Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Inondations en Inde : l’éléphanteau chez le vétérinaire
Inondations en Inde : l'éléphanteau chez le vétérinaire
note des lecteurs
date et réactions
1er août 2012
Auteur de l'article
IFAW, 35 articles (Protection des animaux)

IFAW

Protection des animaux
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
35
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Inondations en Inde : l’éléphanteau chez le vétérinaire

Inondations en Inde : l'éléphanteau chez le vétérinaire

Le 28 juin dernier, nous avons accueilli Dhara, un éléphanteau femelle. Dhara fait partie de ces milliers d’animaux sauvages frappés par la mousson mortelle qui sévit actuellement dans l’État d’Assam, au nord-est de l’Inde.

J’ai déjà pu observer des centaines d’éléphanteaux, mais voir les vétérinaires du Fonds international pour la protection des animaux et du Wildlife Trust of India effectuer la radiographie de cet éléphanteau a été un spectacle pour le moins mémorable.

Dhara reçoit désormais les soins du centre de sauvetage des animaux sauvages d’IFAW, situé en périphérie du parc national de Kaziranga. La radio a révélé une luxation de son genou avant gauche.

Âgée d’environ huit mois, elle a été retrouvée seule.

Nous pensons qu’elle a été séparée de son troupeau dans le parc au cours des inondations.

Une attelle en fer a été fixé à sa patte afin d’immobiliser l’articulation pendant les 21 prochains jours. Les vétérinaires du centre examineront la blessure au terme de cette période afin d’évaluer l’évolution de la blessure.

Pendant ce temps, les vétérinaires, les gardes du parc ainsi que deux volontaires venus du Royaume-Uni veillent sur l’éléphanteau. Ils lui donnent du lait neuf fois par jour accompagné d’une bonne dose de compléments alimentaires.

Dhara sort la tête par la fenêtre de la clinique. Crédits : IFAW/S.BararuahDhara sort la tête par la fenêtre de la clinique. Crédits : IFAW/S.Bararuah

Dhara reste très active malgré sa patte douloureuse. Elle n’a de cesse d’explorer l’enclos et tente régulièrement d’escalader le muret jusqu’à la fenêtre, à l’affût de quiconque voudra bien lui donner à manger. À l’heure du repas, elle exprime son impatience par des barrissements.

Quand elle fait ses caprices de bébé, elle est tout simplement irrésistible.

Bien qu’il ne s’agisse que d’un petit éléphanteau, la tranquilliser, la transporter dans la clinique du centre, lui faire passer une radio et fixer une attelle à sa patte fut une tache tout simplement éléphantesque.

Nous attendons tous le 21e jour de traitement, lorsque les vétérinaires retireront l’attelle, pour voir où en est la blessure. J’ai bon espoir qu’elle recouvrera rapidement ses forces et qu’elle pourra de nouveau déambuler librement.

Sashanka Barbaruah

crédits photos : IFAW/S. Bararuah

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté