Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Escargots : après la course, faites leur connaissance !
Escargots : après la course, faites leur connaissance !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 août 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Escargots : après la course, faites leur connaissance !

Escargots : après la course, faites leur connaissance !

Une manifestation plutôt insolite a suivi les JO de Londres : Le 12 août dernier un petit village du Gers, Lagardère, a organisé le championnat du monde de vitesse d’escargot. Même si ce n’est pas l’objectif premier des organisateurs, cet événement de foire, qui a attiré de nombreux curieux dans cette localité de 68 habitants, pourrait être de nature à amener le grand public à s’intéresser à l’existence de ces gastéropodes. Les escargots sont en effet une composante notable de la biodiversité des jardins. Et depuis 2009 se tient une "opération escargots" à laquelle participe près d’un millier de jardins -tout le monde peut participer-, visant à collecter les données propres à mieux connaître cet animal.

Dimanche dernier un minuscule village du Gers, Lagardère, a attiré les projecteurs de tous les continents à l’occasion d’une course pittoresque : le 36ème championnat du monde de vitesse d’escargot. Selon La Dépêche il s’agissait d’« une très belle course avec 81 coureurs ». Pour la petite histoire, beaucoup d’amateurs des quatre coins de France, de Belgique, de Hollande et d’Angleterre ont assisté à la consécration : l’escargot le plus rapide a parcouru les 52 centimètres de la compétition en 3’12’’. Au delà de cette distraction estivale qui aurait sa place dans une émission de type « Intervilles » crée par feu Guy Lux, on retiendra cet instant rarissime où ces petits animaux, qui ne tiennent habituellement au mieux que de petits rôles secondaires, sont apparus au premier plan.
 
Et il est vrai qu’on s’intéresse de plus en plus à ces gastéropodes, acteurs de la biodiversité, notamment dans les jardins, qui constituent notre plus proche environnement. Ces compagnons à coquille, qui sortent de leur cachette par temps frais et à la moindre ondée pour manger feuilles et racines sont néfastes pour les cultures… mais ils sont tout de même des auxiliaires des jardins, entre autres parce qu'ils mangent les œufs de limaces. Le désir de mieux connaître les escargots a amené l’association Noé Conservation à mettre en place dès 2009, aux côtés de Vigie Nature et du Muséum national d’Histoire naturelle l’"opération escargots" (en s’inspirant d’un dispositif similaire mis sur pied trois ans plus tôt pour les papillons).
 
Tout le monde peut participer dans l’hexagone. Car comme le précise Néo Conservation « les biologistes professionnels spécialistes des escargots et des limaces sont trop peu nombreux en France ». Le principe est d’inviter tous les utilisateurs de jardins à chercher et à identifier les escargots dans ces espaces, puis à transférer leurs observations aux scientifiques du Muséum. Ouverte au grand public, cette "mission scientifique" plutôt plaisante pour les amoureux de la nature n’est pas insurmontable, tant ces animaux discrets sont reconnaissable.
 
Mais il faut savoir qu’il y a plusieurs centaines d’escargots en France, plus ou moins susceptibles d’être approchés près des habitations. Les données recueillies durant les premières années de l’opération (grâce à la participation de près d’un millier de Français) ont bel et bien montré que les escargots évoluent en fonction de leur environnement : Supportant mal l’urbanisation, ils se regroupent de préférence dans des jardins riches en végétaux. A noter que le Petit-gris, l’escargot le plus souvent rencontré par les participants de l’opération, résiste plutôt bien dans des conditions fluctuantes : on le retrouve encore à la fois dans les jardins des campagnes et les jardins des villes.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté