Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’année du lapin nous interroge sur l’avenir de cet animal
L'année du lapin nous interroge sur l'avenir de cet animal
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 février 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’année du lapin nous interroge sur l’avenir de cet animal

L'année du lapin nous interroge sur l'avenir de cet animal

C’est le 3 février dernier qu’ont en lieu les célébrations du Nouvel An chinois, inaugurant l’année du lapin. Sous les feux de l’actualité, et depuis une semaine, les associations de protection des animaux rappellent par conséquent que près du quart des lapins, mais aussi des lièvres et des pikas, soit la familles des lagomorphes, son menacés de disparition. Et ce malgré leur réputation de reproducteurs prolifiques. Nombre d’entre eux figurent en effet au rang d’espèces menacées, sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

La Commission de survie des espèces de l’UICN prévient les naturalistes : La perte d’habitat, la chasse excessive et les maladies menacent particulièrement les lagomorphes. Andrew Smith, responsable du groupe de UICN rattaché à l’étude des lagomorphes et professeur à l’Arizona State University, confirme que « certains groupes de lapins figurent parmi les espèces les plus menacées de la planète ». Pour lui, il conviendrait d’adopter sans tarder des mesures énergiques pour protéger les lagomorphes : « En raison de leur importance écologique en tant que proie, le déclin de populations de lagomorphes a entraîné un déclin catastrophique de plusieurs espèces de prédateurs ».

Dans son aire d’origine de la péninsule ibérique, le lapin européen (Oryctolagus cuniculus), les populations ont considérablement diminué en raison des maladies et des menaces constantes qui planent sur son habitat. Au Portugal, 30% des lapins auraient ainsi disparu entre 1994 et 2004.

Le lapin des bochimans (Bunilagus monticularis) est, lui, en voie d’extinction critique. On ne le retrouve plus que dans la région centrale du Karoo en Afrique du Sud. Il fait face à une perte d'espace vital, vivant principalement sur des terres agricoles non protégées. Egalement en voie de disparition, le pika Ili (Iliensis Ochotona). Il a été formellement identifié il y a 30 ans, vivant dans les montagnes reculées du Tian Shan, au nord-ouest de la Chine.

Concernant le lapin européen, Luis Ruedas, également membre de l’UICN et professeur à l’Université de Portland, note que « la réduction drastique du nombre de lapin dans la péninsule ibérique a conduit à une baisse de population chez le lynx ibérique, le lynx paradina ainsi que l’aigle impérial (Aquila adalberti) ».
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté