Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des moutons phosphorescents au service de la médecine
Des moutons phosphorescents au service de la médecine
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 avril 2013
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Des moutons phosphorescents au service de la médecine

Des moutons phosphorescents au service de la médecine

17 ans après la naissance de Dolly, la brebis clonée en Ecosse, un groupe de scientifiques uruguayens, en partenariat avec l’Institut Pasteur de Montevideo, a annoncé avoir donné naissance à des moutons génétiquement modifiés phosphorescents. L’objectif était de vérifier l’efficacité de la méthode d’introduction d’un gène étranger -dans le cas présent un gène de méduse- dans l’ADN de ces animaux. Le quotidien Ouest-France n’en revient pas : « Ces moutons brillent dans le noir ». Pour les scientifiques, l’expérience marque une avancée majeure dans le domaine de la génétique.

L’annonce a été faite le 24 avril dernier au travers d’un communiqué rendu par l’Institut de reproduction animale Uruguay (IRAUy) et l’Institut Pasteur : « La transgenèse sur cette espèce n’était pas disponible en Amérique latine, et cette réussite positionne l’Uruguay au plus haut niveau scientifique mondial ». On peut noter, certes, des précédents sur le continent sud-américain : L’Argentine a créée une vache transgénétique produisant des protéines humaines dans son lait, et le Brésil a développé des chèvres génétiquement modifiées avec également un objectif de production de protéines à usage humain. Et on peut même citer le cas de chats fluorescents pour faire reculer le Sida !

Cette fois, les scientifiques ont réalisé leur performance en introduisant le gène d’une méduse dans l’ADN des moutons, et le développement de ces animaux, nés en octobre dernier, s’est fait normalement auprès de leurs semblables non-transgénétiques. Pour observer le phénomène, il faut placer ces moutons particuliers sous une lumière ultra-violette : Ils renvoient alors une lumière étrange. Les travaux pourraient aboutir à la mise au point de nouveaux médicaments, et il se murmure dans les milieux scientifiques que la technique pourrait être appliquée à l’homme afin de guérir certaines pathologies, et notamment le diabète. Comme l’indique Le Figaro, l’Agence américaine du médicament a déjà autorisé en 2009 la production de l’anticoagulant ATryn à partir de lait de chèvres transgénétiques.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté