Accueil du site
> Santé Des Animaux > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Chien et apprentissage de la propreté : idée reçue
Chien et apprentissage de la propreté : idée reçue
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 mars 2011
Auteur de l'article
Carine Buttez, 1 article (Rédacteur)

Carine Buttez

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

Chien et apprentissage de la propreté : idée reçue

Chien et apprentissage de la propreté : idée reçue

Lorsque votre chien urine dans la maison, une des idées reçues est qu’il faut lui mettre le nez dedans pour qu’il apprenne à ne plus le faire...

Il n’est pas naturel pour un chien d’uriner ailleurs que là où il se trouve quand il en a envie.

En lui mettant "le nez dedans", le propriétaire cherche à faire comprendre au chiot qu’il ne doit pas uriner à cet endroit là, en pensant que lui mettre la truffe dans son urine sera un événement suffisamment repugnant pour qu’il ne recommence pas.

Chez le chien, d’une part, le nez dans l’urine n’a rien de repugnant, c’est un comportement qu’il produit de lui même pour la communication différée, et il va parfois jusqu’à lécher l’urine ou ingérer les selles de ses congénères.
De plus, le chiot grondé sévèrement sera dans un tel état de tension et de panique qu’il ne pourra faire aucun apprentissage, du moins pas celui attendu.

Pour que le chien puisse associer la punition à son élimination il faudrait que la réprimande surviennent parfaitement en même temps que l’élimination à quelques dixièmes de seconde prés.
De plus, il n’associera pas la punition au lieu de l’élimination mais à la situation.

Ce qu’il retiendra plutôt de cette expérience sera qu’il n’est pas bon d’uriner ou de déféquer en présence de son propriétaire, voire qu’il faut faire disparaître ses traces ce qui incitera le chiot à ingérer ses propres excréments.

Comportementaliste médiateur de la relation Homme / Chien
www.consultantchien.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté