Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Elevage en batterie : Ce que l’on ne veut pas voir
Elevage en batterie : Ce que l'on ne veut pas voir
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 juin 2012 | 28 commentaires
Auteur de l'article
DARCHE ERIC, 56 articles (Naturopathe)

DARCHE ERIC

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
56
nombre de commentaires
2
nombre de votes
143

Elevage en batterie : Ce que l’on ne veut pas voir

Elevage en batterie : Ce que l'on ne veut pas voir

L’article qui suit est édifiant. Il a été rédigé par Sylvie Simon pour la revue Biocontact : « Chaque fois que nous achetons une boîte d’oeufs qui ne porte aucune mention sur le mode d’élevage, nous pouvons être certains que ces poules ont été élevées en batterie. C’est-à-dire qu’elles sont quatre dans une cage de 40 cm de côté, constamment éclairées par de la lumière artificielle, et leur espérance de vie ne dépasse pas un an ».

" Elles mettent six semaines au lieu de six mois à atteindre leur poids “normal”. L’observation de leurs troubles de comportement indique un rejet de ces traitements contre nature qui engendrent de leur part une forte agressivité.
C’est pour cette raison qu’on leur administre des calmants et qu’on les ampute de leurs becs et de leurs griffes. Ces traitements impliquent une forte mortalité. Pour éviter les maladies, on les gave d’antibiotiques et de médicaments que l’on retrouvera dans l’oeuf, donc obligatoirement dans notre assiette. 
Mais l’important est que ces poules pondent environ douze fois plus que les poules élevées en liberté. Après l’abattage, leur carcasse sert à confectionner des bouillons et des raviolis !
 
En France, 50 millions de poules pondeuses sont ainsi condamnées à perpétuité. Quant aux poussins mâles, non productifs, ils sont gazés ou broyés vivants afin d’être transformés en farine animale. »
 
Jacqueline Bousquet, docteur ès sciences et chercheuse honoraire au CNRS, s’indigne : « Comment considérer les oeufs issus des ces malheureux volatiles ? Certains les nomment oeufs de la souffrance, oeufs de la honte."
Si les consommateurs pouvaient voir sur les présentoirs la photo de ces poules dont la détresse physiologique est incommensurable, ils se détourneraient avec dégoût d’un tel produit porteur de mort.
Ces oeufs manifestent du reste une inversion de polarité très inquiétante. Nous devons aujourd’hui manger moins, mais manger mieux.
Ce changement de comportement nous est imposé par la Nature que nous pensions asservir et bafouer en toute impunité.
Qu’attendent les scientifiques pour démontrer qu’il n’y a pas de salmonelle dans les oeufs provenant de poules élevées normalement, c’est-à-dire disposant d’une nourriture naturelle, d’un espace vital correct, pouvant gratter le sol et se percher comme l’a décidé Mère Nature qui l’a programmé dans leurs gènes ?
 
Les poules ne sont pas les seules victimes de ce système de surproduction.
Tous les animaux comestibles subissent un sort identique. Dans cette compétition sans limites, il est indispensable d’élever un veau en moins de trois mois et celui-ci doit alors atteindre cent cinquante kilos. Pour réussir ce tour de force, il suffit d’écouter les conseils des spécialistes en suralimentant les animaux que l’on retire à leur mère dès la naissance.
 
Pour que leur viande reste blanche et tendre, on les emprisonne dans des boxes sans paille de 1,2 m sur 0,65 m où ils ne peuvent bouger et où ils sont nourris avec le seul lait fourni par la coopérative. On les prive de lumière et, en toute légalité, on leur administre des doses massives d’antibiotiques pour combattre la prolifération de maladies infectieuses, ce qui permet aux souches bactériennes de devenir résistantes aux antibiotiques.
 
Par ailleurs, il est fréquent que ces animaux développent un comportement agressif, voire hystérique, car ils sont soumis à des stress et à des décharges hormonales qui minent leur système immunitaire. Pour pallier cet état de moindre résistance, on leur administre des médicaments anti-stress, des substances para-hormonales, des vaccins, ainsi que des stimulants cardio-respiratoires à titre préventif, sans oublier, sur cette liste inquiétante, les vitamines et autres substances chimiques indispensables à leur survie.
 
Il est évident que ce cocktail abominable se retrouve dans notre assiette ! Il en va de même pour les porcs. Autrefois, on estimait qu’un hectare était nécessaire pour engraisser 40 porcs. À présent, ils sont 5000 entassés sur la même surface, au milieu de leurs déjections, et doivent atteindre le poids de 110 kilos en six mois. Quant aux truies, elles sont maintenues au sol par des sangles tout au long de la gestation et de l’allaitement.
 
D’après un sondage de la SOFRES de février 1999, 83% des Français estiment que l’élevage en batterie est cruel et 78% souhaitent qu’il soit interdit.
Pourtant, malgré cette opinion, les consommateurs persistent à consommer les produits immondes qu’on leur propose, au lieu de les boycotter ; aussi peu importe leur avis ! De toute manière, l’économie mondiale est en pleine expansion et c’est cela le plus important ! … »
 
Chers lecteurs, que pensez-vous de la qualité de ces aliments ?
Acceptez-vous de continuer à cautionner par vos achats les traitements que subissent ces animaux et les conséquences éventuelles sur votre santé ?
L’intérêt de ce questionnement n’est nullement de chercher à culpabiliser qui que ce soit, car nous avons tous consommé ce genre de produits. Au contraire, il cherche à susciter une prise conscience sur des actes tellement ordinaires, mais dont les conséquences sur les plans humain, économique, sanitaire et environnemental peuvent s’avérer redoutables.
 
D’ailleurs, certains scandales récents ont pu en révéler quelques prémices. Aujourd’hui, c’est à notre sens de la vérité, de l’authenticité et à notre volonté de changer nos habitudes qu’il est nécessaire et urgent de faire appel.
 
 
Eric Darche, Naturopathe Spécialisé en Nutrition,
Consulte sur RDV. Conseil aussi par téléphone.
Tel : 04 42 96 33 18.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
11 votes
(IP:xxx.xx9.155.38) le 12 juin 2012 a 12H49
 (Visiteur)

C’est en très grande partie pour ces raisons là que je suis végétalien depuis 9 mois.

Mes motivations sont multiples :

Ethiques, diététiques, écologiques mais aussi politiques (je ne peux cautionner un tel système).

7 votes
par ploubi (IP:xxx.xx3.172.137) le 12 juin 2012 a 14H01
ploubi (Visiteur)

Sans aller jusqu’à devenir végétarien, je fais un minimum gaffe à ce que j’achète, assez peu de viande (et jamais en barquette au supermarché), et pas mal de produit bio (quand le prix est raisonnable).

5 votes
par Croa (IP:xxx.xx4.26.54) le 12 juin 2012 a 23H02
Croa (Visiteur)

Pour les oeufs il est facile d’en trouver des corrects (au moins "libre parcourt", "fermier" ça ne suffit pas !)

On peut aussi avoir deux ou trois poules dans son jardin (jamais une seule, la poule est un animal grégaire aimant vivre en bande.)

13 votes
par alinea (IP:xxx.xx7.138.146) le 12 juin 2012 a 16H03
alinea (Visiteur)

Il y a bien longtemps que je ne mange plus de viande ; il y a bien longtemps que cet élevage ( absolument inédit dans l’histoire de l ’humanité) est le symbole de la honte de nos sociétés. Il y a bien longtemps que je pense que plutôt que de lutter contre la corrida, toutes ces bonnes âmes feraient mieux de se mobiliser contre cette abjection.

Ce que l’on peut voir de ces atrocités, on ne peut le voir qu’en caméra cachée ; quel politique ( à part timidement Joly) hurlera qu’il faut que ça cesse immédiatement : que de toutes façons 120 kilos de viande par personne et par an, c’est dix fois trop ( dix fois, n’est pas un lapsus). Il n’y a que les vegan qui luttent expressément là-contre : une poignée de fanatiques ( ceci dit sans esprit péjoratif, juste pour expliquer leur peu d’écoute). Que peut-on faire ? Pression sur le ministre de l’agriculture ? Pourquoi pas ! Quant aux pressions locales, actions associatives ou autres, vu que ces bêtes sont vendues dans des supermarchés- terrain privé-, nous n’avons guère d’espace. L’atrocité est bien protégée !

7 votes
(IP:xxx.xx9.254.141) le 12 juin 2012 a 18H05
 (Visiteur)

Voilà pourquoi je suis membre d’une Amap, je connais donc le producteur, les volailles sont bios et plus chères mais on en mange moins souvent, quant aux oeufs (bios) ils sont moins chers qu’en grande surface... Et pourtant ce producteur est bien moins riche que le propriétaire de Doux, "ruiné" après avoir raflé la quasi totalité des aides européennes...

10 votes
par perlseb (IP:xxx.xx9.115.74) le 12 juin 2012 a 19H21
perlseb (Visiteur)

Le pire dans l’histoire, c’est que plus on nous bassine avec l’écologie, pire sont les atrocités que l’on commet envers la nature.

Je ne mange que des œufs Label Rouge ou bio et je ne mange pas de viande. Mais la chose la plus grave est d’avoir le droit d’appeler la nourriture issue des ces industries ignobles avec les mêmes noms que lorsqu’elle était produite avec respect. A partir de là, le mauvais produit chasse forcément le bon, jusqu’au jour où l’on crée un nouveau label avec une augmentation vertigineuse des prix. Autrement dit, l’inflation réelle (à produit constant) est exorbitante, et les gens qui mangent la merde actuelle n’ont jamais été aussi "pauvres" dans l’histoire. Car se nourrir de façon infâme est bien un signe de pauvreté, même si les chiffres (PIB ou autres idioties) permettent de rassurer tout le monde.

4 votes
par blablablietblabla (IP:xxx.xx6.79.84) le 12 juin 2012 a 19H31
blablablietblabla (Visiteur)

Bonjour, des poules en batteries ça me rappelle le film des années 1970 l’Amérique interdite !!

5 votes
(IP:xxx.xx3.14.50) le 12 juin 2012 a 19H43
 (Visiteur)

Si je puis je permettre de conseiller le livre : faut-il manger les animaux, de jonathan safran foer. Particulièrement bien documenté.

5 votes
par alinea (IP:xxx.xx7.138.146) le 12 juin 2012 a 19H49
alinea (Visiteur)

ou bien : Le livre noir de l’agriculture, d’Isabelle Saporta. Non seulement à lire absolument mais à faire lire, à faire circuler.

7 votes
par Tiktaktak (IP:xxx.xx4.41.67) le 12 juin 2012 a 23H07
Tiktaktak (Visiteur)

Des poules en batterie, c’est dommage. Mais de là à en avoir honte ??

Ne vaut-il mieux pas voir cela et permettre à chacun d’acheter des oeufs (et produits dérivés), plutôt que de voir dans les rayons des produits certes de meilleure qualité, mais plus chers ? Sans parler de l’industrie agro alimentaire qui utilise énormément d’oeufs, il y en a partout. Ne croyez pas que les industriels utilisent des oeufs de plein air, même pour fabriquer des produits sensés être de gammes supérieures. Et s’ils le faisaient, ce serait à quel prix ?

Critiquer la production alimentaire est aisé, car il en est ainsi de beaucoup d’aliments : Si chacun avait le choix, qui mangerait du poisson issu des élevages qui ne valent pas mieux que ceux des poules pondeuses ? Qui mangerait du surimi après avoir visité l’usine qui le fabrique et vu les produits qui le composent ? Ce n’est ni plus ni moins que de la pâtée pour chien désinfectée (j’en mange parfois, ce n’est pas mauvais, les exhausteurs de goût sont là pour que ça nous plaise !)

Il est à la mode de parler de maltraitance des animaux dont nous nous nourrissons, de mal-bouffe, et c’est l’heure de gloire du "bio", mais la production alimentaire de masse (de moins bonne qualité -parfois mais pas toujours-, personne ne le conteste) a permis de nourrir aussi davantage de monde à sa faim. Une partie (malheureusement qu’une partie) de notre surproduction va aussi où les besoins existent, même si cette production n’est pas labellisée.

Alors oui, nous sommes tous d’accord pour dire que si nous vivions dans un monde idéal, nous ne mangerions que des produits de grande qualité, mais ce monde n’existe pas encore pour le plus grand nombre. Ne désespérons pas, ça viendra peut être...

