Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La grippe aviaire tue désormais les bébés phoques
La grippe aviaire tue désormais les bébés phoques
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
31 juillet 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La grippe aviaire tue désormais les bébés phoques

La grippe aviaire tue désormais les bébés phoques

Les bébés phoques du nord-est des Etats-Unis sont frappés par une nouvelle souche du virus de la grippe aviaire, qui a reçu le nom de H3N8. Cette nouvelle maladie, qui infecte les mammifères aquatiques en occasionnant des pneumonies mortelles, inquiète les scientifiques qui redoutent une mutation du virus qui, cette fois, mettrait l’homme en danger.

Des scientifiques du Centre des maladies infectieuses et immunitaires de la Columbia University, à New York aux Etats-Unis, ont publié le 31 juillet dans la revue Mbio (le journal de la Société américaine de microbiologie) les conclusions d’une enquête d’abord alarmantes pour les mammifères marins, mais qui pourraient également constituer une menace pour l’homme. En effet, une nouvelle souche du virus de la grippe aviaire portant le nom de H3N8 a causé la mort de dizaines de bébés phoques sur les Côtes nord-est des USA. 162 individus, dont la majorité avaient moins de six mois, en seraient mort au 31 décembre 2011.

Selon les scientifiques qui ont séquencé le génome de cette souche, le virus de la grippe aviaire, qui frappait des oiseaux sauvages d’Amérique du nord depuis une dizaine d’années, a ainsi muté pour s’abattre sur les mammifères en s’infiltrant dans leurs voies respiratoires. Pour les chercheurs, cette constatation est de nature à renforcer la vigilance, puisque une telle mutation pourrait en précéder une autre qui serait dangereuse pour l’homme. Ian Lipkin, professeur d’épidémiologie à la Columbia University, en tire ainsi l’enseignement suivant : « La surveillance des infections sur l’animal est primordiale pour l’homme  ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx3.125.183) le 31 juillet 2012 a 18H27
 (Visiteur)

ben voyons, on instille la peur et après on fabrique un vaccin et des médicaments qui vont rapporter des milliards ! on nous l’a déjà fait le coup de la grippe aviaire ! dangereux ce genre de publications .............

1 vote
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.1) le 31 juillet 2012 a 20H17
Franck de Lyon (Visiteur)

La multiplication des nouvelles maladies. Et au milieu se trouve l’homme, plutôt nuisible si on fait la somme de ses actions… et qui est capable de tuer et massacrer des espèces animales qu’il juge trop présentes, mais qui s’octroie le privilège d’un expansionnisme inconsidérée…