Accueil du site
> Santé Des Animaux > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Animaux nourris aux OGM : « Aucun problème de santé »
Animaux nourris aux OGM : «Aucun problème de santé»
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 décembre 2011 | 9 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Animaux nourris aux OGM : « Aucun problème de santé »

Animaux nourris aux OGM : «Aucun problème de santé»

Selon l’étude d’une généticienne à paraître dans la revue Food and Chemical Toxicology, et dont le quotidien Le Figaro se fait l’écho, les animaux nourris pendant plus de trois mois au maïs, riz, soja ou pommes de terre OGM se porteraient aussi bien que ceux bénéficiant d’un régime non génétiquement modifié.

L’étude a été réalisée par Agnès Ricroch, généticienne à l’Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement, et maître de conférences à AgroParisTech, Université de Paris Sud. A la tête de son équipe (parmi lesquels les toxicologues Alain Paris et Gérard Pascal ou les biologistes Jean-Baptiste Bergé et Marcel Kuntz), la généticienne a recoupé une douzaine d’études internationales pour parvenir à la conclusion que même au bout de plusieurs mois (voire deux ans) de nourriture transgénétique intensive, les animaux ne montrent aucun problème de santé particulier, et ce en comparaison avec les animaux nourris de manière classique.

Le site de RTL s’est penché sur la méthode : « Les chercheurs ont regardé de nombreux paramètres tels que la croissance, le poids des organes, leur développement, les enzymes du sang, les organes de reproduction, le pancréas, le cerveau ou le cœur ». Agnès Ricroch souligne la variété des animaux testés, « s’agissant de poulets, de souris, de rats, de chèvres et de vaches », et Marcel Kuntz, dont les propos ont été rapportés par Le Figaro, est catégorique : « Ces travaux ne révèlent aucun problème sanitaire lié à la consommation à long terme de nourriture dérivée d’OGM ». Les résultats des travaux devront paraître sous peu dans la revue Food and Chemical Toxicology, une publication regroupant des travaux sur les effets toxiques chez les animaux ou les humains.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Recherche OGM Animaux
Commentaires
12 votes
par jeans (IP:xxx.xx0.132.247) le 14 décembre 2011 a 18H45
jeans (Visiteur)

Pour l’inénarrable M. Marcel KUNTZ, l’alimentation à LONG TERME ( 3 mois, oui,oui 3 mois ) de quelques cochons qui ne sont pas tombés malades, est la preuve éblouissante que les OGM ne sont pas toxiques. Ils ne sont surtout pas toxiques pour les "breveteurs" du vivant qui espèrent asservir les paysans ( les vrais, pas ceux de la FNSEA ) et vraiment pas toxiques du tout pour leurs profits !...

6 votes
par Collectif des Faucheurs Volontaires (IP:xxx.xx1.97.136) le 14 décembre 2011 a 22H31
Collectif des Faucheurs Volontaires (Visiteur)

Lettre ouverte des Faucheurs Volontaires

Les Faucheurs Volontaires s’associent à L’AGPM (Association Générale des Producteurs de Maïs) pour « s’opposer fermement aux importations de produits OGM » et sont d’accord pour mettre en place, sur ce sujet, une plate-forme commune de revendications parmi lesquelles pourrait figurer la mise en place d’un plan protéines visant à aider les Paysans à reconquérir leur autonomie.

Les Faucheurs Volontaires sont ouverts au dialogue dès lors qu’il est constructif et participe à améliorer la condition de vie des Paysans et la qualité des produits pour les consommateurs.

Aussi, c’est avec enthousiasme que les Faucheurs Volontaires attendent de l’AGPM qu’elle leur fasse la proposition d’unir leurs efforts pour stopper, enfin, ces « importations massives qui se font en silence » et, pourquoi pas, organiser ensemble une action non-violente de blocage d’importation d’OGM.

Le Collectif des Faucheurs Volontaires, le 14 décembre 2011

Contact : faucheurs.ogm@laposte.net

MAÏS OGM MON810 : Les déclarations scandaleuses des « Faucheurs Volontaires » http://www.agpm.com/pages/communiqu...

Comment est-il admissible que des groupuscules extrémistes, et identifiés, puissent prôner le recours à des actions illégales, et notamment le fauchage de parcelles de production, dans l’hypothèse où du maïs OGM serait légalement ensemencé ?

Comment comprendre le flot de déclarations des Pouvoirs publics pour rechercher les voies d’une nouvelle interdiction du maïs OGM MON810 et le silence de ces mêmes Pouvoirs publics face à la menace d’actions illégales ?

Où sont le droit et le non-droit ?

« Faut-il que les maïsiculteurs, qui attendent beaucoup des OGM en termes technique, économique, sanitaire et environnemental, soient légalistes en semant du maïs MON810 dès le printemps 2012, voire symboliquement en expérimentant des semis très précoces ? »

« Ou faut-il, compte tenu, selon les Pouvoirs publics, des risques pour la santé et l’environnement, s’opposer désormais et fermement aux importations de produits OGM qui se poursuivent pourtant massivement et en silence ? », a déclaré Daniel PEYRAUBE, Membre du Bureau ORAMA et Secrétaire Général de l’AGPM.

