Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Au Togo, on veille à la santé des antilopes
Au Togo, on veille à la santé des antilopes
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 juillet 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Au Togo, on veille à la santé des antilopes

Au Togo, on veille à la santé des antilopes

Il y a de bons exemples de suivi sanitaire des animaux en Afrique, comme en témoigne Toganim sur Le Post.

L’Afrique fait face à la déforestation et au braconnage. Mais en dépit des difficultés, des pays comme le Togo s’impliquent pour préserver leur faune sauvage. Et dans les parcs togolais, la reproduction des cobes de buffon, cobes onctueux, Hyppotragues, Bubales, Buffles, Potamochères, céphalophes et bien d'autres espèces posent actuellement problème : Les responsables togolais de la faune ont pointé des naissances trop importantes au vu de la végétation, d’où la menace de surpâturage. En conséquence, des animaux doivent être déplacés pour élire domicile dans de nouveaux parcs plus adaptés. Et des moyens logistiques et sanitaires conséquents doivent être adoptés. Comme le précise Toganim sur Le Post, « les captures sont réalisées avec un fusil hypodermique, c'est à dire qui tire des fléchettes contenant un produit anesthésiant à effet rapide ».

Les intéressés indiquent ainsi avoir réussi à endormir plusieurs animaux de différentes espèces : « La flèche est tirée au niveau de la cuisse arrière de l'animal. Un système à percussion injecte le produit dans le muscle de la patte dés l'impact. Il faut alors attendre environ 3 minutes avant que l'antilope ne titube et finisse par se coucher ». Et c’est là que les choses se corsent : L’animal -une antilope dans le cas présent- bien qu’anesthésié est conscient et subit son entourage. Ainsi, pour lui épargner un stress qui peut dans certains cas s’avérer mortel, les spécialistes lui bandent ses yeux avec un tissu léger et lui bouchent ses oreilles avec du coton. Un diagnostic rapide de l’antilope est alors réalisé en plaine brousse. Et comme l’indique Toganim, « l’antilope est soignée et déparasitée sur place, si nécessaire, avant d'être transportée par un véhicule spécialement aménagé vers le camp de base et une zone de réveil ».

Dans le camp en question, les animaux sont ensuite entourés d’experts qui s’assurent de leur suivi en matière de santé. Les vétérinaires, notamment, scrutent minutieusement l’état de santé des animaux endormis afin d’éviter tout problème post-anesthésique, liés entre autre à la rumination. A cet effet, un membre de l’équipe confie administrer à chaque antilope une injection de cortisone afin de limiter les effets de stress et les effets de l’anesthésiant. Lorsque l’animal se réveille, il est acheminé par la route vers son nouveau lieu de vie, de nuit de préférence car la température est plus fraîche et les conditions moins stressantes. Arrivés à destination, les animaux sont suivis pendant une semaine afin de s’assurer de leur adaptation.

 
 


 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Animaux Antilope