Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Chevaux privés de retraite paisible et envoyés à l’abattoir : plaintes déposées
Chevaux privés de retraite paisible et envoyés à l'abattoir : plaintes déposées
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
5 mars 2013 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Chevaux privés de retraite paisible et envoyés à l’abattoir : plaintes déposées

Chevaux privés de retraite paisible et envoyés à l'abattoir : plaintes déposées

L’affaire, révélée par L’Union et reprise par France 3, a de quoi révulser les amis de nos compagnons à crinière abondante : Un homme habitant la commune de Rethel, dans les Ardennes, achetait des vieux chevaux en promettant à leur propriétaire qu’ils couleraient de vieux jours heureux au grand air. Mais l’intéressé les vendait en fin de compte à des abattoirs. Le centre équestre rethélois à porté plainte.

Le 13 septembre 2011, deux chevaux nommés Chérie du Havre et Eclair Semide, et âgés de 19 et 20 ans, ont été cédés à Jean D. pour 400 euros pièce. Ce dernier avait répondu à une annonce passée par les responsables de l’association hippique de la ferme de Cense, rattachée au centre équestre de Rethel, qui voulaient offrir à leurs équidés une retraite heureuse. La transaction se passe bien, et Jean D. affiche un sourire aux personnes de l’association : « Ces chevaux vont calmer mes poulains ». Pensant que Chérie du Havre et Eclair Semide allaient galoper, heureux comme de vieux chevaux dans l’herbe verte, l’association retourne vaquer à ses compétitions.
 
Chaque année, plusieurs chevaux et poneys y sont en effet engagés en épreuves "élevage", "jeunes chevaux" et "jeunes poneys", avec des cavaliers ou des moniteurs. Mais des rumeurs inquiétantes commencent à circuler à l’été 2012. Des promeneurs entr'aperçoivent plusieurs chevaux curieusement enfermés sur une propriété… qui s’avère être celle de Jean D. L’association hippique de la ferme de Cense finit par avoir vent de cette situation. L’Institut français du cheval et de l’équitation (qui assure la traçabilité des équidés via des puces électroniques obligatoires) est contactée. Stupeur : On apprend que Chérie du Havre et Eclair Semide ont été vendus à un abattoir du nord de la France en novembre 2011.
 
Et ce n’est pas tout : Jean D. (qui était déjà visé par des plaintes à la gendarmerie de Villers-Cotterêt, dans l’Aisne) aurait ainsi abusé de la confiance de nombreux propriétaires de chevaux de la même façon. Cet homme, qui approchait masqué les détenteurs des bêtes, revendait les équidés le double de leur prix d’achat à plusieurs abattoirs. L’association hippique de la ferme de Cense a déposé plainte à son tour. Si le fait de vendre un cheval à un abattoir n’a rien d’illégal en soit, les responsables équestres comptent bien faire valoir l’abus de confiance. Au cœur de l’affaire, la privation du troisième stade de la vie à des chevaux méritants ayant contenté ou amusé de nombreux amateurs de courses.
 
Mais la santé humaine est également en jeu. En effet, en pleine affaire des "lasagnes au cheval", un moniteur d’équitation fait valoir qu’« un cheval à l’abattoir part généralement en boucherie ou en croquettes ». Et le cas de Chérie du Havre et Eclair Semide, utilisés lors de compétitions, est révélateur : Ces deux chevaux se sont vus administrer de la phénylbutazone, un médicament anti-inflammatoire délivré en médecine vétérinaire pour traiter les problèmes articulaires… et qui est impropre à la consommation. Dans la chaîne alimentaire, cet anti-douleur peut présenter des problèmes de mauvaise tolérance à différents niveaux, de même qu’un risque de réactions allergiques avec des lésions dermatologiques bulleuses.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par lulupipistrelle (IP:xxx.xx3.115.248) le 6 mars 2013 a 01H14
lulupipistrelle (Visiteur)

Ben oui, c’est même pour ça qu’il faut s’abstenir de manger de la viande de cheval, parce que depuis 20 ans , elle est l’objet de trafics infâmes... D’ailleurs ces trafics qu’on feint de découvrir aujourd’hui, avaient quand même été éventés il y a une quinzaine d’année, avec à l’époque des morts... qui avaient consommé une viande de cheval malade originaire de l’ex-YU... je ne me souviens plus exactement où, mais il me semble que c’était en Midi-Pyrénée... Alors étonnez-vous que des ordures aient mis au point des arnaques immondes pour se procurer de la viande saine. J’en ai vraiment mal au coeur. Et si personne ne réagit plus, c’est que le sujet est vraiment très dur. Il nous renvoie sans doute à une espèce d’innocence bafouée, un sentiment de trahison... une espèce de retour à nos désespoirs d’enfance...Enfin moi je le ressens comme ça.

1 vote
par Folacha (IP:xxx.xx1.158.209) le 6 mars 2013 a 10H17
Folacha (Visiteur)

Bonjour Lulu ! D’accord avec vous ! Mais il ne faut pas être naïf : les gens qui utilisent les chevaux dans des centres équestres, savent ou ils vont malheureusement finir !

0 vote
(IP:xxx.xx8.33.66) le 18 mai 2013 a 13H10
 (Visiteur)

Surtout ne pas généraliser !

0 vote
par AB (IP:xxx.xx8.250.130) le 12 juillet 2013 a 00H27
AB (Visiteur)

Et pour les nombreuses personnes qui lui ont confié tout en en gardant la propriété, un recours devrait exister pour la vente d’animaux qui ne lui appartiennent pas j’espère !!