Contacts :
- Pascal HURBAULT : +33 (0)1 44 31 16 25 / +33 (0)6 72 42 06 36
- Anne KETTANEH : +33 (0

0 vote
par pseudo (IP:xxx.xx9.86.151) le 15 décembre 2011 a 16H26
pseudo (Visiteur)

ce commentaire dont on pressent qu’il regorge d’informations intéressantes, est peu compréhensible. A reformuler svp

6 votes
(IP:xxx.xx2.110.204) le 15 décembre 2011 a 15H36
 (Visiteur)

Je trouve que tout cela est de l’enfumage : comme de nombreux opposants aux OGM, je ne m’inquiète pas des effets de ceux-ci sur notre santé, mais des conséquences sur l’environnement, sur les autres cultures (non OGM) , sur la faune et la flore, et sur l’appropriation des brevets de semences par des intérêts économiques . Si je les boycotte, ce n’est pas par intérêt personnel. Ceci dit, la notion de long terme de ces biologistes-mercenaires est, au mieux, risible ...

8 votes
par Vladi (IP:xxx.xx8.36.57) le 15 décembre 2011 a 15H55
Vladi (Visiteur)

3 mois du long terme ??!!

Voir cette video, un bel interview en anglais - regardez simplement les 10 premieres minutes http://vimeo.com/20237421

"Jerry Rosman, un éleveur de porcs dans l’Iowa, cultivait un maïs doublement transgénique (round-up ready et BT) et en nourrissait ses truies. Ses truies devinrent alors stériles et au bout d’une année, il fit faillite. "

Voila une etude a long terme sur les effets des OGM !!!

Le fauchage des champs est pour le moment la meilleure solution, la plus efficace, et la plus "pedagogique" pour ces fermiers sans cervelle, et corporations predatrices.

5 votes
par Modestine (IP:xxx.xx0.126.88) le 15 décembre 2011 a 16H23
Modestine (Visiteur)

Placer la question des OGMepa (Organismes Génétiquement modifiés cultivés en plain air) sous le seul regard de leur toxicité est déjà une tromperie. Rien n’est plus compliqué que de faire cette évaluation et c’est vouloir d’emblée détourner les regards de la question de fond. Il s’agit de la question de principe suivante : voulons-nous ou non ouvrir la voie des OGM pour nos cultures productives en plein champ ? Cette question qui paraît toute bête est pourtant fondamentale, elle n’a pas été posée et c’est elle qui doit être soumise à référendum. Parler de toxicité c’est faire semblant d’admettre, sans avoir posé la question, que la réponse est oui. Alors que tout semble indiquer que c’est le non qui l’emporterai, de loin. On parle de sagesse populaire, il semble bien que celle-ci s’accordre à la sagesse scientifique et tout simplement, il me semble, à la sagesse tout court. Le champ d’investigation dans la direction du bidouillage génétique est immense et cela donne le vertige. On peut imaginer toutes les combinaisons possibles à l’infini. Une fois ce principe admis, qui pourra arrêter le déferlement des espèces "nouvelles" toutes aussi géniales les unes que les autres ? Mais qu’apportera ce rêve Prométhéen ? Un remplacement progressif des espèces vivantes par de nouvelles que je nommerais "étranges". Rapidement on ne saura plus où on en est, sans compter tous les problèmes liés à la diffusion et la multiplication de ces nouvelles "espèces étranges". Le monde végétal nous a montré ses capacités sur ce plan, il faudrait une encyclopédie pour en faire le tour. Pour le moment, en dehors d’intérêts privés et commerciaux, on vit très bien sans utiliser ces méthodes. Pourquoi se retirer ce bonheur ? Il ne faut se lancer dans cette recherche que contraints et forcés par un manque de ressources, ce qui est loin d’être le cas actuellement. DONC : NON AUX OGMepa. C’est une question de PRINCIPE. Un point c’est tout.

2 votes
par pseudo (IP:xxx.xx9.86.151) le 15 décembre 2011 a 16H41
pseudo (Visiteur)

Encore un article la-voix-de-son-maitre de Patrick Rollo..

Je n’amplifierai pas le contre-argument déjà exposé sur le stupide "long terme" (soit 3 mois + 1 jour..., qui font plus de 3 mois), mais j’interrogerai : si l’on sait déjà que les OGM sont sans danger pour la santé (on le sait forcément sinon certains pays n’autoriseraient pas la culture des OGM on l’imagine) pourquoi de nouvelles études pour le démontrer une nouvelle fois ? Parce qu’ils ne croyaient pas aux résultats des précédentes ?

STOP A LA MANIPULATION ET A LA PROPAGANDE DE L’INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE PRODUCTRICE D’OGM !

3 votes
par Hetadame (IP:xxx.xx2.120.77) le 15 décembre 2011 a 19H05
Hetadame (Visiteur)

2 questions subsidiaires :

1/ A qui appartient la revue : Food and Chemical Toxicology , et qui le finance ?

2/ Qui a payé l’etude de Mme Agnès Ricroch, généticienne à l’Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement, et maître de conférences à AgroParisTech, Université de Paris Sud ?

Il serait bon de connaitre ces éléments, qui peuvent, bien évidement, orienter notre avis !!!

1 vote
(IP:xxx.xx7.208.196) le 15 décembre 2011 a 22H59
 (Visiteur)

Il y a sans doute eu de belles études qui montraient que l’amiante était inoffensif. J’imagine le même type de chercheur dire en 1960 : "nous avons fait des recherches poussées et le verdict est clair, l’amiante ne présente aucun danger pour la santé. Là maintenant le débat sur l’amiante est clos."