8 votes
par alinea (IP:xxx.xx7.138.146) le 13 juin 2012 a 00H08
alinea (Visiteur)

tik : vous plaisantez ou vous êtes complétement con ?

3 votes
par tacotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 00H12
tacotac (Visiteur)

Ou bien encore "téléguidé" dans vos propos.....

2 votes
par tacotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 00H32
tacotac (Visiteur)

Voici deux vidéos qui nous montrent que rien n’est une fatalité et que les CHOIX sont possibles Mr Tiktaktak.....

http://www.youtube.com/watch?v=qQ12...

ET AUSSI

http://www.youtube.com/watch?v=iF3S...

3 votes
par tacotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 00H52
tacotac (Visiteur)

Ah mais il faut préciser que depuis début 2012 les poules bénéficient d’un réglement plus favorable comme par exemple leur espace DEVENUE PLUS SPACIEUX voir la vidéo suivante :

http://www.youtube.com/watch?v=O0Tw...

2 votes
par tiktaktak (IP:xxx.xx4.41.67) le 13 juin 2012 a 20H37
tiktaktak (Visiteur)

A tacotac : Bien sûr que les choix sont possibles. Moi même je préfère tout comme vous consommer des oeufs de qualité, puisque j’en ai les moyens.

Mais bannir les modes de production de masse n’est absolument pas réaliste aujourd’hui. Sans parler de coûts, la capacité de production n’est tout simplement pas au rendez-vous ! Nous ne parlons pas ici que des oeufs que les particuliers achètent, mais de tous les transformateurs agro-alimentaires.

Quelques sources externes :
- Consommation d’ovoproduits au sein de l’UE : 6,4 millions de tonnes : http://www.itavi.asso.fr/economie/e...

- En France, la production d’oeufs bio représente en gros 4% de la production totale, nous sommes loin du compte : http://www.itab.asso.fr/downloads/c...

3 votes
par tacotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 21H14
tacotac (Visiteur)

Qui a décidé que la production des poules et des oeufs, pour ne parler que d’eux, se feraient de la manière que l’on connaît ?

Ce sont des technocrates, des affairistes et encore d’autres intervenants, mais je ne crois pas que les consommateurs aient été consulté, alors qu’ils sont directement concerné dans cette affaire.

Donc il est temps que nous, les consommateurs reprennions notre pouvoir en choisissant les aliments synonymes de qualité et de santé.

Pour cela dans un premier temps il faut que l’information circule, et le site agoravox- carevox en est un rouage et ensuite il faut que les consommateurs abandonnent les produits de piètre qualité.

Et on a pas de soucis à se faire pour l’industrie agro-alimentaire qui saura s’adapter et se diriger "où le vent soufle"....

Jusqu’à présent c’est l’industrie agro-alimentaire qui a façonné les habitudes de consommation du plus grand nombre, et bien aujourd’hui c’est au consommateur à se façonner lui-même ses habitudes de consommation en ayant pour critère la qualité, la santé , le respect de la vie, et l’environnement dans sa conception la plus large.

2 votes
par tocotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 21H45
tocotac (Visiteur)

A propos du rôle de l’industrie agro-alimentaire dans la qualité de ce que nous consommons voilà deux citations intéressantes :

Coluche disait : "Quand je pense qu’il suffirait que les gens n’achètent plus de cochonneries pour que ça ne se vende plus !".

"Il y a des temps - et je crois que celui-ci en est un - où il ne suffit pas de dire la vérité ; il faut la crier" Professeur Belpomme Cancérologue.

2 votes
par tiktaktak (IP:xxx.xx4.41.67) le 13 juin 2012 a 20H06
tiktaktak (Visiteur)

Probablement c.. si vous considérez que tous ceux qui ne partagent pas vos idées le sont. ça ne me choque pas, nous sommes tous le c.. d’un autre.

En tout cas ce n’était pas de la provocation, comme vous semblez le penser.

3 votes
par loisant sylvain (IP:xxx.xx6.190.116) le 13 juin 2012 a 08H45
loisant sylvain (Visiteur)

Je suis végétarien depuis 1978, et malgré une pression sociale énorme (cantines, restaurants, repas de famille, "tu assassine tes enfants etc...), je n’ai vu que des avantages à ce régime. Je n’ai jamais voulu militer pour le végétarisme dans le passé, mais j’ai eu tord. Le végétarisme résoudra la moitié des problèmes du monde : Plus d’ogm, plus de souffrance animale, plus de vache folle, de déjections insupportables, 8 kg de production végétale ne donne q’un kg de viande. Etc "Militons pour le végétarisme et les produits bios". J’espère que la personne qui a fait l’article ne mange pas de viande, sinon elle risque d’être une "faites ce que je dis pas ce que je fais". Assez de dénonciations et de constats...... des actes, des comportements exemplaires

5 votes
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 09H10
DARCHE ERIC, 56 articles (Naturopathe)

Bonjour Mr loisant Sylvain, personnellement je suis végétarien mais je ne pense pas que pour des raisons de santé ou d’écologie il soit indispensable de ne pas manger de viande du tout.

Je pense que l’on peut en manger de temps en temps et en quantité modéré, si elle est de bonne qualité et qu’elle respecte à tout niveau de sa production, l’écologie et l’environnement.

2 votes
par caro (IP:xxx.xx6.233.117) le 13 juin 2012 a 16H03
caro (Visiteur)

pour être sûre que les oeufs qu’on achète viennent de poules élevées convenablement, il faut regarder sur l’oeuf, il y a un code, il faut que ce code commence par 0 o 1, les 2 et 3 sont à bannir !

2 votes
(IP:xxx.xx1.176.98) le 13 juin 2012 a 21H28
 (Visiteur)

Je vois régulièrement les cochons, les agneaux, les bovins que je mange. Je leurs fait des gratouilles et ils aiment ça. Vous avez deviné, je suis dans plusieurs AMAP (aussi fruits, légumes, oeufs, fromages). Dans les autres commerces, Je n’achète plus que le café, le sucre et des choses comme ça. Et je ne suis pas un bobo (1500€ de revenus pour 2)

3 votes
par tocotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 13 juin 2012 a 22H26
tocotac (Visiteur)

tiktaktak DIT ;

"Mais bannir les modes de production de masse n’est absolument pas réaliste aujourd’hui. Sans parler de coûts, la capacité de production n’est tout simplement pas au rendez-vous ! Nous ne parlons pas ici que des oeufs que les particuliers achètent, mais de tous les transformateurs agro-alimentaires."

Je pense contrairement à vous, que cela est possible et réaliste, mais cela ne viendra pas du haut (les gouvernements ou la communauté européenne) mais de la base (les consommateurs).

Et si ces derniers prennent conscience du grave problème que représente à différents niveaux, les aliments de piètre qualité, alors comme un raz de marée cela peut aller très vite et bien plus vite que vous ne le pensez.

Bien sûr que si l’on attent que cela vienne du "haut" comme par exemple grâce aux nouveaux réglement européen les poules ont gagné en place l’équivalent d’une carte postale ; c’est sûre qu’à ce rythme les améliorations prendront des siècles.

Par contre si les consommateurs avisés changent leurs habitudes de consommation pour des produits de meilleurs qualité à tous niveaux alors cela peut aller à vitesse grand V.

Le point de départ c’est l’information et la prise de conscience des intéressés c’est à dire NOUS TOUS !!!

Par exemple que toutes les personnes qui souhaitent faire avancer le "chimiblique" en parle à dix autres personnes et demandent à ces dernières d’en faire autant et ainsi de suite sans arrêt, alors le raz de maré dont j’ai parlé plus haut, peut arriver bien plus tôt que l’on pourrait le croire.

LA REPONSE A CE PROBLEME DE QUALITE ALIMENTAIRE ; NOUS AVONS LA REPONSE : changer nos habitudes alimentaire MAIS PAS DEMAIN MAIS DES AUJOURD’HUI ET C EST GAGNE !

1 vote
(IP:xxx.xx4.41.67) le 13 juin 2012 a 23H02
 (Visiteur)

L’idée est noble mais je ne crois pas comme vous à la toute puissance des consommateurs.

Le consommateur lambda est conditionné par la sté de consommation. L’Avoir prime sur l’Etre.

