Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Aux USA, le bison fait son retour pour rétablir un écosystème naturel
Aux USA, le bison fait son retour pour rétablir un écosystème naturel
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 décembre 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Aux USA, le bison fait son retour pour rétablir un écosystème naturel

Aux USA, le bison fait son retour pour rétablir un écosystème naturel

Le bison, qui reste l’emblème des grandes plaines d’Amérique du nord, a failli être totalement exterminé pendant la conquête de l’ouest. Mais il reprend peu à peu du poil de la bête. Le retour de ce grand bovidé, désormais protégé, est défendu à la fois par les écologistes et par les éleveurs : Son retour dans les réserves apporte un écosystème diversifié retournant aux sources de la nature, et sa viande, saine et rentable pour les exploitants, est très demandée sur le marché. Et qu’il soit destiné à l’élevage ou à un programme de réintroduction, le bison évolue plus naturellement que la plupart des autres animaux, sans confinement, et ne nécessite que de l’eau, du soleil et de l’herbe.

Dans l’imaginaire, le bison est lié aux cultures amérindiennes. Pas très étonnant : Dans les plaines herbeuses d’Amérique du Nord, les bisons étaient de 50 à 60 millions… avant d’avoir frisé l’extinction avec la conquête de l’Ouest au XIXème siècle. Ces dernières années, l’animal bénéfice d’un regain d’intérêt certain. Et bien des naturalistes favorisent sa réintroduction. A l’exemple de Jason Baldes, diplômé de la réserve indienne de Wind River, dans l’Etat du Wyoming. Ce dernier, qui a bénéficié d’une subvention d’Etat, entend mettre en œuvre un projet de grande envergure qui entérinerait le retour du bison sur les terres tribales des indiens. L’intéressé s’en est expliqué pour le site de Wyofile : « L’objectif n’est pas seulement de diversifier la faune. Il s’agit de redonner vie aux traditions culturelles liées à la nature, aux plantes et aux animaux ».
 
Garrit Voggesser, responsable de la National Wildlife Federation, est sur la même ligne : « Le bison est fondamental pour la diversification de l’écosystème ». Bien sûr, la réintroduction du bison dans le paysage comporte quelques risques. Jim Magagna, vice-président exécutif de l'Association Stock Growers Wyoming, suspecte ainsi des bisons infectés de pouvoir « transmettre la maladie de la brucellose [une maladie contagieuse qui peut affecter plusieurs mammifères] à d’autres troupeaux d’animaux dans les réserves ». Mais les protagonistes s’accordent à dire que, quoi qu’il arrive, le bison « fera bien plus de bien que de mal  ». Dans les fermes sauvages, la présence du bison accuse déjà une forte hausse. Silvia Christen, responsable de l’Association des éleveurs du Dakota du Sud s’en est expliquée : « Le marché du bison est en plein essor. La production a doublé en cinq ans, et 200 000 bisons sont désormais destinés à la consommation  ». Aucun mystère : la viande de bison est réputée pour être plus saine que la viande bovine.

Kevin Wiland, medecin et auteur du livre "Le régime Dakota" le confirme : « Le bison c’est un peu le saumon des prairies, c’est très nutritif  ». Par ailleurs, la viande de bison coûte deux fois plus cher que les steaks traditionnels, de quoi intéresser les éleveurs. L’élevage peut certes être coûteux -les fermes devant être adaptées- et le troupeau peut se montrer agressif, mais là encore les éleveurs vantent le côté nature du bison. Les intéressés le répètent en cœur : « C’est simple. Tout ce dont le bison a besoin, c’est de l’eau, du soleil et de l’herbe. Pas d’hormones, ni d’antibiotiques »… mais il faut lui consacrer un milieu le plus naturel possible. Le bison est ainsi un animal qui, une fois n’est pas coutume, réconcilie les écologistes et les éleveurs : « Cet animal aidera à rétablir l’écosystème au plus proche de son état naturel ». Chacun des protagonistes s’emploie ainsi à œuvrer au bien-être du bison et réparer, dans la mesure du possible, les grandes erreurs de la conquête de l’Ouest.

En vidéo ci après, la visite de printemps d'un vétérinaire à un troupeau de bisons en France : vermifuges et fouille des femelles. 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx5.55.146) le 21 décembre 2012 a 19H23
 (Visiteur)

les écolobobo, sont toujours à coté de leurs pompe, c’est attendrissant !