qui se réunissent au-dessus du col de l’utérus. Les ovaires sont fixés à la corne utérine par des ligaments et des vaisseaux sanguins.

Durant l’intervention, le vétérinaire chirurgien doit bien séparer, s’assurer de bien isoler l’ovaire et d’avoir l’entièreté des tissus avant de sectionner et de ligaturer. Cette bourse graisseuse est encore plus importante chez les animaux en surpoids et rend difficile l’accès à ces ovaires.

De ce fait, il peut arriver que la section de l’ovaire ne soit pas complète et des fragments d’ovaires peuvent persister dans le corps tissus ovariens avec encore une activité hormonale et donc responsables de ces signes de chaleur que l’on peut voir sur des chiennes ou chattes stérilisées.
 

  • Ovaires ectopiques

Un ovaire ectopique est un fragment d’ovaires qui se situent à une place dans le corps qui n’est pas le sienne (malformation). Lorsque du tissu ovarien persiste dans le corps, une sécrétion d’hormones existe et envoie des signaux chimiques au cerveau qui va lui-même produire des hormones responsables des signes de chaleur.

Mais comment des saignements peuvent-ils être observés si on a enlevé l’utérus ?

Les tissus de la muqueuse vaginale peuvent se gonfler et saigner en réponse aux hormones secrétées d’où la présence de ces saignements. Bien sûr, s’il y a accouplement il n’y aura pas de gestation car l’utérus a été enlevé. Voilà encore une raison pour laquelle je conseille de faire systématiquement une ovario-hystérectomie.

Note : Une infection vaginale (vaginite) ou de la vessie (cystite) peuvent également être responsables de signes qui s’apparentent à des signes de chaleur.

C’est la raison pour laquelle lorsque vous constatez ces symptômes « insolites » de chaleur, consultez votre vétérinaire pour écarter ou confirmer toutes ces hypothèses.

Voilà, j’espère que cet article vous a intéressé, j’ai profité du sujet « de la ménopause chez la chienne » pour faire de l’informations sur les risques médicales d’une chienne entière. Vous avez compris que je conseille vivement de faire stériliser une chienne le plus rapidement possible pour éviter ces pathologies, bien sûr si cette chienne n’est pas destiné à la reproduction.

Dr Vétérinaire Patrick N.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions