Accueil du site
> Dossiers > Sauvons les éléphants !
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
François Hollande prend en main le destin de Baby et Népal
François Hollande prend en main le destin de Baby et Népal
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 janvier 2013 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

François Hollande prend en main le destin de Baby et Népal

François Hollande prend en main le destin de Baby et Népal

Le président François Hollande a finalement répondu à l’interpellation de Brigitte Bardot, lui assurant qu’il a pris en charge le dossier de Baby et Népal, les deux éléphantes potentiellement tuberculeuses du Parc de la Tête d’Or à Lyon. Le chef de l’Etat a ainsi demandé une contre-expertise sanitaire pour les pachydermes. La balle est dans le camp du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, ce dernier devant approfondir les éléments de diagnostic de l’état sanitaire des deux éléphantes.

L’affaire était déjà hors du commun, elle est devenue rocambolesque depuis le début de l’année. Baby et Népal, les deux éléphantes d’Asie du Cirque Pinder âgées de 42 et 43 ans en pension au Parc de la Tête d’Or à Lyon depuis 1999, sont menacées depuis qu'elles sont soupçonnées d'avoir contracté la tuberculose. Le 2 janvier dernier, Gilbert Edelstein, directeur du cirque Pinder et propriétaire des deux pachydermes, accuse le maire (PS) de Lyon, Gérard Collomb, de «  vouloir assassiner » ses animaux. En retour, ce dernier a répondu sur France 3 que Baby et Népal « présentent un risque de contagion très fort d’une tuberculose transmissible aux humains », et que la décision de tuer les animaux « revient aux experts de l’Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation », car « c’est eux qui décident, par exemple quand il y a la maladie de la vache folle, qu’il faut abattre tel ou tel troupeau ». Et collomb n’a pas lâché du lest : « Si je me vois obligé d’euthanasier Baby et Népal, je le ferai. La santé des petit Lyonnais est de ma responsabilité ».
 
Le 4 janvier, Brigitte Bardot part à l’offensive et en appelle à François Hollande, menaçant de demander la nationalité russe dans le cas ou la décision d’abattre (ou de piquer) les éléphantes se concrétise. Elle déclare notamment que « la France est devenue un cimetière d’animaux  ». Le 6 janvier, près de 200 personnes répondent à l’Association Dignité Animale et forment un chaîne humaine à l’entrée du Parc de la Tête d’Or pour sauver Baby et Népal. Le 8 janvier, la princesse Stéphanie de Monaco s’insurge contre la décision « extrémiste et irréversible » de mettre à mort les pachydermes. Elle demande, dans une interview donnée à Paris Match, « que de nouveaux tests soient pratiqués, en toute transparence, pour établir si les éléphantes sont vraiment porteuses de la tuberculose ».
 
Stéphanie de Monaco envoie des lettres d’experts vétérinaires et d’éleveurs d’éléphants « qui, tous, réclament une contre-expertise » à François Hollande et Gilbert Collomb. Elle propose également les services du Docteur Christine Lendl, la vétérinaire de l’European Circus Association. Le 12 janvier, Gilbert Edelstein organise à Paris une conférence de presse intitulée "Traiter du problème de la tuberculose transmis par l’homme à l’éléphant et de l’éléphant à l’homme". Plusieurs spécialistes prennent part au débat, dont le professeur Bernard Debré, chirurgien-urologue. Et une pétition en ligne en faveur de Baby et Népal, lancée dans la foulée, recueille près de 90 000 signatures. Et finalement, c’est le 14 janvier que François Hollande est sorti de son silence.
 
L’entourage du chef de l’Etat avait déjà indiqué qu’il était « attentif au sort de Baby et Népal ». Et le voici qui a accordé un nouveau sursis (de 40 jours) aux pachydermes. Dans une lettre adressée à Brigitte Bardot, le locataire de l’Elysée assure « avoir demandé au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll d’approfondir les éléments de diagnostic sur l’état sanitaire des animaux et sur la réalité des traitements disponibles en cas d’atteinte par la tuberculose »… sur la base notamment des éléments que lui communiquera la Fondation Brigitte Bardot. François Hollande assure que le message de l’ancienne actrice a été entendu : « J’ai bien relevé vos préoccupations concernant la communication des résultats d’analyse, votre demande de contre-expertise et enfin, les propositions de la Fondation BB s’agissant du placement et du traitement des animaux  ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par desabuse (IP:xxx.xx8.87.129) le 17 janvier 2013 a 18H28
desabuse (Visiteur)

Pourvu que Flamby ne les envoie pas au Mali comme VTT.(véhicule de transport de troupes)

0 vote
par mimicha (IP:xxx.xx6.176.133) le 7 février 2013 a 11H19
mimicha (Visiteur)

"JOYEUX" ferait mieux de s’occuper du chômage et ne pas s’éterniser sur des pauvres bêtes en détresse. Bientôt SARKO de retour !!!!!