Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La faune amazonienne, une richesse à préserver
La faune amazonienne, une richesse à préserver
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 novembre 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La faune amazonienne, une richesse à préserver

La faune amazonienne, une richesse à préserver

Au Brésil, les terres humides du Pantanal disposent de vastes étendues où foisonnent de nombreux animaux.

L’autoroute transpantanalienne porte mal son nom. Il s’agit en réalité d’un chemin de terre inabouti qui, partant de la ville de Poconé, sillonne les terres humides du Pantanal sur une longueur de 145 kilomètres. Cette destination offre actuellement les meilleurs postes d’observation des animaux sauvages dans toute l’Amérique du sud. Et la route est jalonnée par des crocodiles qui, attirés par cette ligne débroussaillée, ne sont même plus effrayés par les phares de voitures. Dans le Pantanal les caïmans se comptent par millions, obligeant les automobilistes à rester dans leur véhicule sur de larges portions de la route séparant les lodges.

Dans ces contrées il arrive de faire des rencontres plus surprenantes, en tombant par exemple sur des tamanoirs géants, ces mammifères de près de deux mètres de long avec un museau en forme de tube à l’avant et une queue touffue à l’arrière. Et si les jaguars sont très furtifs, les capybaras (qui sont les plus gros rongeurs du monde), les aras hyacinthe (oiseaux de la famille des Psittacidae), les fourmiliers géants et les coatis à queue annelée sont en revanche plus propices à l’immobilisme et donc à l’observation. La saison sèche, d’avril à septembre, est plus favorable à l’observation, la boue étant moins présente et les animaux plus prolifiques.

En s’enfonçant dans ce riche paysage faunistique, on peut observer des singes capucins et tamarins se balancer d’arbre en arbre, des cutias (qui sont des petits rongeurs), des tortues, des cerfs des marais, des chevreuils, des tapirs, des ratons laveurs et d’innombrables autres animaux sur terre ferme. Et que dire des oiseaux, tout aussi admirables, à l’image des aras hyacinthe, des toucans, des perroquets, des hiboux, des cigognes et des flamants roses. Mais l’un des événements les plus appréciés lors d’une excursion dans cette région est sans doute la rencontre avec des loutres géantes, des animaux réservant un accueil amical en émettant un son bien particulier.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté