Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Halal : Polémiques et souffrance animale
Halal : Polémiques et souffrance animale
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 mars 2012 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Halal : Polémiques et souffrance animale

Halal : Polémiques et souffrance animale

La viande halal s’est invitée au menu de la campagne pour les élections présidentielles. Mise sur le devant de la scène par Marine Le Pen, puis relancée par Nicolas Sarkozy, la question des abattages rituels d’animaux a fini entre les mains du Premier ministre François Fillon, provoquant l’ire des communautés juives et musulmanes. Voulant éteindre l’incendie, Arno Klarsfeld, président de l’office français de l’immigration et de l’intégration, s’est réjouit du fait que les animaux et la souffrance animale soient dorénavant débattus sur la place publique.

Le thème a été lancé par le Front National, et l’UMP a vite fait de prendre la balle au bond. Nicolas Sarkozy a réclamé qu’il soit dorénavant procédé à un étiquetage sur les viandes issues de l’abattage rituel, estimant que « les consommateurs ont le droit de savoir ce qu’ils mangent, halal ou non ». Et François Fillon d’enfoncer le clou en suggérant aux juifs et aux musulmans de repenser les «  traditions ancestrales » d’abattage rituel des animaux, « qui ne correspondent plus actuellement à grand chose », entraînant l’ire du CRIF. Au delà de ces rodomontades faisant partie du jeu de la campagne, qui est cette année décidément bien tendue, on ne peut occulter le fait que nous avons ici à faire à une souffrance animale bien réelle.

Comme le note l’hebdomadaire Le Point, on tue chaque année en France, entre autres, « 1 milliard de poulets et de lapins, 25 millions de porcs, plus de 6 millions de bovins et 4 millions de moutons ». Et selon cette même source, qui s’est procuré un rapport finalisé durant l’automne dernier et émanant du ministère de l’Agriculture (passé relativement sous silence), « la moitié des bovins, ovins et caprins tués dans l’hexagone le sont suivant un mode d’abattage rituel, halal ou casher ».

Sans le savoir, beaucoup d’entre nous serions ainsi mis à ce régime d’animaux qui sont saignés alors qu’ils sont encore conscients. Certes, pour qu’un animal soit consommable et puisse être conservé, son cœur doit battre lorsqu’il se vide de son sang. Une solution, qui peut certes être discutée, a donc été d’étourdir le bétail pendant cette opération. Cette règle prévaut en France depuis un demi siècle. Mais les musulmans et les juifs ont obtenu une dérogation pour continuer à pratiquer la saignée sans étourdissement préalable. Et il serait question d’une dérive de plus en plus importante, car ce qui devait rester une exception religieuse, réservée à 7% des Français, déborde largement de ce cadre.

Par ailleurs, il a été établi dans ce contexte que l’animal doit rester immobilisé dans une cage de contention durant la saignée, car chaque mouvement accroît sa douleur dès qu’il a la gorge tranchée. Toutefois, pour garder un rythme soutenu, les responsables d’abattoirs ont même tendance à écourter cette étape. Selon ce fameux rapport du ministère de l’Agriculture, « pendant que le sacrificateur dit sa prière, l'animal encore conscient est laissé au sol en train de perdre son sang avec des mouvements de pédalage, voire suspendu sur le rail ». Et cette agonie durerait, selon les cas, de 17 secondes à un quart d’heure.

Au delà de la question de la souffrance endurée par ces animaux, l’abattage rituel pose également un problème d’hygiène, avec une possibilité de contamination par Escherichia coli. Arno Klarsfeld, président de l’office français de l’immigration et de l’intégration, ne s’est pas exprimé sur les polémiques suscitées par cette thématique. Il a en revanche déclaré sur BFMTV que « les rites d’abattage juif et musulman doivent dans l’idéal évoluer vers moins de souffrance animale » en se félicitant en outre que les animaux et la question de la souffrance animale fassent dorénavant partie du débat.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par ROBERT GIL (IP:xxx.xx4.176.190) le 8 mars 2012 a 10H15
ROBERT GIL (Visiteur)

Vrai ou faux, certains pensent que lorsque l’on saigne un animal, de nombreuses toxines sont éliminées ? Et une bête qui a été stressée avant de mourir, sécrète des toxines qui se retrouvent dans le sang. Alors, y’a-t-il au départ une notion sanitaire ou est-ce purement une superstition religieuse ? Le stress pour l’animal vient aussi du transport jusqu’à l’abattoir, et les toxines se retrouvent aussi dans les muscles. Et de toutes façons que l’on mange hallal ou cascher on ne devient pas forcément centenaire !........... http://2ccr.unblog.fr/2012/02/21/vo...

1 vote
par bibi32 (IP:xxx.xx5.143.210) le 9 mars 2012 a 08H41
bibi32 (Visiteur)

Les animaux de boucherie sont toujours saignés, mais d’après la loi, ils doivent être étourdis avant. Un pistolet d’abattage bien placé sur le front d’une vache par exemple la foudroie instantanément, et elle est saignée dans les secondes qui suivent en toute sécurité pour les employés de l’abattoir. Pour les agneaux, on utilise un choc électrique... Et les techniques peuvent évoluer pour rendre la mort des animaux la moins pire possible !

5 votes
par omni (IP:xxx.xx4.218.193) le 8 mars 2012 a 15H36
omni (Visiteur)

Vous dites "Le thème a été lancé par le Front National, et l’UMP". C’est faux. Le thème du sacrifice rituel des animaux d’abattoire a été lancé une enquête sérieuse réalisée par les journalistes d’ Envoyer spécial intitulée "la viande dans tous ses états", diffusée dix jour avant que l’opacité de ces modes d’abattagent se retrouvent sur la place publique par le fait de politiques. Je vous invite à visionner ce reportage et après on en reparlera. Reportage confirmé par un audit d’experts du ministère de l’agriculture demandé par le gouvernement et rendu partiellement public par le journal Le Point.fr le 07/03/2012.

2 votes
par Croa (IP:xxx.xx2.18.34) le 8 mars 2012 a 22H57
Croa (Visiteur)

Il y a belle lurette, donc bien avant que France2 en parle, que des associations se scandalisent sur ce sujet ! (Jusque là plutôt dans le désert il est vrai.)

2 votes
par Lalo (IP:xxx.xx3.130.22) le 8 mars 2012 a 19H14
Lalo (Visiteur)

Les médias, les politiques et les personnes travaillant dans des abattoirs n’arrêtent pas de parler d’abattages halal ou rituels. Or en quoi l’égorgement d’un animal conscient est-il halal ?? Pour que le l’abattage soit halal, il faudrait que l’animal soit égorgé tourné vers la Mecque et que des paroles sacrées soient prononcées...ce qui n’est bien sûr pas le cas ! En gros, en France, au XXIeme siècle on égorge des animaux non étourdis et on met ça sur le compte d’une montée du religieux dans la société. Il s’agit simplement d’une logique de marché, l’égorgement vivant des animaux étant le meilleur moyen pour les abattoirs d’être rentables et compétitifs. Ne déplaçons pas le débat sur les communautés religieuses vivant en France. Ce qui est à remettre en question c’est ce mode de fonctionnement capitaliste qui permet à la société d’ hyperconsommation dans laquelle nous vivons actuellement de perdurer. Il faudrait bien sûr aussi arrêter de se considérer comme "maître et possesseur de la nature" et redonner aux animaux le statut qui est le leur, c’est à dire celui d’être vivant (et donc leur permettre de vivre dans des conditions décentes et faire en sorte que leur abattage engendre le moins de souffrance possible).

6 votes
par veilchen (IP:xxx.xx2.93.230) le 8 mars 2012 a 19H48
veilchen (Visiteur)

Je fais partie d’un réseau qui milite contre la souffrance animale et le sujet de abattage rituel a toujours été un sujet de discussion.

1 vote
par Erik Gruchet (IP:xxx.xx8.163.229) le 9 mars 2012 a 05H27
Erik Gruchet (Visiteur)

Ce qui est à bannir c’est l’abattage des animaux tout court ! Comment osez vous penser au vingt et unième siècle que le bain de sang quotidien, le massacre et la souffrance de tant d’animaux innocents soit compatible avec le développement de la conscience humaine et l’avènement d’un monde plus juste et pacifié. Toutes ces bêtes sont considérées comme des marchandises alors qu’elles sont des êtres vivants et conscients, oui CONSCIENTS. Vous mangeriez votre chat ou votre chien ! Plutôt que d’entretenir des polémiques stériles et manipulatrices qui ne servent qu’à diviser les humains entre eux, vous feriez mieux de vous interroger sur l’impact de toute cette violence sanguinaire et quotidienne sur votre développement personnel. Ce n’est pas en se cachant la tête dans le sable que l’on échappe à la réalité. Le camouflage de la viande ou du poisson en barquette et sous cellophane ne doit pas dispenser de la lucidité de ses actes. Les habitudes ne sont en rien une excuse. Vous ne pouvez couper à votre responsabilité sur le monde que vous créez par vos pratiques personnelles quotidiennes. Vous êtes individuellement responsable de ce qui est par vos choix répétés.

1 vote
par jack palmer (IP:xxx.xx0.55.128) le 9 mars 2012 a 08H48
jack palmer (Visiteur)

Visiblement la polémique est a coté du sujet : le hallal est le premier pas de la séparation, il endoctrine les jeunes enfants pour détester l’autre, "inférieur" car mangeur de porc, avec violence comme on peut le voir partout , et l’élimination de tout choix .... suivront le voile pour les filles, l’excision les mariages forcés, les écoles coraniques, les menaces de mort, le délit de blasphème ... tout est fait pour séparer , laver le cerveau, et s’insinuer de toutes les manières possibles dans nos sociétés en les faisant régresser de plusieurs siècles ... vers un obscurantisme des plus fou

si vous êtes aveugles pour ne pas voir l’offensive de l’islam, alors vous vous en mordrez les doigts , comme les laiques Tunisiens qui se retrouvent sous la charia en quelques mois