Les français n’ont jamais affecté aussi peu de leur revenu à la nourriture qu’aujourd’hui (en valeur relative). Nous préférons dépenser notre argent dans des objets dont cette sté de consommation nous dit qu’on ne peux se passer (tablettes et autres forfaits illimités, par exemple). Nous pourrions citer en exemple l’industrie textile française, qui a disparue car les consommateurs se sont tous jetés sur des produits asiatiques, à l’encontre du bon sens, mais pas du porte monnaie.

Je suis donc plus pessimiste que vous. Le consommateur achète, il ne pense pas aux conséquences de ses achats.

L’article l’indique lui même : "D’après un sondage de la SOFRES de février 1999, 83% des Français estiment que l’élevage en batterie est cruel et 78% souhaitent qu’il soit interdit. Pourtant, malgré cette opinion, les consommateurs persistent à consommer les produits immondes qu’on leur propose, au lieu de les boycotter ; aussi peu importe leur avis ! De toute manière, l’économie mondiale est en pleine expansion et c’est cela le plus important ! … »

Selon moi ce n’est pas prêt de changer même s’il serait à priori souhaitable que j’ai tort pour nos futures assiettes :o)

2 votes
par tocotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 14 juin 2012 a 00H32
tocotac (Visiteur)

Intéressant votre réponse car vous donnez une des clefs....quand vous dites :

Le consommateur lambda est conditionné par la sté de consommation. L’Avoir prime sur l’Etre.

En effet il y a une distorsion entre les intentions de nombreux consommateurs et leurs comportements. Les raisons sons nombreuses ; on peut citer entre autre le matraquage publicitaire, car on sait bien en publicité que c’est ce qui est le plus vue qui est le plus acheté en général.

Mais le fait de faire ce constat ne signifie pas pour autant que les dés sont jetés, et qu’il n’y a plus rien à faire. Certains d’ailleurs, souhaitent que cela aille dans ce sens.....

Le simple fait qu’il y est sur ce forum des personnes qui sont sensibles aux problèmes liès à la consommation de produits de piètres qualité, signifie que cela est possible.

Ensuite il est nécessaire de faire le relais à cette information, en ne s’avouant pas battue dès le départ comme vous le suggérer, car c’est le meilleur moyen de ne pas y arriver, en effet !!!

Moi personnellement je suis OPTIMISTE mais à condition d’agir et d’oeuvrer dans ce sens. Par exemple on peut essayer de passer au delà de ses convictions pessimistes en essayant dans son entourage proche par exemple, de faire bénéficier de ses connaissances à d’autres pour qu’eux aussi à leur tour communiquent ces renseignements à d’autres ainsi de suite.

Biensûr que dans le "lot" il y aura des personnes non intéressées, mais on le sait bien lorsque l’on sème toutes les graines ne "donnent" pas. Mais pour autant l’agriculteur sème quotidienement car il y a aussi des graines qui donnent de beau et bon "fruits".

L’essentiel c’est d’essayer et de ne pas préjuger du résultat....La vie fera le reste !

Tout consommateur possède une vraie puissance, mais certains acteurs économiques auraient la fâcheuse tendance de lui faire croire le contraire....

Si comme vous le dites à jute titre, les gens sont conditionnés, et bien le sachant il est d’autant plus important de communiquer des valeurs justes afin de donner une opportunité au plus grand nombre afin d’accéder à d’autres informations que celles qui nous ont programmées à notre insu.

Bien des personnes que vous qualifié de "conditionné" l’ont été, mais sont aujourd’hui les consommateurs avertis comme on peut en trouver sur ce forum.

Donc tout est possible si on s’en donne la peine et que l’on y croit et que l’on oeuvre dans ce sens !!!

2 votes
par tocotac (IP:xxx.xx6.156.211) le 14 juin 2012 a 08H20
tocotac (Visiteur)

Je rajoute au précédent post, PAR EXEMPLE, si vous-même consommé des oeufs de bonne qualité comme vous le dites c’est :

- 1) que vous avez eu l’information de l’intérêt de consommer ce genre d’aliment (par l’éducation familiale ou autre moyen)

- 2) que vous avez décidé d’opter pour ce choix (consciemment ou pas mais c’est toujours mieux de faire des choix conscients !!!)

- 3) que pour cela vous avez dépensé de l’argent (très légérement plus) dans cette direction.

ET BIEN CECI ET A LA MESURE DE TOUT LE MONDE. Mais pour cela il faut :

- 1) Faire circuler l’information

- 2) Créer une prise de conscience suffisante chez l’autre pour qu’il passe à l’action le plus rapidement possible (une image vaut cent mots) ; et à ce titre internet et une bonne source de vidéos favorisant les prises de conscience dans ce domaine.

3) Croire que lorsque l’on VEUT VRAIMENT CHANGER une situation et que l’on s’en donne les moyens ON PEUT très souvent. Voir par exemple le témoignage prélevé dans ce forum :

"Je vois régulièrement les cochons, les agneaux, les bovins que je mange. Je leurs fait des gratouilles et ils aiment ça. Vous avez deviné, je suis dans plusieurs AMAP (aussi fruits, légumes, oeufs, fromages). Dans les autres commerces, Je n’achète plus que le café, le sucre et des choses comme ça. Et je ne suis pas un bobo (1500€ de revenus pour 2)

En fait bien que l’argent soit une condition au changemeent l’on s’appercoit que ce n’est pas la condition indispensable au changement dans bien des cas.

La condition indispensable au changement c’est la prise de conscience et la volonté de changer. Ensuite il existe souvent, toutes sortes de moyens de régler le problème financier lié au coût un peu plus élevé des produits de bonne qualité.

Par exemple lorsque l’on regarde la consommation du consommateur moyen on peut tout à fait réaliser dés économies déjà en supprimant bien des aliments non indispensables à la santé et qui de plus sont de mauvaises qualités bien souvent.....

Ensuite on peut favoriser les dépenses de produits de bonne qualité (si l’on en comprend tout l’intérêt) en évitant celles liés à l’achat de la dernière hifi dernier cri, ou le dernier portable à la mode etc... C’est une question de choix et de valeur.

Et pour finir après avoir décidé de changer pour des aliments de bonne qualité ne pas différer le passage à l’acte au lendemain, car c’est le meilleur moyen de ne jamais le faire. Mais au contraire agir de suite dès aujourd’hui et progressivement.

Par exemple on peut tout à fait s’engager dès aujourd’hui à n’acheter que des oeufs de bonne qualité issue de production qui respecte l’annimal et la santé du consommateur.

Puis ensuite on prendra peu à peu d’autres décisions pour d’autres produits,comme par exemple l’huile de première pression à froid, les aliments complets ou semi-complet au lieu des aliments raffinés de piètre qualité etc.

L’essentiel et d’agir avec METHODE RIGEUR ET VOLONTE et surtout IMMEDIATEMENT SANS DIFFERER SON ACTION A PLUS TARD.

0 vote
par Bibi32 (IP:xxx.xx5.143.210) le 9 août 2012 a 15H08
Bibi32 (Visiteur)

Bonjour, L’élevage des veaux en batterie est interdit depuis 2007, les cages pour les poules ont été nettement agrandies depuis cette année, bien qu’il y ait encore des élevages hors la loi. Le gavage des canards en batterie individuelle (dans laquelle il ne pouvait absolumentpas bouger !) a aussi été interdit. Les choses évoluent, sous la pression des défenseurs des animaux mais aussi des consommateurs. Les élevage de poules en parcours se développent aussi, et finalement ne coûtent pas beaucoup plus cher à produire. a force on va y arriver, mais bien sûr, tout çà a un coût, et avec les temps qui courrent, la progression risque de ralentir... PS : je suis éleveur ovin en démarche label rouge, peut-être bio prochainement (si je pouvais produire un peu de céréales en bio pour mes agneaux ce serait plus facile).

1 vote
par ERIC DARCHE (IP:xxx.xx6.156.211) le 10 août 2012 a 12H24
ERIC DARCHE (Visiteur)

Bonjour.

Merci pour votre message.

Lorsque vous dites : les cages pour les poules ont été nettement agrandies depuis cette année,

Il serait intéressant de préciser qu’en fait les cages des poules ont augmenté de la surface d’une carte poste. Je ne sais pas si on peut avec une telle augmentation parler d’un vrai plus pour les poules

Il y a eu une agumentation de la surface c’est indégniable. Mais en l’occurence les poules ont gagnés quelques centimètres carrés. C’est une augmentation Nettement insufisant.